Inscription newsletter ::
Email :
RUBRIQUE : Ultra4

King Of Britain Ultra4 2016



King Of Britain 2016

Cette année, l’Ultra4 King Of Britain a déménagé en allant de Walters Arena à Bovington Camp, un énorme terrain de manœuvres militaires pour les chars et autres blindés de l’armée anglaise. Situé sur la côte sud du Royaume Uni, ce terrain est plutôt typé rapide. Pas de gros rochers à franchir ni de zones trop ardues, mais par contre des kilomètres de larges pistes roulantes parsemées de zones artificielles où l’on trouve du franchissement.

Côté infrastructure, le camp de base a été installé dans un champ situé à quelques mètres du terrain. Juste en face, on trouvait un camping et des bungalows pour les équipes. Certains teams ont choisi de louer des cottages à proximité. Quant aux pits pour les mécanos, ils étaient en bordure de piste sur une grande étendue goudronnée. Bref plutôt pas mal du tout. Petit détail amusant, de jour comme de nuit, on entend des tirs au loin, on voit passer des hélicos dans le ciel et surtout on croise parfois des convois de blindés, de chars et autres trucs kaki.

Comme l’a annoncé dès le début Richard Crossland, cette course allait être rapide et très typée Baja. Et le premier conseil aux pilotes a été de dire qu’il serait judicieux que le premier tour ne se fasse pas à fond, mais plutôt qu’ils en profitent pour reconnaître la piste avant d’ouvrir les gaz à fond. Largeur de piste et lignes droites allaient faire le bonheur des pilotes rapides. Cependant, le tracé était plutôt du genre tôle ondulée, trous et bosses en alternance, forcément, des chars Challenger II, ça pèse pas mal de tonnes et ça laisse des traces.

Le prologue s’est déroulé en nocturne. Comme d’habitude, il ne fait que quelques kilomètres et se boucle en moins de 5 minutes. Quelques bosses, des flaques d’eau mais partout un terrain avec du grip, voilà ce qui était au menu du dîner. Une presque formalité, si ce n’est cette vilaine petite bosse traîtresse à 50 m de l’arrivée. Au moment où beaucoup de pilotes enfoncent la pédale de droite pour grapiller quelques secondes. C’est à cet endroit que Nevil Ciantar du Team Nusu, arrivant de manière très très enthousiaste s’est littéralement envolé, est retombé sur les roues avant et l’arrière du véhicule en l’air, a roulé ainsi sur plusieurs mètres et a fini (heureusement) par retomber sur ses roues. Mais je pense que Neville s’en souviendra et sera plus prudent lors de prochaines cessions de nuit. Il faut dire que les grosses barres de LED éclairent vraiment bien mais ont tendance à écraser le relief et on voit difficilement les pièges.

JPEG - 297.9 ko
JPEG - 371.6 ko
JPEG - 437.2 ko
JPEG - 361.5 ko
JPEG - 408 ko
JPEG - 464.6 ko
JPEG - 376.2 ko
JPEG - 507.1 ko
JPEG - 443.8 ko
JPEG - 424.8 ko
JPEG - 517.2 ko
JPEG - 490.3 ko
JPEG - 420.9 ko
JPEG - 405.4 ko
JPEG - 512.3 ko
JPEG - 381.8 ko
JPEG - 520.2 ko
JPEG - 439.4 ko
JPEG - 461.1 ko
JPEG - 398.8 ko
JPEG - 378.7 ko
JPEG - 382.1 ko
JPEG - 366.8 ko
JPEG - 373.9 ko
JPEG - 427.2 ko

Les choses sérieuses commencent enfin le week-end. La course promet d’être très disputée. Jim Marsden de Gigglepin est sur ses terres mais il aura en face de lui plusieurs adversaires car le plateau est très relevé. Ses principaux rivaux sont Emanuel Costa et Nicolas Montador. Ces derniers vont aussi batailler ferme pour la première place du championnat car rien n’est encore joué. Si Costa termine loin derrière Nicolas Montador, ce dernier peut en effet reprendre la tête du championnat.

Mais parfois les choses ne se déroulent pas comme on le souhaiterait, comme vous allez le voir, il y a eu pas mal de « rebondissements ». Le samedi matin, le départ est donné. La piste est parsemée par de grosses flaques d’eau mais le terrain n’est pas boueux. Le sol est plutôt caillouteux et les 4x4 ont donc du grip sur la majorité du parcours. Juste avant l’arrivée, se trouve une énorme bosse de près de 10m de haut, sorte de grosse dune où les pilote étaient plutôt prudents. Notre ami venu de Norvège, Reidar Sveen, lui n’a pas coupé les gaz au sommet et s’est littéralement satellisé avant de faire un impressionnant tonneau par l’avant ... heureusement pas de bobo, même si les pompiers et les secours sont intervenus pour sortir son copilote qui se plaignait de douleurs au dos. Au final plus de peur que de mal mais la voiture est HS.

GIF - 1 Mo

Peu de temps, après c’est Nicolas Montador qui boucle un tour et sort vers les stands. Il est dans un état proche de l’évanouissement. Il sera pris en charge lui aussi par les médecins. Là encore plus de de peur que de mal. En fait il avait une intoxication alimentaire (due à la présence d’une bactérie dans la gourde dont il se sert pour boire durant la course) et une hypothermie. Il ressortira de l’hôpital le soir-même et depuis il s’est complètement remis.

On peut, suite à cela, donner comme conseil à tous ceux qui utilisent une poche ou une gourde pour boire durant les courses, de bien les nettoyer et de les désinfecter après chaque usage, de même que le tuyau !

La course continue et ça bataille sec sur les premières places. Jim et Emanuel sont au coude à coude mais au final c’est Jim qui remportera la bataille en devançant Costa de quelques secondes. Quel finish, moins de 10 secondes séparent donc le premier du second. Emanuel ne fera donc pas le grand chelem en remportant les 4 courses. Mais avec trois victoires et une seconde place, il sera sacré King de l’Ultra 4 2016. Nicolas sera sur la seconde marche du podium et Jelle Janssans finira troisième au championnat.

Concernant le King Of Britain, notons la belle troisième place de Neville Ciantar venu de Malte.

JPEG - 379.4 ko

Deuxième cocorico avec le Team JHR qui finira la course 7ème sur leur Ultra 4 CBMS.

En catégorie Legend, très belle victoire pour les frères Reul venus de Belgique pour leur première participation .Ils sont suivis par Dan Ellias et Mel Pocock.

En classe Modified on trouve dans l ’ordre : Richard Nicholson, Paul Acketts, James Ayre.

JPEG - 508.7 ko
JPEG - 497.9 ko
JPEG - 499.6 ko
JPEG - 536.6 ko
JPEG - 576.5 ko
JPEG - 530.2 ko
JPEG - 502.5 ko
JPEG - 527.5 ko
JPEG - 501.9 ko
JPEG - 478.4 ko
JPEG - 532.1 ko
JPEG - 582.1 ko
JPEG - 554 ko
JPEG - 564.5 ko
JPEG - 547 ko
JPEG - 511.2 ko
JPEG - 517.7 ko
JPEG - 485 ko
JPEG - 490.2 ko
JPEG - 432.6 ko
JPEG - 481.2 ko
JPEG - 450.3 ko
JPEG - 484.8 ko
JPEG - 489.2 ko
JPEG - 437 ko
JPEG - 501.2 ko
JPEG - 460.5 ko
JPEG - 455.9 ko
JPEG - 340.8 ko
JPEG - 525.8 ko
JPEG - 433.5 ko
JPEG - 488.4 ko
JPEG - 459 ko
JPEG - 380.5 ko
JPEG - 459.1 ko
JPEG - 353.9 ko
JPEG - 505.6 ko
JPEG - 511.6 ko
JPEG - 436.9 ko
JPEG - 560.1 ko
JPEG - 362.1 ko
JPEG - 477.3 ko
JPEG - 538 ko
JPEG - 583.8 ko
JPEG - 500.4 ko
JPEG - 420.1 ko
JPEG - 516.1 ko
JPEG - 540.2 ko
JPEG - 479.4 ko
JPEG - 446.7 ko
JPEG - 427 ko
JPEG - 477.5 ko
JPEG - 526.5 ko
JPEG - 476.6 ko
JPEG - 447 ko
JPEG - 481.5 ko
JPEG - 436.8 ko
JPEG - 422 ko
JPEG - 293.8 ko
JPEG - 510.5 ko
JPEG - 463.8 ko
JPEG - 343.4 ko
JPEG - 380.4 ko
JPEG - 335.4 ko
JPEG - 367.9 ko
JPEG - 243.1 ko
JPEG - 358.4 ko
JPEG - 403.1 ko
JPEG - 293.7 ko
JPEG - 419.8 ko
JPEG - 358.8 ko
JPEG - 332.4 ko
JPEG - 390.4 ko
JPEG - 372.3 ko
JPEG - 431.5 ko
JPEG - 469.4 ko
JPEG - 313.7 ko
JPEG - 268.8 ko
JPEG - 527.1 ko
JPEG - 326.1 ko
JPEG - 517.4 ko
JPEG - 311.1 ko
JPEG - 463.4 ko
JPEG - 387.4 ko
JPEG - 298.5 ko
JPEG - 353.2 ko
JPEG - 305.7 ko
JPEG - 505.5 ko
JPEG - 345 ko
JPEG - 417.5 ko
JPEG - 507.2 ko
JPEG - 379.3 ko
JPEG - 334.9 ko
JPEG - 440.4 ko
JPEG - 454.7 ko
JPEG - 356.4 ko
JPEG - 392.2 ko
JPEG - 376.1 ko
JPEG - 343.5 ko
JPEG - 386.6 ko
JPEG - 336.6 ko
JPEG - 435.8 ko
JPEG - 454.6 ko
JPEG - 318.2 ko
JPEG - 394.6 ko
JPEG - 359.9 ko
JPEG - 438.2 ko
JPEG - 353.2 ko
JPEG - 452.6 ko
JPEG - 423.8 ko
JPEG - 338.7 ko
JPEG - 487.4 ko
JPEG - 567.9 ko
JPEG - 587.2 ko
JPEG - 543.4 ko
JPEG - 398 ko
JPEG - 525.9 ko
JPEG - 505.7 ko
JPEG - 543.7 ko
JPEG - 491.8 ko
JPEG - 544.5 ko
JPEG - 359.9 ko
JPEG - 355.9 ko
JPEG - 364.7 ko
JPEG - 610.3 ko
JPEG - 400.2 ko
JPEG - 451.2 ko
JPEG - 543.6 ko
JPEG - 614.5 ko
JPEG - 466.9 ko
JPEG - 469.4 ko
JPEG - 549.8 ko
JPEG - 638 ko
JPEG - 340.6 ko
JPEG - 348.9 ko
JPEG - 369.3 ko
JPEG - 621.2 ko
JPEG - 369.3 ko

Voir tous les articles de cette rubrique : Ultra4

Vos commentaires (donnez votre avis)
Soyez le premier à poster un commentaire sur cet article du magazine journaldu4x4.com!

Rédiger votre commentaire - SI VOUS SOUHAITEZ UNE REPONSE METTEZ VOTRE MAIL !!!
Pour toute demande sur les tarifs ou sur les accessoires / pièces qui vous intéressent adressez vous directement au préparateur
Titre :
Texte :
Qui êtes-vous ? (optionnel)
Votre pseudo :
Votre adresse email :



retrouvez le journal du 4x4 sur facebook
Retour au sommaire
Les 15 derniers à ne rater sous aucun prétexte
Les partenaires
Retour au sommaire


Journal du 4x4

Direction

NICOLAS MAILFAIT STEVENIN

Textes et photos

Nicolas Mailfait Stèvenin

Participent au magazine :

- Raphaël Hétier (photo)
- Christophe Imholz
- Eric Rieuf

- mais aussi quelques lecteurs fans !

LA BOITE A MAG Sarl
- JOURNAL DU 4x4
- NICOLAS MAILFAIT STEVENIN
- 3, grande rue
- 02160 MOULINS
- FRANCE

_ journaldu4x4@orange.fr

Conception & réalisation :
Agence web

© 2000/2011 Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. (Article L122-4 Créé par Loi 92-597 1992-07-01 annexe JORF 3 juillet 1992)

Où circuler, ce que dit la loi :

l’article L. 362-1 du code de l’environnement interdit la circulation des véhicules à moteur (automobiles, motos, quads, engins spéciaux à moteur, etc.) en dehors des voies classées dans le domaine public routier de l’Etat, des départements et des communes, des chemins ruraux et des voies privées ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur

Le principe de l’interdiction générale de circulation des véhicules à moteur dans les espaces naturels en dehors des voies ouvertes à la circulation publique
L’article L. 362-1 du code de l’environnement interdit la circulation des véhicules terrestres à moteur dans les espaces naturels en dehors des voies ouvertes à la circulation publique. Cette interdiction peut se résumer par la formule lapidaire : « pas de “hors piste” ».


Plan du site
Mentions légales