6 h d’endurance d’Orléans

6 h d’endurance d’Orléans

6 heures d’endurance de l’Orléanais

La 4 ème manche du championnat de France d’endurance TT s’est déroulée les 17 et 18 juillet sur le très beau circuit militaire de Grémuse à Olivet Orléans. Meilleur chrono aux essais du samedi, Bernard Boulet et Stéphane Duplé profiteront de leur victoire pour reprendre la tête du championnat.

boullet_cote_2.jpg

Sur un déroulé de 4,5 kilomètres, le circuit de Grémuse s’avère comme l’un des plus difficile à gérer du championnat. Malgré les efforts de l’organisateur, la piste est réputée pour se dégrader rapidement malgré les arrosages et les réfections. De plus la météo estivale qui a régné tout le week-end a contribué à lever la poussière aux passages des voitures. De très roulante au départ de la première manche, la piste est devenue très cassante au fil des heures.


Publicité


Champions en titre, Bernard Boulet et Stéphane Duplé affichaient dès le samedi leurs prétentions : ravir la tête du championnat à Yves Tartarin.

yves_tartarin.jpg

3_Tartarin.jpg

De ce fait, la lutte entre les deux équipages s’annonçait chaude et le spectacle somptueux. Par ailleurs, d’autres équipages comme Baille/Knoll, Lacam/Dormel, Torane/ Duple ou encore le groupe des Prédator commandé par Charbonnier espéraient bien jouer les troubles fêtes et ne pas se cantonner au rôle de figurant dans le débat de tête. Pour les 4X4, la lutte pour le trophée se montrait également très ouverte.

Torane Duplé

torane-duple.jpg

Predator

charbonnier.jpg

Difficile de faire un pronostique entre les deux Toyota KDJ, les Pajero Mitsubishi, les deux Range Rover et le petit Suzuki.

Mitsubishi

mitsubishi_chastia-lambert.jpg

aline_sb.jpg

mitsu_291-2.jpg

Les deux Ranges Rover

range_275_cote.jpg

range_labadie.jpg

Suzuki Jimny

jimnny_2.jpg

Toyota

toyota_201_Falloux-pinto.jpg

Enfin, il faut signaler la présence de deux équipages 100 % féminin dans la course dont l’un était composé d’Aline Estèves, Marina Réal et d’une toute nouvelle pilote, Aline Lansac pour qui c’était la première course.

aline_roue.jpg

Fille de Georges Lansac ( dont le palmarès dans la discipline est trop long pour figurer ici), la demoiselle à n’en pas douter, va se faire un prénom. En effet, Aline a assuré de belle manière sa prestation sur le Mitsubishi.

aline_lansac_2.jpg

Tournant dans les temps de ses équipières, elle parvenait a ménagé le Pajéro jusqu’à l’arrivée ce qui représente déjà une performance vu l’état de la piste dans la dernière heure. Mais revenons aux essais du samedi.

La séance d’essais

Avec 4 secondes d’avance sur l’équipage Baille-Knoll, Boulet et Duplé s’imposent comme les hommes à battre pour le week-end. Les vainqueurs de l’édition 2009, Moillet /Galand, ( Yorrick Vergeau en troisième pilote) ne pourront rien contre les deux voitures de têtes et se contenteront de la deuxième ligne de la pole.

Moillet Galand Vergeau

yorrick_double.jpg

yorrick_2.jpg

Quant aux leaders du championnat, Tartarin/Rabet/ Real , ils ne pointent qu’à la huitième place ! Mais le meilleur temps de la séance d’essai ne garantit pas une marche sur le podium comme le souligne lors d’une interview Jean François Branger l’un des pilotes locaux.

4_branger-thibault_.jpg

Dimanche matin

S’élançant de la pole, Bernard Boulet conserve l’avantage pendant les premiers tours. Cependant talonné par le MGR Nissan, et le Fouquet PRV, il se laissera passer par Moillet /Galland/ Vergeau , et par Durand /Clerget à l’issue de la première heure de course. En attente, Baille/ Knoll marque de près le champion de France en titre.

Pendant ce temps Yves Tartarin effectue une belle remontée de la huitième place à la cinquième. Alain Bernard (FR2) sur le Toyota KZJ 90 prend la tête des 4×4 ce qui n’est pas une surprise. Comme prévu, la course s’avère mouvementée. Tour à tour, la tête de course change. Mouhica , Durand, Baille, Torane se livrent une bataille sans pitié.

A l’issue de la troisième heure, Bernard Boulet en fin stratège, en tête la ligne d’arrivée suivie de peu par Baille (à 1,02 minute) Hervé Durand et Nicolas Clerget sont contraints à l’abandon suite à la fissure du bloc-moteur entraînant une fuite d’huile. De même, Frédéric Couanard et Jean-Guy Duval jetteront l’éponge suite à un bris de transmission.

99_couanard-duval_2.jpg

Plusieurs équipages verront la fin de la première manche au paddock pour des réparations plus ou moins importantes : le Toyota de Gérard Périllousse après ses deux tonneaux, le Fouquet PRV de Vergeau (moyeu roue arrière) qui venait pourtant de signer le meilleur tour.

Toyota Périllousse

gerard_-_perillous.jpg

Stands Vergeau

stand_vergiau.jpg

En deux roues motrices c’est Xavier Mohica remporte de brillante façon sa catégorie. Pour les T2 c’est l’équipage d’Alain Bernard qui prend le meilleur. Mais rien n’est joué pour la gagne finale.

101-mohica-jaffrennou-3.jpg

L’après-midi

Pendant le déjeuner, Bernard Boulet peaufine sa stratégie. Le terrain est défoncé et il mise le championnat. Donc, interdiction de risquer une casse mécanique d’autant qu’une des rotules donne quelques signes de faiblesse. Il opte pour un compromis : Rouler sagement pour préserver le véhicule mais assez vite pour assurer la victoire sur les 6 heures. Dans les faits un duel s’engage entre Boulet et Charly Torane. Après trois heures de course 53 secondes à l’avantage de Torane séparent les deux prétendants, mais Bernard Boulet a gagné son défi : prendre la tête du championnat. Surprise, c’est le Prédator de Charbonnier qui prend la troisième place de la manche à un tour des premiers en signant le meilleur tour. Belle bagarre également entre Yves Tartarin (privé d’embrayage) et Pascale Jaffrennou qui a connu dans les derniers tours des problèmes d’amortisseur.

Quant à Yorrick Vergeau, malgré tous ses efforts, il ne parviendra pas à revenir dans la course. Il prendra une honorable 5eme place. Dans les abandons il faut noter celui du Tomahawk de Lacam sur bris de boîte de vitesse (elle avait été malmenée au Maroc)

En T2 notons la belle prestation du Mitsubishi Pajero piloté par L’équipage féminin Estèves Réal Lansac qui prend une belle 15 place au scratch devant des adversaires plus puissants et performants.

Podium Orléans

podium-2.jpg

Au cumul des deux manches c’est donc Bernard Boulet et Cédric Duple qui remportent les 6 heures de l’Orléanais devant Rorane Duple, et Yves Tartarin.

 1 1 BOULLET /DUPLE Propulsion PRV

 2 7 TORANE /DUPLE ORC Porsche

 3 3 RABET / TARTARIN / REAL Pro-Pulsion Nissan

 4 101 MOUHICA /JAFFRENNOU Moncé- Renault

 5 64 BEHEITY / DESPUJOLS Beheity-Porsche

 6 4 BRANGER /THIBAULT /PIVERT BTP-PRV

 7 5 LAMOUREUX /BELLET Fouquet – Porsche

 8 238 BROSSEAU / PUPIL Suzuki

 9 363 CHARBONNIER / SENECAL Chevrolet Predator X18

 10 233 BERNARD /LANDANGER /HERMANN Toyota KZJ90

 11 34 DESICY /DESICY Fouquet – PR

 12 59 MOILET /GALLAND /VERGEAU MGR Nissan

 13 291 DA SILVA/ BONNEFIS/ BURG Mitsubishi Pajero

 14 104 MASSON / MARIN Strakit Renault

 15 220 CHASTRIA /LAMBERT /FERRY Mitsubishi Pajero

 16 205 LABADIE / BANOS / CALLEGARIN Range Rover

 17 277 REAL ESTEVES/ REAL / LANSAC Mitsubishi Pajéro

 18 275 POTVIN / BROUSSE / JAMET Range Rover

 19 99 COUANARD /DUVAL Arnoux – PRV

 20 201 FALLOUX / PINTOS Toyota KDJ 120

 21 223 GERARD /PERILLOUS Toyota KZJ 90

Meilleur tour: 59 MOILET /GALLAND /VERGEAU 3:30.091 (65.97 km/h)

yorrick_cote.jpg

yorrick_7.jpg

torane_cote_.jpg

tomahawk_1.jpg

tartarin_3.jpg

range_rover.jpg

rabet.jpg

lamoureux-bellet_3.jpg

lambert.jpg

fouquet-jimny.jpg

branger_thibault.jpg

boullet-2.jpg

aline_estores.jpg

aline_cote_3.jpg

alain_bernard.jpg

291_cote_.jpg

275_range_potvin.jpg

104-strakit_Masson-marin.jpg

101-mohica-jafrennou-2.jpg

64_beheity_-depujol.jpg

34_desicy.jpg

5_lamoureux_bellet.jpg

1_boullet.jpg

CATEGORIES
Share This
NEWER POST
X
X