24h  Maroc :  Off Road puissance 4

24h Maroc : Off Road puissance 4

24 heures Off Road Maroc

De notre envoyé très spécial de retour du Maroc

hdj_80.jpg

Les 24 heures du Maroc, la nouvelle épreuve TT proposée par Jean Louis Drone s’est déroulée du 23 au 29 mai dernier. Une belle course assurément ! Un plateau de choix et surtout un concept inédit pour une épreuve africaine ont fait de cette première édition un succès.


Publicité



TROPHY TRUCK E.Vigouroux vainqueur

24h-maroc-vigouroux02.jpg

Nous n’étions pas invités officiellement sur l’événement mais, comme nous l’a souligné de façon élégante l’organisateur, devant la porte fermée nous sommes passés par la fenêtre ceci grâce à nos partenaires, notamment JP Reparat, Modul Auto, Euro 4×4 Parts et Dream Team Car. de ce fait, nous sommes libres de nos propos à l’égard de Forcing. Libres de dire ce que l’on pense réellement, en bien comme en mal.

RMA RACING

24h-maroc-rma04.jpg

Mais nous sommes désolés pour les détracteurs et les mauvaises langues qui croyaient que l’on allait se délecter en crachant notre venin :

La première édition des 24 heures du Maroc a été somptueuse. Et c’est la vérité vraie. 1700 kilomètres de spéciales à travers les plus beaux paysages marocains, des liaisons qui nous en ont mis pleins les yeux avec entres autres panoramas, la montée du col de Tizi Tichka et surtout une formule de course qui pourrait devenir celle de l’avenir.

Il fallait être Jean Louis Drone, avec son expérience, son sens de l’organisation et son esprit aventurier pour imaginer et mettre sur pied en moins de trois mois un tel événement alliant les saveurs du Rallye raid et le “confort” de l’endurance.

J.L DRONNE

drone.jpg

FORCING

forcing.jpg

Un concept inédit :

D’une part, une course de vitesse, disputée en 4 manches de 6 heures sur des boucles de 40 à 50 km en moyenne, où les concurrents ont rencontré un panel de tous ce que l’on peut trouver comme difficultés en Afrique. Du sable, de la piste caillouteuse rapide, un zest de trial avec le passage d’un oued, des pierres .. du hors piste à travers de grandes étendues d’herbes à chameaux et même une tempête de sable où seuls les meilleurs en navigation ont réussi à s’orienter pour retrouver les CP sans jardiner. ( le vent de sable a été commandé spécialement à l’occasion de la course ).

TOYOTA HDJ80 Metal Technique

metaltechnique.jpg

D’autre part, pour conserver l’esprit endurance, une assistance était possible soit au paddock soit entre véhicules en course. Deux “stop and go” au moins étaient obligatoire mais les échanges de pilotes et de navigateurs étaient libres. Enfin, un règlement adapté permettait à un équipage ayant connu des difficultés dans la journée de ne pas être mis hors course. Ainsi, une étape non terminée, (abandon pour la manche) n’était pas éliminatoire et chaque équipe pouvait prendre quand même le départ de la manche suivante après la réparation.

Protruck

trophy-truck-2.jpg

Enfin le soir, a chaque étape pas de bivouac inconfortable. Mais un repos bien mérité dans des hôtels luxueux, des soirées autour d’un verre pour les plus habiles ou parfois de la mécanique sur le parking pour les moins chanceux.

Cette formule s’est avérée très séduisante sur plusieurs points.

VIP, sponsors, amis ou familles ( personnalités venus par avion et qui par définition ne sont pas rompus aux coutumes du bivouac ) ont vécus la course depuis le paddock, regardant passer les concurrents comme cela se fait à Paris. Chaque soir, a l’hôtel, ces personnalités étaient en compagnie de leur équipe favorite ce qui est impossible sur un rallye raid classique.

Autre point non négligeable, le concept de Jean Louis Drone fait vivre l’économie locale contrairement aux autres épreuves “Africaines” où le bivouac, installé à l’extérieur de la ville, vie en quasi autarcie. Et croyez nous, les Marocains se sont montrés sensibles sur ce dernier point. Dans le même esprit, l’orga avait fait appel à des dépanneurs locaux pour la première étape.

Enfin, le budget, engagement voiture, pilote et navigateur, assistance… y compris le transport par bateau s’avère relativement peu dispendieux en regard à ce qui est demandé sur les rallyes raids classiques

Etape Marrakech

Pour les tracés des 4 boucles, Jean Louis Drone s’est mis dans la peau d’un pilote de manière à trouver le tracé qui allait offrir les meilleures sensations en technique de pilotage comme en vitesse. En ce qui concerne l’étape de Marrakech, le parcours se montrait assez technique sur sa première partie puis très rapide ensuite.

TOYOTA KZJ90

toyota29.jpg

Vu les forces en présence, le spectacle était assuré et beaucoup pouvait prétendre à la victoire ou tout au moins à un podium avec dans l’ordre, en catégorie SCORES, les gros “Protruck” de Georges Lansac et de Raynald Privé, le Trophy Truck d’Eric Vigouroux. Le buggy RMA de Jean Paul Reparat, une belle auto très bien préparée pouvait venir jouer les troubles fêtes dans le groupe précédent tout comme la 207 TT de Jean Marc Schmidt.

207 TT J.M Schmidt

207tt-schmidt.jpg

G Lansac

lansac.jpg

Protruck

protruck-sifa.jpg

Quant aux trois “Prédator” importés des USA par Thierry Charbonnier, personne ne pouvait dire de quoi ils étaient capables. Ainsi, la course de 6 heures se montrait ouverte.

PREDATOR

predator-rallye.jpg

predator.jpg

Dès le départ, Eric Vigouroux fera la différence, laissant les poursuivants dans la poussière. Caze Mickael s’accrochera cependant au leader. Quant aux deux Protruck et autres buggys, ils connaîtrons des fortunes diverses. Georges Lansac rencontrera des problèmes de radiateur, la Choupette de Jacquy (Equip’Raid), une sortie de piste heureusement sans gravité… Enfin, les Prédator feront une belle prestation se classant derrière le peloton de tète malgré une stupide panne d’essence. Quant à Jean Paul Reparat, il sera victime d’une rupture d’une biellette de direction

Choupette Equip’Raid

choupette.jpg

Jean Pierre Arnal

arnal-jean-pierre.jpg

Coté 4×4, Jean Pierre Arnal sur un Mitsubishi Pajéro prendra la tête du T2 talonné par le Mitsubishi de Letu (piloté par Alain Lerigoleur ). IL faudra noter la belle place 14 de Jean Clément sur un Toyota BJ 71 de toute première jeunesse.

Toyota BJ 71

toyota49.jpg

Mitsubishi Letu – Alain Lerigoleur

letu.jpg

Pour finir, juste un petit mot sur l’équipage féminin Frattini-Lemoigne. Béatrice et Murielle ont connu toutes les galères tout au long de ces 24 heures. Pendant la première boucle, c’est le bris du boîtier de direction qui les contraindra à l’abandon.

Cherokee Frattini – Lemoigne

cherokee.jpg

frattini-beatrice.jpg

Etape Erfoud

La manche d’Erfoud devait être la plus belle. Au programme : du hors pistes sur des terrains très variés, herbe à chameaux, sable et cailloux parsemés de grosses pierres, des passages un peu plus technique avec le franchissement de dunettes.

Au matin, le vent s’est levé et la tempête de sable a compliqué les choses à souhait. Dès le départ, certains concurrents ont commencé à jardiner. L’étape d’ Erfoud s’est rapidement transformée en une véritable épreuve de Rallye Raid digne du grand Dakar. Ceci n’a pas pour autant entamé le moral des équipages. Toutefois, par mesure de prudence, le directeur de course amputera de deux heures l’étape.

Eric Vigouroux superbement navigué par Alex Wincoq prendra encore une fois le large et demeura intouchable. Pinchedez Philippe (Charbonnier) plantera son Prédator dans une dune et perdra ainsi de précieuses minutes. Le classement général restera inchangé pour les quatre premières places.

JUGAND C

jugand-christian.jpg

Victime d’une casse de rotule, Jean Paul Reparat parviendra cependant à rentrer son buggy MRA au paddock mais rétrogradera en fond de classement.

En 4×4. Très régulier, Jean Pierre Arnal conservera la tête du T2. Le Mitsubishi de Letu piloté par Alain Lerigoleur connaîtra un gros problème de chauffe. ( joint de culasse ) et ne finira pas l’étape. Sur son HDJ 80, le Métal Technique, Roger Levine fera sa course et profitera de la défaillance de Letu pour se classer derrière J.P. Arnal.

Etape de Zagora

Avec un tracé presque rectangulaire, très rapide mais aussi très piègeux, l’étape de Zagora devait faire la part belle au puissant Trophy truck comme au Protruck. Mais, l’équipage du Tomahawk avait décidé de faire très fort sur cette spéciale. Dès le départ, il prendra l’avantage sur le Trophy Truck, passant en tête le premier virage. A ce stade, la compétition fait rage et rien n’est joué. Mais la piste très roulante dans les premières heures se dégradera rapidement pour devenir très cassante. Les mécaniques seront éprouvées durement et les crevaisons nombreuses.

TOMAHAWK

tomahawk-rallye.jpg

Le Tomahawk de Caze heurtera une pierre et connaîtra ensuite de sérieux soucis. Profitant de cette défaillance, Eric Vigouroux reprendra la tête de la course pour ne plus la quitter. L’abandon de Caze profitera à l’équipage du Protruck bleu. Lansac, J.M Davoy et Daren Skilton (navigué par Raynald Privé ) prendra la deuxième place du classement général. Les deux Prédator à deux tours du Leader pointeront à la troisième et à la quatrième place. Sur son buggy RMA, J.P Reparat commencera à exploiter le potentiel de sa voiture. Toutefois, lié par un pacte mutuel, il portera assistance à la 207 TT de Jean Marc Schmidt, immobilisée au bord de la piste à la suite d’une rupture de la transmission consécutive à plusieurs crevaisons. J.P Reparat ne pourra rattraper le temps perdu malgré avoir fait l’un des meilleurs temps au tour.

Jugand 4×4

jugand4x4.jpg

En 4×4, Jean Clement prendra le luxe de taquiner des voitures beaucoup mieux préparées que son vieux “chameau”. Il passera Juggan pour se placer en 9eme position juste derrière le Tomcat de Yorrick Vergeaux. Malgré les réparations de la nuit ( réfection de la culasses ) Letu ne sera pas en mesure de faire valoir ses ambitions. Une nouvelle chauffe moteur le contraindra à l’abandon.

TOMCAT Yorrick Vergeau

tomcat-yorick-vergeau.jpg

yorrickvergeau.jpg

L’étape ne laissera pas les équipages ni les voitures indemnes. A l’issue de l’étape, nombreux sont les concurrents qui iront faire un tour chez Momo. Aperçu chez le mécanicien de tous les rallyes, Jean clément ne pourra réparer la boite de vitesses du BJ.

chez-momo.jpg

Le lendemain il prendra le départ pour un tour seulement.

Ouarzazate

Boucle la plus longue de ces 24 heures du Maroc, le tracé de Ouarzazate ne présentait pas de difficulté majeur. De la piste, sans herbe à chameaux ni dune à franchir.

Eric Vigouroux remporte l’étape pour la 4 eme fois consécutive. Tout au long de ces 24 heures, il se sera montrer intouchable grâce à une mécanique ultra fiable et performante. Il était venu pour gagner, le “couteau entre les dents”. Il a rempli ses objectifs.

C’est l’équipage Lansac-Davoy-Skylton-Privé qui monte sur la seconde marche du Podium. Enfin, venu seulement pour jauger le Prédator, c’est Charbonnier qui emporte la troisième place. Ce classement d’étape sera également celui du général des 24 heures du Maroc.

En 4×4, c’est le Mitsubishi de Jean Pierre Arnal qui prend la tête du groupe.

Un bilan très positif

Le bilan de cette première édition des 24 heures du Maroc se montre très positif. L’organisation a été au top depuis l’embarquement à Sète jusqu’au retour en France. Bien sur, on pourra toujours reprocher quelques broutilles mais ce ne sont que des points de détails qui seront vite gommés. Tous les concurrents ont été conquis par les parcours tracés par Jean Louis Drone. Pour certains, c’était la première fois “l’ Afrique” ! Quant aux participants, ( assistances et amis, soit presque 160 personnes – 48 pilotes engagés), tous ont été séduits par le concept de cette épreuve.

Et comme tous, nous, on est déjà prêts à signer l’engagement pour la seconde édition.
Sans rancune aucune, Monsieur Drone et svp faites nous vivre encore des moments aussi exceptionnels…

A ce titre cherchons sponsors pour passer par la fenêtre l’année prochaine.


Nos Sponsors :

 RMA RACING

 SPORTS SF

 Dream Team Car

 Euro4x4parts

 Modulauto


Publicité



Rappelons le concept :

 4 courses de 6 heures sur 4 circuits différents

 6H de MARRAKECH

 6H d’ERFOUD

 6H de ZAGORA

 6H de OUARZAZATE

Photo 24 heures Off Road Maroc : étape 1 – 6H de MARRAKECH

24h-maroc-rma02.jpg

24h-maroc-rma03.jpg

24h-maroc-rma01.jpg

24h-maroc-rma05.jpg

24h-maroc-vigouroux01.jpg

LE PODIUM

podium.jpg

Résultats du classement général FINAL

 1 – 14 VIGOUROUX Eric WINCOQ Alex TROPHY TRUCK

 2 – 3 LANSAC Georges DAVOY Jean-Marie SKILTON Darren PRIVE Reynald PROTRUCK

 3 – 8 CHARBONNIER Thierry PINCHEDEZ Philippe EPIARD Sébastien PREDATOR X18

 4 – 6 REBOUT Jean-Claude REBOUX Emmanuel BUGGY EQUIPRAID

 5 – 10 CLERGET Nicolas SABATIER Jean-Antoine PREDATOR X18

 6 – 2 ANQUETIL Bernard BOULLET Bernard GUYOT Philippe PROTRUCK

 7 – 12 ARNAL Jean-Pierre ASCOLA Marc MITSUBISHI PAJERO

 8 – 43 LEVINE Roger BANCE Patrick TOYOTA HDJ80

 9 – 73 JUGAND Christian ROULET Chrsitan ISUZU MERZOUGA

 10 – 11 VERGEAU Yorrick BIERNE Sylvain TOMCAT V6

 11 – 29 FAY Christophe LORMAIL Robert LORMAIL Mathieu TOYOTA KZJ90

 12 – 7 LACAM Hugues CAZE Mickeal HOAN Christian CAZE COMPETITION

 13 – 4 REPARAT Jean-PAUL BORDAS André GERARD David REPARAT Fabrice BUGGY RMA BMW

 14 – 49 CLEMENT Jean CONCHON Stéphane TOYOTA BJ71

 15 – 5 SCHMIDT Jean-Marc FINKELSTEIN Serge 207 TT PEUGEOT

 16 – 9 ADAM Irenee PUIGRENIER Hervé FLICK François PREDATOR X18

 17 – 8 22 LETU Jean-Luc BEARZATTO Olivier MAZOT Marc LE RIGOLEUR Alain MITSUBISHI PAJERO

 18 – 69 FRATTINI Béatrice LE MOIGNE Mureil CHEROKEE

CATEGORIES
Share This
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR