Inscription newsletter ::
Email :
RUBRIQUE : Ultra4

Spitfire Ultra4 IFS de Off Road Armoury



Ceux qui suivent les compétitions d’Ultra4 Europe doivent connaitre ce nom : Rob Butler le patron de Off Road Armoury, un des fabricants de véhicules dédiés à la compétition. Non content d’avoir son propre véhicule, Rob a plusieurs Ultra4 qu’il a construits pour divers pilotes dont notamment Levi Shirley (USA), Filipe Guimarães (PT) ou Jorge Araujo (PT) qui vient de terminer à la seconde place du king Of France 2017, sans compter ceux qui ne sont pas dans le circuit Ultra4. Ces Ultra4 de première génération s’appellent des Eurofighters. Notons que c’est au volant de son Eurofighter que Rob a fini le King Of the Hammers 2016, c’est la première fois qu’un véhicule made in Europe terminant cette célébrissime course !

JPEG - 484 ko
Premier Ultra4 IFS européen ! Mad in Rob Butler Off Road Armoury

Mais dans le secret de son atelier à Uckfield, dans l’East Sussex, Rob a travaillé près de 8 mois pour finaliser son nouveau projet.

Et quel projet, car il s’agit d’une première européenne : un Ultra4 IFS à suspensions avant indépendantes (Independant Front Suspension). Jusqu’ici on n’avait pu voir de tels engins qu’aux Etats Unis avec au volant des noms prestigieux tels que : Shannon Campbell (3 victoires au KOH), Nick Nelson, Ben Napier ou encore Jason Scherer.

C’est ce 4x4 surprenant que je vous propose de découvrir en avant première mondiale, car à ma connaissance, personne n’a fait d’article dessus !

JPEG - 717.3 ko

SPITFIRE ULTRA4 IFS Off Road Amoury : un avion de chasse sur la piste

Rob est passé maître dans l’art de créer des châssis, il fait partie de cette petite communauté Européenne de préparateurs à produire en petites séries des Ultra4, comme notre ami Français (cocorico !) Nicolas Montador de Team WSR.

Choisir de rouler en IFS est un pari mais cela peut se révéler payant (voir les titres de Shannon Campbell qui a été un des précurseurs de ce type de développement). La particularité, comme vous l’avez noté en regardant les premières images, est d’avoir un pont avant triangulé à la place du traditionnel pont rigide. Réputé plus fragile l’IFS est cependant en train de grignoter des "parts de marché" aux ponts rigides, il n’y a qu’à voir le nombre d’engagés avec cette technologie aux USA. Mais nous sommes loin des débuts de l’IFS et il est en train de se fiabiliser. Par contre son véritable inconvénient vient de son prix, il faut compter 58 000 € pour le kit complet

JPEG - 764.8 ko
IFS c’est à dire que le train avant est à suspension indépendante mais ici contrairement à nos 4x4 d’origines les débattements sont beeaauuccoouupp plus grands !

Le Spitfire de Off Road Armoury est un single seater (monoplace) à châssis tubulaire réalisé en chromoly 4130 et en tubes d’acier T45. Il pèse aux alentours de 2000 kg ce qui est plus lourd que le nouvel Ultra4 de Nicolas Montador (+- 1700 kg) mais plus léger que la plupart des autres qui tournent entre 2.2t et 2.4t. La largeur des voies parait impressionnante avec ses 90" mais c’est surtout une impression (la majorité des Ultra4 tourne autour de 88" et cela peut varier selon les jantes si elles ont du déport ou pas) , son empattement est de 114" ce qui est la norme standard. Les panneaux de carrosserie sont en aluminium, le fond plat est en HDPE de 12 mm.

JPEG - 786.7 ko
les triangles sont mécano soudés avec des renforts internes et dc’est découpé au laser

Sa ligne est très agressive, le fait qu’il soit bas et ramassé le rend plus dynamique. Nul doute que le centre de gravité est vraiment situé assez bas. Il reste malgré tout élégant et moins massif que les Eurofighters. Même si nous ne sommes pas ici pour un concours de beauté, un bel Ultra4 c’est toujours agréable à regarder.

Moteur et transmissions du Spitfire Ultra4

Pour faire décoller cet Ultra4 (au propre comme au figuré) Rob a implanté un moteur Chevrolet LS3 de 6200 cc (en position arrière) avec un ECu GM Peformance, le bouilleur développe 525 ch. Il est refroidi par un radiateur Allisport sur mesure équipé de ventilateur de 18". Il lui a accouplé une boîte de vitesse Alders 4L80E (modèle compétition) avec un convertisseur de couple COAN Full Race 2600 et un transfert Trail Worthly HERO 2.0. Que de la grosse pièce en version perfomance en fait ! L’échappement en 8 en 2 en 1 en 2 .... est fait maison. L’admission se fait via une boîte à air custom avec un Donaldson Powercore. Le tout est refroidi par des radias SETRAB. Le réservoir de 30 gallons provient des USA (Pyrotect).

JPEG - 630.8 ko
le moteur est très peu visible mais on voit ici l’échappement

Liaisons au sol et suspension

Le train avant est un bijou d’orfèvrerie. les pièces modélisées sur ordinateur et découpées au laser sont tout simplement magnifiques. Et malgré la complexité de réaliser un train avant triangulé, l’engin a su démontrer pour sa première course au king Of France 2017 qu’il était taillé pour la gagne. Le kit IFS de chez Jimmys 4x4 (USA) est redoutable, il maintient les roues au sol beaucoup mieux qu’un pont rigide. C’en est fini, ou presque, des levers de papattes en croisement de pont. Les roues avant étant indépendantes, elles épousent parfaitement les creux et bosses, les passages dans les rochers semblent faciles mais c’est surtout dans les parties rapides, dans les virages, lors des reprises et dans les sauts et whoops que le Spitfire se montre le plus redoutable. Certaines zones semblent comme gommées, là où les ponts rigides ont tendance à envoyer la voiture un peu dans tous les sens, Rob au volant de sa machine met les gaz ! Les joints homocinétiques sont de chez RCV modèle Série 30. On trouve un blocage de différentiel ARB air locker RD99CE.

JPEG - 870.8 ko
JPEG - 867.4 ko
Off Road Armoury distribue ce kit IFS Jimmys 4x4
JPEG - 504.3 ko
JPEG - 705.8 ko

A l’arrière on retrouve du traditionnel, un pont rigide de chez Spidertrax avec liaison de type 4 links. Deux tirants tubulaires et deux en mécano soudé. Cette société américaine s’est spécialisée dans l’étude, la modélisation et la fabrication de ponts rigides ultra performants. C’est devenu une vraie référence dans le milieu de la compétition et plus particulièrement dans l’Ultra4. Ces ponts sont quasi incassables, surtout dans la version Spidertrax 4" pro comme sur cet IFS. Le housing (c’est à dire les composants qui sont à l’intérieur, comme les arbres de roues, les moyeux sont ultra renforcés). Le couple conique et la couronne ont été trouvés chez Gearworks et sont en 10" !. Le montage est en spool, ce qui signifie qu’il n’y a pas de différentiel arrière, les roues tournent donc toujours à la même vitesse. Les arbres de roue (40 cannelures) et les moyeux viennent aussi de chez Spidertrax. Dernier détail, une barre antirock.

JPEG - 778.7 ko

Pour freiner la bête, Rob l’a équipée de freins D&D à 6 pistons. Autant dire que ça freine très fort, mais il faut bien ça en compétition.

Passons maintenant à la suspension. C’est à la mesure de l’engin et de tout le reste des pièces, c’est du lourd. On trouve donc la marque King Shocks (USA) jumelés sur chaque roue. Un coil over en 2.5 pouces soit 6.35 cm de diamètre (combiné ressort amortisseur), ici protégés par des housses, et un bypass en 3" soit 7.62 cm de diamètre (amortisseur réglable). Les deux sont à bonbonnes séparées de gros gabarit. Ces bonbonnes sont cannelées pour offrir un meilleur refroidissement. Des bumps stops de la même marque sont aussi montés sur le pont afin d’atténuer les chocs en compression. Comme on le voit King Shocks étudie chaque détail.

JPEG - 566.3 ko
JPEG - 497.4 ko
barre anti rock et bump stops
JPEG - 630.8 ko

Pour finir la direction est forcément en full hydraulique avec un kit pompe et vérin Howe, modèle Trophy Truck .

L’intérieur est très sobre, le pilote est à droite et la partie gauche cache la transmission. un petit volant racing amovible, des sièges baquets et des harnais complètent la cabine. Les différents paramètres du véhicule : vitesse, tours minutes, les températures et pression sont indiqués sur le dashboard Racepak IQ3 (un écran doublé d’un ordinateur qui permet par exemple de programmer des alertes sur différents capteurs : température, pression, etc).

JPEG - 830.9 ko
JPEG - 772.8 ko

Ajoutez quelques accessoires tels qu’un treuil Gigglepin GP100, des feux à led Lazer triple R16 et ST8 et voila qui termine notre visite. Ah non j’allais oublier les roues ... donc nous avons des jantes à beadlock Trail Gear Creaper Lock. Elles ont la particularité d’avoir 8 arcs de cercle en métal contrairement à bon nombre de jantes à beadlock où le pneu est maintenu par un cercle unique. Des pneus Maxxis trepador sont montés dessus.

JPEG - 819 ko

Sur cette course, Rob pilotait cet engin pour la première fois, le véhicule n’a été terminé que quelques heures ... avant le début de la compétition. Il y aura donc des réglages à faire et de petites modifications. Cependant malgré la perte d’une roue (gougeons arrachés) il a quand même signé le temps le plus rapide au tour, même si ce parcours favorisait l’IFS. Nul doute que ces capacités et sa puissance vont animer le championnat 2017. Le Spitfire se comporte comme une véritable araignée, les pattes, pardon, les roues rivées au sol. Les sauts se font bien à plat et cela permet à Rob de pouvoir rouler fort et vite. L’affaire est donc à suivre. Vous aurez des nouvelles sur les 3 prochaines courses où bien évidemment je serai présent !

maintenant, place aux images :

JPEG - 737.6 ko
JPEG - 834.9 ko
JPEG - 665.6 ko
JPEG - 780.1 ko
JPEG - 770.8 ko
JPEG - 529.6 ko
JPEG - 675.4 ko
JPEG - 858 ko
JPEG - 527.8 ko
JPEG - 473.2 ko
JPEG - 543.8 ko

Voir tous les articles de cette rubrique : Ultra4

Vos commentaires (donnez votre avis)
Soyez le premier à poster un commentaire sur cet article du magazine journaldu4x4.com!

Rédiger votre commentaire - SI VOUS SOUHAITEZ UNE REPONSE METTEZ VOTRE MAIL !!!
Pour toute demande sur les tarifs ou sur les accessoires / pièces qui vous intéressent adressez vous directement au préparateur
Titre :
Texte :
Qui êtes-vous ? (optionnel)
Votre pseudo :
Votre adresse email :



retrouvez le journal du 4x4 sur facebook
Retour au sommaire
Les 15 derniers à ne rater sous aucun prétexte
Les partenaires
Retour au sommaire


Journal du 4x4

Direction

NICOLAS MAILFAIT STEVENIN

Textes et photos

Nicolas Mailfait Stèvenin

Participent au magazine :

- Raphaël Hétier (photo)
- Christophe Imholz
- Eric Rieuf

- mais aussi quelques lecteurs fans !

LA BOITE A MAG Sarl
- JOURNAL DU 4x4
- NICOLAS MAILFAIT STEVENIN
- 3, grande rue
- 02160 MOULINS
- FRANCE

_ journaldu4x4@orange.fr

Conception & réalisation :
Agence web

© 2000/2011 Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation ou la transformation, l’arrangement ou la reproduction par un art ou un procédé quelconque. (Article L122-4 Créé par Loi 92-597 1992-07-01 annexe JORF 3 juillet 1992)

Où circuler, ce que dit la loi :

l’article L. 362-1 du code de l’environnement interdit la circulation des véhicules à moteur (automobiles, motos, quads, engins spéciaux à moteur, etc.) en dehors des voies classées dans le domaine public routier de l’Etat, des départements et des communes, des chemins ruraux et des voies privées ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur

Le principe de l’interdiction générale de circulation des véhicules à moteur dans les espaces naturels en dehors des voies ouvertes à la circulation publique
L’article L. 362-1 du code de l’environnement interdit la circulation des véhicules terrestres à moteur dans les espaces naturels en dehors des voies ouvertes à la circulation publique. Cette interdiction peut se résumer par la formule lapidaire : « pas de “hors piste” ».


Plan du site
Mentions légales