Inscription newsletter ::
Email :
RUBRIQUE : Préparations 4X4 & SUV

Jeep CJ2A EC de 1946 - première Jeep civile



La Jeep CJ2A est la première Jeep civile produite au sortir de la guerre. Et c’est dans la région de Bourgueuil que j’ai rencontré un vrai fan de Jeep qui vient d’en restaurer une. Christophe est un vigneron et il est tout autant passionné par sa vigne et ses cuvées que je vous conseille au passage mais avec modération) que par les Jeep anciennes. Notre ami a commencé le 4x4 avec un club très actif et a participé à des trials. Il fait connaissance avec sa première Jeep en 1992, une M38A1, qui servira au quotidien même si elle n’était pas bâchée. Christophe est un courageux ! Il devra assez vite s’en séparer mais c’est trop tard il a été piqué par le virus. Il aura ensuite une CJ7 (un modèle dont le look lui a particulièrement plu) puis vinrent ensuite différents modèles qu’il va commencer à restaurer tels que J10, J20, Cherokee Chief. Au départ il se « contente » de modèles assez récents, puis, petit à petit il remonte l’histoire de Jeep pour aujourd’hui se concentrer sur les modèles des années 40’ et 50’, mais plus particulièrement les versions civiles.

JPEG - 454.8 ko
Jeep CJ2A de 1946 - série EC (Early Civilian). Les couleurs utilisées sont proche de celles de John Deer. Elles se nomment ici Pasture Green et Automn Yellow
JPEG - 503.7 ko
JPEG - 458.9 ko
JPEG - 439.6 ko

Sa passion un peu dévorante car si actuellement sa collection se limite à quelques voitures il en a eu un peu partout sur son terrain. Comme il le dit quand on lui pose la question « combien as tu de Jeep », il répond malicieusement : « beaucoup, bien de trop, mais moins qu’avant ». Les plus belles pièces de sa collection sont la CJ2A qui nous occupe aujourd’hui, une magnifique Jeep Station Wagon, un Jeepster, un Wagoneer première série et un forward contrôle.

Petit historique de la Jeep

Sans rentrer dans les détails, les premières Jeep on été conçues pour les militaires américains. Les premiers prototypes de 4x4 datent de 1940 avec des modèles de chez Batam et de Ford. En 1941 Bantam, Ford et Willys produisent en tout à peu près 8000 véhicules : Bantam BRC 40 – Ford GP et enfin Willys MA. Puis en 1942 apparaît celle que nous connaissons tous, déclinée en deux modèles très proches l’un de l’autre : la Willys MB (335 531 exemplaires + 25 808 exemplaires de la version à grille de radiateur lourde – Slat Grille) et la Ford GPW (277 896 exemplaires). Entre 1944 et 1945 alors même que la guerre n’est pas terminée ; Willys travaille sur un projet de Jeep civile. La première version CJ1 est basée sur le châssis de la Willys MB mais est dotée d’un hayon arrière, la roue de secours est déportée sur le flanc droit, on trouve aussi une prise de force. Quelques prototypes seront construit avant une évolution vers la CJ2 baptisée Agrijeep, produite elle, à une trentaine d’exemplaires. Ces versions seront testée par le Département de l’Agriculture dans quelques fermes expérimentales. Le principal changement est une boîte de vitesse plus résistante, la Warner T90. Il faudra attendre juillet 1945 pour voir la production de la version définitive de la première Jeep civile appelée CJ2A.

Note : la CJ2A existe en trois versions :
- VEC Very Early Civilian jusqu’au numéro de série #34530
- EC Early Civilian milieu de l’année 1946 – milieu de l’année 1947
- CJ-2A

production de la CJ2A

Année numéro de série nombre de véhicules construits
1945 10001-11824 1824
1946 11825-83379 71554
1947 83380-148458 65078
1948 148459-222581 74122
1949 222582-224764 2182

Chaînes de montage, pièces détachées, tout était disponible en cette fin de guerre pour produire des Jeep. Il est donc logique que la production se tourne désormais vers une version civile qui puisse être proposée aux fermiers, aux exploitations forestières et à tous ceux qui avaient besoin d’un engin léger avec de véritables capacités de franchissement. Ce 4x4 devait être polyvalent, c’est pourquoi de nombreuses options et accessoires étaient proposées. Siège passager (la version de base n’avait que le siège du conducteur), prises de force à l’avant ou à l’arrière, bâche, cabestan, la liste des options est longue, toute autant que celle des accessoires et différents outils qui pouvaient se greffer sur la CJ2A : chasse neige, faucheuse, générateur électrique, charrue, banc de scie. En résumé, cette Jeep devait être le couteau Suisse du Mid West.

JPEG - 406.6 ko
la prise de force et sa poulie pour entraîner des machines agricole, ou un banc de scie par exemple
JPEG - 383.4 ko
JPEG - 283.2 ko
les plaques d’origine !

Les améliorations et les changements par rapport à une Willys MB

Tout d’abord, au niveau de la carrosserie le changement qui apparaît en premier est la calandre à 7 fentes (la Willys MB en avait 9), qui deviendra emblématique chez toutes les futures Jeep. On notera aussi que les phares sont plus gros et affleurants, non plus en retrait de la calandre comme sur la MB. Ensuite l’arrière est doté d’un hayon, permettant de charger la jeep beaucoup plus facilement que dans sa version militaire. De fait la roue de secours a du être déplacée en position latérale. Le réservoir est toujours sous le siège mais on peut enfin faire son plein normalement, il y a une goulotte avec un bouchon accessible directement.

JPEG - 441.4 ko
La CJ2A inaugure la mythique calandre à 7 fentes. Les Jeep Willys en avaient 9. Notez aussi les phares plus gros et affleurants, ainsi que les petits feux qui remplacent ceux de black out.
JPEG - 438.9 ko
un hayon à l’arrière c’est plus pratique pour le chargement
JPEG - 442.4 ko
Toutes les petites pattes métalliques noires permettent de mettre la capote dans diverses configurations
JPEG - 385.4 ko
la roue de secours est désormais placée à droite de la CJ2A, notez aussi des coussins de siège plus épais, enfin du confort ...
JPEG - 374.8 ko
La CJ2A se civilise avec un remplissage latéral pour le réservoir
JPEG - 397.4 ko
La direction a été changée avec un ancrage de bielette sur le châssis
JPEG - 181.9 ko
La CJ2A est loin de renier ses origines
JPEG - 216.7 ko
Ca c’est de l’essuie-glace de compétition ! Il fonctionne à dépression. De base il existait un essuie-galce côté passager mais à main, pour en avoir un autre pneumatique, c’était une option
JPEG - 478.8 ko
L’échappement sur les premiers modèles est latéral. Sur les versions ultérieures il sera arrière, mais on trouvait sur les modèles intermédiaires les deux types de fixation sous la caisse

Ensuite la CJ2A est dotée d’une nouvelle boîte de vitesse Warner T90 à trois rapports, plus résistante que la T84 et le transfert reste un Spicer / Dana 18 avec des rapports plus courts (2,43 en courte). Au niveau du moteur c’est toujours le L-134 Go-Devil. Ce quatre cylindre de 2199 cm3 développe 60 ch est celui qui a équipé les Willys. Au niveau des ponts on trouve à l’avant un Dana 25 et un Dana 41 plus résistant à l’arrière à partir de 1946 (avant le numéro de série #13453, on trouvait un spicer 23). La direction a aussi été revue puisque l’ancrage est désormais sur le châssis et non plus sur le pont.

JPEG - 442.9 ko
Le moteur L-134 Go-Devil de la CJ2A
JPEG - 389 ko
JPEG - 364.4 ko
JPEG - 312.9 ko
pour la petite histoire, ce klaxon a été trouvé en Angleterre dans un seau rempli d’eau et dans un mauvais état, il a fallu du courage pour les restaurer
JPEG - 421.7 ko
JPEG - 397.4 ko
La direction a été changée avec un ancrage de bielette sur le châssis
JPEG - 538.1 ko
détail de la direction de la CJ2A et pont Dana 25
JPEG - 507.7 ko
ici uin pont Dana 41. le ratioest de 5.38 alors qu’il était de 4.88 sur la MB
JPEG - 299.9 ko
les deux leviers du milieu commande le transfert : courte / longue et deux roues motrices / quatre roues motrices. Le levier entre les sièges entraine le PTO (power take off) prise de force
JPEG - 499.6 ko
Les jantes sont différentes de celles de la Willys mais les pneus sont de même taille 600 x 16

note : la compagnie Spicer a ensuite été rachetée par Dana

Dans les versions VEC ou EC et jusqu’en 1947 les acheteurs avaient le choix entre un levier de vitesse au volant ou au plancher, ici c’est au volant. Une autre particularité de notre Jeep c’est d’avoir un accélérateur à main de type agricole (Governor) et donc un carburateur spécifique à rotule. D’autres détails vous seront dévoilés dans les légendes des photos.

JPEG - 242.1 ko
juste à gauche du volant se trouve l’accélérateur à main (Governor) de la CJ2A
JPEG - 362.3 ko
le carburateur est différent, il est muni d’une rotule actionnée par le Governor (accélérateur à main) pour un usage agricole ou utiliser la prise de force
JPEG - 380.2 ko
ici les vitesses se passent au volant, notez que des tubes pour la capote sont situés sous le pare brise
JPEG - 284.1 ko
petite différence avec la Willys, la CJ2A n’a pas de compteur kilométrique journalier
JPEG - 269.9 ko
A gauche de la pédale d’embrayage un petit bouton pour passer de code à phare, le champignon noir est un repose pied .... et à sa droite se trouve le démarreur

La restauration de la Jeep CJ2A

Achetée en 2012, cette Jeep avait reçu pas mal de modifications, notamment avec un changement de moteur et de boîte. Elle avait été diésélisée et la boîte était avec des vitesses au plancher. Heureusement, la plupart des modifications avaient été bien faites et n’étaient pas irréversible. Alors certes la cloison pare-feu avait été découpée et le tunnel de boîte modifié. Mais à force de temps et de passion, Christophe a réussi son pari. Refaire une CJ2A quasi sortie d’usine avec 99% de pièces d’origine ! Cela n’a pas été simple car même si certains éléments sont partagés avec la Willys, de nombreux petits détails sont différentes (d’autant plus sur une pré série) : l’unique feu arrière a fait par exemple l’objet d’un véritable jeu de piste car il est introuvable (il ressemble à celui d’un Jeepster mais le patern des vis est différent). En fouinant en France mais aussi aux Etats Unis, et au bout de 5 ans de patiente, la Jeep roule enfin.

JPEG - 360.8 ko
chose amusante, la bobine se situait juste derrière la clé de contact. Pour éviter des soucis, dans ce modèle restauré, Christophe a mis un allumage séparé
JPEG - 262.1 ko
Le feu NACO est une rareté, il a été très compliqué à trouver

Le seul petit détail qui manque encore est une bâche refaite. Christophe a bien celle d’origine ainsi que les différents tubes qui permettent de soutenir la capote, mais elle est en triste état. Petite particularité de cette bâche c’est qu’elle comprend plus de 10 pièces. On pouvait ainsi choisir de bâcher la Jeep selon ses envies : on pouvait couvrir l’avant et éventuellement la partie au dessus de la benne, l’arrière mais aussi les portes. On pouvait aussi ne couvrir que l’avant mais avoir une partie qui se refermait derrière les sièges. C’est pourquoi on trouve un peu partout des fixations pour les sangles qui maintiennent les différents éléments de la bâche.

JPEG - 296.9 ko
une partie des tubes de la capote sont rangés dans un logement prévu pour sur le côté gauche, les autres se trouvent sous le pare brise à l’intérieur
JPEG - 323.1 ko
JPEG - 457.1 ko
JPEG - 341.9 ko
JPEG - 384.3 ko
JPEG - 243.7 ko
JPEG - 473.1 ko

Voir tous les reportages sur la marque Jeep

Voir tous les articles de cette rubrique : Préparations 4X4 & SUV

Vos commentaires (donnez votre avis)
  
le 6 mars 2017
Jeep CJ2A EC de 1946 - première Jeep civile

bonjour,
je cherche une documentation sur le levier de vitesse au volant de la cj2a,
si vous avez ca ???
Cdlt

  
le 22 janvier 2017
Jeep CJ2A EC de 1946 - première Jeep civile

complimenti per la CJ2A...per le foto ed il testo del post...

félicitations pour CJ2A ... pour les photos et le texte du message ...

  
le 13 janvier 2017
Jeep CJ2A EC de 1946 - première Jeep civile

excellent article , bien documenté , et puis cette cj2a est magnifique


Rédiger votre commentaire - SI VOUS SOUHAITEZ UNE REPONSE METTEZ VOTRE MAIL !!!
Pour toute demande sur les tarifs ou sur les accessoires / pièces qui vous intéressent adressez vous directement au préparateur
Titre :
Texte :
Qui êtes-vous ? (optionnel)
Votre pseudo :
Votre adresse email :



retrouvez le journal du 4x4 sur facebook
Retour au sommaire
Les 15 derniers à ne rater sous aucun prétexte
Les partenaires
Retour au sommaire


Journal du 4x4

Direction

NICOLAS MAILFAIT STEVENIN

Textes et photos

Nicolas Mailfait Stèvenin

Participent au magazine :

- Raphaël Hétier (photo)
- Christophe Imholz
- Eric Rieuf

- mais aussi quelques lecteurs fans !

LA BOITE A MAG Sarl
- JOURNAL DU 4x4
- NICOLAS MAILFAIT STEVENIN
- 3, grande rue
- 02160 MOULINS
- FRANCE

_ journaldu4x4@orange.fr

Conception & réalisation :
Agence web

© 2000/2011 Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. (Article L122-4 Créé par Loi 92-597 1992-07-01 annexe JORF 3 juillet 1992)

Où circuler, ce que dit la loi :

l’article L. 362-1 du code de l’environnement interdit la circulation des véhicules à moteur (automobiles, motos, quads, engins spéciaux à moteur, etc.) en dehors des voies classées dans le domaine public routier de l’Etat, des départements et des communes, des chemins ruraux et des voies privées ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur

Le principe de l’interdiction générale de circulation des véhicules à moteur dans les espaces naturels en dehors des voies ouvertes à la circulation publique
L’article L. 362-1 du code de l’environnement interdit la circulation des véhicules terrestres à moteur dans les espaces naturels en dehors des voies ouvertes à la circulation publique. Cette interdiction peut se résumer par la formule lapidaire : « pas de “hors piste” ».


Plan du site
Mentions légales