Breslau 2012 news et photos en direct

Breslau 2012 news et photos en direct

Breslau 2012 news et photos en direct

Rejoignez moi sur Facebook et suivez les actus du journaldu4x4.com

1
204
Oleszczak, Pawel / Chelmicki, Maciej

2
264
Kufel, Robert / Samosiuk, Dominik

3
203
Hähle, Martin / Braun, Wolfgang

4
246
Schleiss, Mariusz / Schleiss, lukasz

5
300
RAUFIE, Luc / GIRARD , YANN

6
207
Wieczorek, Andrzej / Wieczorek, Patryk

7
290
Porcher, Cedric / Kermorvant, Damien

8
213
Girousse, Gilles / Delphino, Marc

9
206
Nagy, Attila / Grünwald, Paul

10
307
Kwiatkowski, Tomasz / Kwiatkowski, Lukasz

11
210
MONTADOR, NICOLAS / GIRARD, ARNAUD

12
280
Michel, Jean-Jacques / Girard, Regis

13
214
Brack, Roland / Hrup, Carmen

14
249
Böhlen , Andreas / Grütter, Andreas

15
309
Soriano, Xavier / Gauthier, Emmanuel

16
279
Chauvot, Didier / FERRARI, Andr

17
250
Amort, Ernst / Adi, Ruhalinger

18
295
FRIEDRICH, Walter / Friedrich, Georg

19
303
Vanlauwe, Pierre / Derbecq, William

20
292
Fressoz, Xavier / Stutz, Christophe

21
212
Vetter, Daniel / Kropp , Petra

22
242
Malquion, Pierre / Malquion, Corine

23
302
Arato, Alessandro / Genovesi, Angelo

24
227
Fillon, Cedric / Chassagnard, Julien

25
219
Messner, Kay / Ulbricht, Manja

26
281
Henken, Stefan / Kranhold, Phillip

27
223
Müller, Stefan / Offner, Marcel

28
228
Beckert, Franziska / Nico , Lanzrath

29
252
JOLLY, STEPHANE / RUFF, Stephane

30
234
Eibensteiner, Johann / Eibensteiner, Sabine

31
253
Tranchez, Alexander / Therez, Sbastien

32
215
Wunsch, Patrick / Pflug, Andreas

33
260
Koza, Richard / Gaunersdorfer, Michael

34
308
Adouch, Pierry / Burdino, Luc

35
276
Mayr, Thomas / Hoch, Christoph

36
245
van Esch, Frans / Jochems, Rudi

37
216
PUYO, Hugues / BRUN, Marcel

38
262
DEHOUVE, PAUL / BROCHART, SEBASTIEN

39
261
Scholl, Georg / Klimitschek, Robert

40
208
Kastenmeier, Gerd / Frahm, Andi

41
299
DRANCOURT, DAVID / JETTE, EMMANUEL

42
304
Borchers, Dietrich / Behrmann, Marco

43
224
van Steijn, Harrie / van Steijn, Janny

44
305
Rudolph, Jens / Wimmer, Thomas

45
231
Kurkowski, Thomas / Weyand, Andreas Otto

46
217
Röddecke, Andreas / Lehnig, Christian

47
282
FRANKI , EMMMANUEL / PRIEUR, LILIAN

48
226
Oguez, Richard / Lartigue, Claude

49
241
Mouillac, Yann / Labbe, Eric

50
225
Legraverand, Thierry / Sylvain, Patrick

51
297
WALOCHA, MAXENCE / COCHEZ , JEREMY

52
235
Leitner, Jürgen / Wolfsteiner, Manfred

53
259
DELEPORTE, ANTOINE / CAMPION, FELIX

54
278
LOlivier, Benoit / Ghislain, Serge

55
283
CHEVALLEREAU, Sylvain / LARGEAU, LOIC

56
286
Borghuis, Jos / Oosterwoud, Sjoerd

57
239
Schönemann, Frank / Martin, Kittler

58
238
Gerhardt, Hans-Jürgen / Gerhardt, Peter

59
275
VIRAG, GIORGIO / Marro, Alberto

60
273
VIADERO, DAVID / GUILLUY, Jean-Franois

61
266
Hartjes, Erik-Jan / Lommers, Frans

62
244
Hagen, Gary / Hertwig, Matthias

63
230
Hildmann, Michael / Messer, Dirk

64
221
Jung, Matthias / Scheiding, Wolfram

65
268
VANPOUILLE, Franois / LEMAIRE, Cyril

66
274
Dubaquier, Sylvain / Dubaquier, Beatrice

67
211
Dünninghaus, Meinolf / Becker, Fritz

68
236
Jousseau, Jean-Jacques / Fourdraine, Frederick

69
247
Ranisch, Jörg / Leschke, Peter

70
209
DANIELE, LOLLY / BENINATI, DANILO

71
256
Suter, Mirco / Suter, Ren

72
257
Hutter, Josef (Sepp) / Stutz, Marcel

73
272
Delelis, Didier / Leca, Jean Charles

74
248
GALINIER, EDOUARD / GALINIER, ALBIN

75
240
Ruschel, Gyl / Hargous, Pauline

76
237
Bender, Michael / Martin, Torsten

77
251
Muller, Yamina / Vaudry, Mickael

78
277
VAN DRUNEN, JOERI / van Drunen, Ad

79
287
t`Hort, Robert / t Hotr , Stephan

80
243
Guareschi, Christophe / Guareschi, Olivier

81
232
VARET, Olivier / GILLET, Jean Bernard

82
222
Unverzagt, Marcus / Olaf, Macpol

83
255
Vodusek, Oliver / Trapp, Sabine

84
218
Vogelsang, Gerrit / Joseph, Frank

85
267
PIERROT, Fabrice / LEMONNIER, Yann


19e Breslau dans les Starting… Blockhaus !

C’est cette fois au Nord de la Pologne à Borne Solinowo que se sont donnés rendez- vous les aficionados du Breslau Rally version 2012. Ce nouveau camp militaire de 18 000 hectares fait aujourd’hui partie des nouveaux territoires qui permettent à Henrick Strasser, le boss, de proposer à nos accros de l’Off road extrême un parcours nouveau à 70 %. Plus qu’un nouvel espace de jeu, ce camp est aussi le symbole de l’histoire en marche de cette compétition qui évolue sans cesse afin de répondre au mieux à cette soif d’aventure motorisée toujours aussi vivace. En ce lieu marqué par l’histoire du 20e siècle et ses guerres mondiales puisqu’il fut tour à tour, élément vital de “L’Ostwall“ aux centaines de blockhaus créé par Hitler, camp d’entraînement des troupes de l’Africa korps, cette base militaire restée Russe redevint définitivement Polonaise en 1992. L’Europe n’y fera plus que la guerre au chrono !… Un symbole voulu par Henrick.

Comme dans tous sports, la discipline tout terrain se veut une belle manière de se mesurer de façon pacifique même si les 250 machines engagées qui arrivent des 4 points cardinaux à Borne Solinowo ont de quoi effrayer l’adversaire. Les Français sont d’ailleurs venus en force avec pas moins de 65 équipages composés de 21 motos, quad et SSV, 42 autos et 2 camions.

Aujourd’hui se terminent les vérifications administratives et techniques sur les véhicules. Demain, le programme s’annonce copieux avec un prologue d’environ 10 km et une première étape de 60 km entièrement nouvelle entre marais et pistes sablonneuses.

Galerie jour 0 les vérifs du Breslau

L’hélicoptère de l’organisation complète le décor en cette veille de la 19e édition. Un autre symbole du Breslau qui se modernise pour répondre au succès.

Henrick Strasser et son équipe peaufinent les derniers détails des roadbooks.

Ici aussi en Pologne on commémore une histoire du 20e siècle plus que chaotique avec des engins impressionnants.

La principale activité des concurrents fut aujourd’hui de passer les vérifications techniques et de soigner les “stickage“.

004_French_Press_1-2.jpg

Le Team Mécacool est en passe de changer de nom pour devenir… Mégacool ! Pas moins de 7 autos profitent de cette structure d’assistance Française très expérimentée.

La presse fait aussi dans l’international. Le site du Breslau Rally en 4 langues au quotidien est en place. Ceux qui vont manger de la poussière pour vous…Vous saluent !

Profiter du calme avant la tempête…


Prologue et mise en jambe…

La première journée de ce Breslau 2012 a débuté par un prologue de 9 km tracé de main de maître sur le camp de base de Borne Solinowo.

Le terrain sablonneux, les whoops, la poussière et l’orage aussi soudain que violent ont permis à nos équipages Français les plus expérimentés de se positionner avantageusement dans le groupe des leaders afin d’embrayer dans l’après midi sur la première étape loin devant les camions.

S’il s’agissait d’une mise en jambe d’environ 60 km, celle-ci comptait déjà tous les ingrédients classiques qui ont fait la renommée de l’épreuve.

Pistes forestières, navigation et bourbiers ont rapidement mis les nouveaux participants dans l’ambiance “Breslau“.

Le classement qui se fait de nouveau en fonction des “cartons“ n’est pas encore disponible, mais soyons certains que les concurrents seront devant le tableau d’affichage dès l’aube.

Départ de motos prévu à 8h30 après le fameux fruhstuck (Petit déjeuner), pour une seconde étape de 160 km. Les choses sérieuses commencent …

Pour le motard Français Steven Barra c’est le grand départ. Un premier Breslau, c’est toujours une sacrée expérience. Une épreuve à part et unique en son genre.

Porter les n°1 sur le Breslau, c’est le maillot jaune sur un tour de France. Une place au sommet qui fait de l’Allemand Félix Kirmeier l’homme à battre en deux roues.

002_French_Press_1.jpg

Pour Mickael Lelièvre c’est aussi une première, mais en quad. Si le prologue fut assez facile, attention, nous n’en sommes qu’à la première journée de course. Nous avons déjà constaté des dégâts importants sur quelques machines ce soir.

Les larges pistes du camp militaire permettent aux quadeurs de profiter à fond de leurs machines.

Les Pinchedez Père et fils à bord de leur Polaris RZR se retrouvent à former un équipage qui allie expérience et découverte. Papa Philippe aux commandes et Tristan le fiston à la navigation, une bien belle histoire qui débute au fil des pages du roadbook du Breslau 2012 !

C’est le puissant Patrol du Polonais Pawel Oleszczak qui signe le meilleur temps du prologue. Il s’élancera en tête de la première étape. Une bien belle Majorette que ce Hot Wheels.

Le scoop du Jour ? Gilles Girousse annonce qu’il sera le vainqueur de cette édition. Vas- y Gillou, fonce … 1ée du prologue

Jean- Jacques Jousseau et son nouveau Toyota (5e), s’imposent comme le premier équipage Français de ce prologue.

Au beau milieu de l’orage du jour sur le prologue, Yamina Muller plantée sera secourue par Stéphane Jolly.

Le public Polonais est souvent constitué de spécialistes taillés à la mesure du Breslau.

Sébastien Poncet et son Unimog joueront certainement dans le groupe de tête des camions.

Sur les 60 km de l’étape du jour, certains ont déjà connu bien des galères.

Pour d’autres, l’expérience des années précédentes est un véritable atout.


Retour à Jurassic park !

Après un orage nocturne digne de la fin du monde sur le camp de base du Breslau, le départ de cette seconde étape en boucle autour de Borne Solinowo (160 km), eut pourtant lieu sous un soleil radieux. Mais, les trombes d’eau déversée signifiaient bien évidemment pour les concurrents un terrain encore plus humide. Comme le veut la tradition, ils ne furent pas déçus! Un vrai retour à Jurassic Parc pour nos hommes des bois…

Les quelques passages difficiles rencontrés lors de la première étape n’étaient pas vraiment plus impressionnants aujourd’hui, mais la course d’usure pour équipages et machines a bien débuté. Les motos qui ouvrent d’habitude la voie assez facilement se retrouvent d’entrée de jeu stoppées net. Les quad et les SSV qui ne sont jamais très loin créés vite l’embouteillage. Lorsque les autos et les camions les plus rapides se mêlent à la cohue, les treuils en surchauffes commencent à rendre l’âme, les sangles et les câbles ne claquent jamais bien loin des casques des copilotes, fendant à l’occasion un capot. Les couleurs des carrosseries rutilantes du prologue ont vite disparu sous une couche de boue séchée, le Breslau et ses CP juges/arbitres sera une nouvelle fois sans pitié.

On le sait, on y vient pour ça, c’est parti pour une semaine d’aventures. En ce dernier soir à Borne Solinowo, chez les concurrents Français on panse déjà les plaies des montures en vue de la 3e étape qui comptera 200 km de spéciale en direction du célèbre camp militaire de Drawsko. Premier classement incluant les pénalités demain, c’est promis!

La nuit fut longue et le sommeil court. Le ciel est tombé sur la tête des Gaulois par Toutatis… Aujourd’hui ce fut pourtant soleil de plomb.

Pour nos copilotes c’est le début d’une semaine qui s’annonce rude. Il y a alors plusieurs façon de vivre les bourbiers. Le treuil cassé, on attend que le camion de l’organisation soit libre en profitant du spectacle offert par le chantier de terrassement en plein boum !

Ce simple fossé s’avère rapidement infranchissable même par les motos qui d’habitude passent facilement.

On joue la galère dans la bonne humeur comme Andreas Pflug copilote du Range Rover n°215 qui est aussi le webmaster du site du Breslau. Un sacré gaillard qui occupait ce matin la seconde place auto de l’étape avant de rester tanqué…Trop longtemps.

Il y a aussi des copilotes qui espèrent encore ne pas se mouiller les pieds ! L’espoir fait vivre comme on dit.

Il y a ceux qui, comme Jean- François Guilluy copilote de David Viadéro sur Tomcat, sont des habitués de cette semaine de thalasso. Autant se mettre tout de suite dans l’ambiance.

Aujourd’hui, c’est au tour de Marc Delphino qui fait équipe avec Gilles Girousse depuis des années de jouer les chercheurs de pétrole mazouté par la tourbe locale. Le Mercedes de Gilles bien placé est lui aussi resté très longtemps bloqué dans cette étape. Mais, rien n’est joué !

Plutôt conçu pour la version Rallye raid du Breslau, le buggy V6 Land Rover de Jean- Jacques Michel s’est parfaitement tiré d’affaire en catégorie Extrême. Aurait- on là l’engin idéal vitesse/ franchissement ?

Les camions toujours aussi spectaculaires ont connu bien des difficultés eux aussi, mais une fois libérés de la fange, c’est à fond dans la forêt.

009-2.jpg

Grande nouveauté de ce Breslau 2012, c’est presque à regrets que la caravane du rallye quitte ce camp de Borne Solinowo parfaitement adapté à l’ampleur de l’épreuve.

Françoise et Georges Graciet (Euro 4x4 Parts) sont venus découvrir le Breslau durant quelques jours. Enthousiastes, ils seront certainement présent l’an prochain. Heureux d’avoir vécu le prologue et deux étapes en live avant de repartir, ils furent impressionnés par l’importance de cet course qui est aussi unique par le nombre des participants par la présence des camions. Il font ici leur adieux aux nombreux journalistes internationaux présent dont l’Allemand Robert Krantz, l’Anglais Alan Coutts et l’Israelienne Nati Levi.


À 8h30 débuta ce matin la 3e étape de ce Breslau Poland 2012.

Ce fut à David Drancourt et son copilote Emmanuel Jette, 7e de l’étape de la veille, d’ouvrir la piste en tête des Français avec leur KZJ 73.

Il était suivi du Bourguignon Jean-jacques Michel (9e), aux commandes de son Buggy Land décidément à son affaire encore aujourd’hui.

Pour Richard Oguez sur Tomcat V8 (10e), ce fut en revanche la déception lorsqu’une simple durite d’essence l’arrête en pleine attaque.

Dommage car nos petits Bowler semblaient vraiment en forme du côté des Françouze.

C’est d’ailleurs sous cette bannière tricolore que celui de Luc Raufie bien navigué par son fidèle Yann Girard, remontent certainement sur cette étape très piègeuse dans le top 10 au général de la catégorie auto.

Chez les camions (Moins de 7,5T), Sébastien Poncet et son Unimog 416 s’accrochent, mais hier ils ont cédé du terrain (7e), à celui du Belge Peumans qui a prit la tête.

Chez nos “Gros LKW“ (+ de 7,5T), Gildas Carnet et son MAN Kat étaient 7e (sur 33 engagés), malgré une crevaison (1h30 perdue), on l’attend sous peu sur le nouveau bivouac du camp de Drawsko.


Cap au Sud et quelques détours…

Chez les motos, Steven Barra et sa Suzuki qui pointent seulement en 45e place ont souffert hier, mais le défi essentiel que s’est lancé le Français, c’est avant tout d’aller au bout.

Chez les quad et les SSV, sur la piste c’est l’attaque permanente.

Si ces deux catégories prennent de l’ampleur au fil des ans, c’est bien qu’on s’y amuse avant tout.

C’est Olivier Marquis et son Can Am 650 qui pointaient en tête des Français (4e), en catégorie Quad et Christophe

Courtin copiloté par le Polonais Piotr Wnek sur Polaris 900XP qui caracolaient à la première place des SSV.

Demain, nouvelle étape (la 4e), avec 200 km sur ce terrain militaire que les anciens connaissent bien.

Sable, pistes rapides, whoops et incursions en forêt au programme… Un menu copieux pour cette première “Classique“ de l’année.

En ce qui concerne le classement général promis hier, c’est fait. Se reporter à la page dédiée sur ce site.

Bonne journée pour Luc Raufie et son Tomcat tricolore. On devrait le retrouver dans le Top 10 demain matin au départ de la 4e étape.

Pas de réelles difficultés pour les camions sur cette 3e étape. Malgré les pluies importantes de ces dernières semaines, les 3 étapes situées les plus au Nord de la Pologne sont désormais derrière nous.

Le buggy Technoland à l’attaque. Bien équilibré, il flotte lorsque le niveau de l’eau est trop haut !!!

Richard Oguez était déçu ce soir. Malgré une très belle étape, en fin de parcours, ce sera une panne toute bête qui le pénalise injustement.

Nicolas Montador en veut vraiment à ses capots… Malgré une face avant modifiée par une clôture, c’est totale attaque sur les pistes rapides de Drawsko aujourd’hui.

Image classique du Breslau. Mais ce n’est pas ce petit contretemps qui empêchera le Toyota Cédric Porcher de rallier l’arrivée de cette étape dans le peloton de tête.

Sur le camp de Drawsko, le Breslau prend toujours une autre dimension ; Celles des pistes roulantes, dignent d’un Rallye raid.

Cédric Fillon et son copilote apprennent vite à se sortir rapidement des pièges. Une première participation prudente mais efficace.

Pour l’équipe de presse, c’est aussi l’aventure lorsque l’on s’égare dans la forêt.

Les 4x4 Polonais occupent aujourd’hui les places d’honneur. Comme l’an dernier, ils vont être difficile à battre. Certains pilotes ont compris qu’un copilote local était un atout…

Il est beau mon camion…

Message pour les membres du fan-club de Gilles Girousse. Le patron se concentre, il a juste fait une jante Fagix, demain il sera au départ plus en forme que jamais.

Les Pinchedez s’éclatent en famille. Ce soir, c’est révision du train arrière. Le petit apprend…

Chez Technoland, Jean- Jacques Michel surveille son dernier-né.


Le Breslau au fond des bois: SS4

Aujourd’hui, comme prévu, les pistes rapides étaient entrecoupées de plongées au cœur de la forêt Polonaise. C’est par tradition au milieu des bois que le Breslau se gagne ou se perd. Cette année encore, c’est là que se fait la différence tant les motos, quads, SSV autos et camions ont atteint des niveaux de performances similaires.

Si l’on tiens compte de l’attention que demande la navigation perdu dans ce gigantesque dédale de pistes du camp de Drawsko, l’affaire du Breslau reste bien une histoire d’hommes. Les Français défendaient ici des places chèrement acquises sur les étapes précédentes.

En catégorie SSV Christophe Courtin sur Polaris continu son show en tête, faisant le spectacle. Un sacré pilote que l’on retrouve facilement sur le bivouac grâce à son rire communicatif.

En revanche, pas question de rigoler en catégorie auto ou Cédric Porcher (Toyota), occupe désormais la place de leader des tricolores. Il est suivi sur les pistes par Luc Raufie dont le Tomcat V8 semble définitivement bien né.

On retrouve ensuite, Jean- Jacques Michel, le leader du team Technoland sur la 3e marche provisoire du podium des Françouze. Enfin, le plus incroyable de cette journée épuisante, humide et boueuse, c’est que Gilles Girousse, le plus ancien représentant de nos hommes des bois , est encore en course. Alors qu’il nous a habitué à réaliser des coups d’éclats extraordinaires plutôt qu’à jouer la régularité, Gilles ferme sur cette 4e étape, la marche de ce quatuor de tête Français en pointant 12e du général (pénalités incluses).

Les motards ont une nouvelle fois inauguré un tracé infernal. Les bourbiers qui comptent parmis les obstacles légendaires du Breslau étaient à la hauteur de leur réputation.

Le Tomcat de Luc Raufie en action. Pour une auto qui sentait il y a encore quelques jours la peinture fraîche, c’est une belle démonstration. Luc et Yann sont concentrés au maximum. Les roadbook sont parfait cette année… Déclarait Yann. Quant à Luc, pas la peine de lui demander, il est dans sa course, pas de commentaires pour l’instant…

Les bourbiers, c’est avant tout une question d’expérience… Mais aussi de choix. Perdre quelques minutes à observer les autres, c’est souvent gagner du temps.

Le Polonais Wieczorek fait partie des épouvantails du Breslau depuis quelques années avec son Toyota.

e Team Technoland sait jouer l’union face aux passages difficiles.

Autre magnifique Toyota, Italien cette fois. Il est propulsé par un 4,0L de HJ 61 et Alessandro Arato sait en faire bon usage.

Pour les camions, ce ne fut pas une partie facile aujourd’hui. 8 roues motrices et des chevaux ne suffisent à se mettre à l’abri, cela signifie aussi un poids conséquent. Pas vraiment un atout aujourd’hui.

Les partenaires et sponsors du rallye tel Patrice Ryder (Outback Import), mouillent aussi la chemise (et le Range V8), afin de suivre la course avec passion.


10 Français dans les 20 premiers: SS5 du Breslau Pologne

Nous retrouvons ce soir plus au Sud l’Ostwall et ses bunkers situés aux alentour de Borysczin. C’est dans un vallon que s’est installée une caravane du Breslau qui se compose aujourd’hui d’environ1000 personnes. La 5e étape de 140 km ne comportait pas de difficultés particulières. Il fallait juste avoir totalement intégré qu’elle était constituée de 5 spéciales courtes, rapide et ne pas oublier que la navigation reste primordiale y compris lors des liaisons.

Après une pause qui permit de se restaurer en faisant le spectacle sur la place de la petite ville de Gmina Drezdenko, il fallut reprendre les pistes afin d’être au plus tôt sur les machines qui ont déjà parfois souffert.

Oui, demain c’est l’étape la plus redoutée du Breslau, la fameuse “Hannibal“, qui mènera les concurrents vers le mythique pont de Zagan et ses deux passages.

Généralement les fans Polonais du rallye y corse la difficulté à grand renfort de petits barrages qui font grimper le niveau de l’eau et par conséquent l’intensité du spectacle. Un grand moment redouté et attendu qui conclura cette étape aux 12 courtes spéciales façon sprint.

Demain soir, ceux qui auront réussi à rester dans le groupe de tête n’auront plus qu’à tenter le coup de poker habituel ; Jouer le sprint final ou assurer dans le Top 10, 20 ou 30 selon le but que l’on s’était fixé avant le départ. Le Breslau 2012 n’est pas joué, mais avec 10 Français dans les 20 premiers, nos chances d’accéder aux places d’honneur n’ont pratiquement jamais été aussi grandes. Luc Raufie assure sa 5e place en ne commettant aucune erreur aujourd’hui. Au général, il est toujours suivi de Cédric Porcher (7e).

Gilles Girousse qui défend sa 9e place (hé oui !), jouait comme d’habitude les anges gardiens des Français de tête…On connaît son sens de l’amitié dans l’action. Tout le clan tricolore ne peut que songer ce soir à une première victoire sur le Breslau, mais il sera très difficile d’aller chercher nos amis Polonais qui retrouvent demain le territoire de Zagan, leur terrain de jeu favori.

Les motards étaient à la fête sur le terrain de motocross de la ville de Drezdenko qui recevait le Rallye sur sa place centrale.

Chez les quads, Robert Castagnet assure lui aussi sa place de 6e au général.

Les machines Polonaise seront difficiles à battre encore cette année. Mais l’écart s’amenuise…

Attention, spéciale courte ne signifie pas déconcentration. On peut y abandonner de précieuses minutes difficilement acquises dans la forêt.

La petite ville de Drezdenko accueillait le rallye cet après-midi pour une courte pause.

Outback Import était aujourd’hui synonyme de grand spectacle, même pour les plus jeunes.

Pierre et Corinne Malquion s’offrent cette année leur premier Breslau après y avoir fait office d’assistance de pointe durant des années dans les rangs des Français. Ils s’éclatent à tel point, qu’aujourd’hui arrivé au camp, ils ont attaqué la première spéciale de demain. On ne les arrête plus !

Héros de l’Extrême Challenge, Cédric Porcher dispose certainement avec son Toyota, de l’auto la plus polyvalente du monde de l’Off road Français.

Si le Tomcat de Luc Raufie pointe aujourd’hui en 5e position, son secret réside dans une assistance qui a participé à la construction de l’auto. Ses fils Edouard et Léopold assurent la maintenance de la machine construite au fond du jardin…

Même les costauds du Breslau ont besoin de réconfort après 5 étapes.


Treuil trophy & pluie diluvienne !

Un Breslau sans eau n’est pas un vrai Breslau ! Cette édition perpétue la tradition. Comme par hasard, la météo est une nouvelle fois venue corser l’étape Hannibal arrosant copieusement la fin d’un parcour long de 500 km et le camp proche de la frontière Tchèque. Les derniers rescapés de cette transhumance cap au Sud rentreront à 5h du matin découvrant leurs assistances marinant dans 20 cm d’eau. Mais, c’est bien L’Abentuer rallye qu’ils étaient venu chercher, non ?

Sueur, boue, poussière sur refrain de treuil trophy furent durant deux jours le tube de l’été de cette 19e édition. Ce soir, chez les concurrents encore vaillants, on tente de rallier par tous les moyens le dernier camp aux alentours de Leipzig. Pour l’honneur d’avoir été au bout de ce Breslau, il faut être au départ de la dernière étape de 40 km située dans une ancienne mine sablonneuse. Comme un retour aux sources pour les plus anciens.

Ceux qui sont passés par cette rivière s’en souviendront longtemps. La solidarité chez les motards du Breslau n’est pas une légende.

001_French_Press_6_8.jpg

Passage marécageux, sous un soleil de plomb et violents orages ne changent rien. Les galériens du Breslau passent coûte que coûte.

Pour Didier Chauvot et son Defender c’est une belle course. Ils font partie des Français sur qui il faut compter.

Sur l’étape Hannibal, l’organisation déploie le matériel indispensable sur de gros chantiers…. S’en était un !

Les 12 autos de la catégorie “Cross Country“ qui débutaient leur course hier, ne furent pas à la fête face aux conditions météo. Par exemple, l’équipage Belge Adriaen/ Verbeke et leur Patrol 6 cylindres essence (ex Technosport), rentreront à 4h du matin avec une auto fatiguée.

Pour les catégories auto, moto, quad et SSV le Breslau se fera sans le célèbre passage du pont de Zagan. Le niveau de l’eau était décidément trop haut excepté pour les camions. Pas de barrages organisés par les spectateurs locaux, les orages des derniers jours avaient suffi.

Les conditions atmosphériques dignes du déluge rencontrées hier n’ont pas permis à l’organisation de fournir à l’équipe de presse un classement général précis. Mais, après un rapide tour du bivouac marécageux à la rencontre des équipages Français, Luc Raufie conservait hier soir sa 5e place, Gilles Girousse avait rencontré des problèmes de boîtes de vitesses (changée dans la nuit) et Cédric Porcher comme Nicolas Montador menaient la vie dure à nos Polonais de tête. Ce soir, dans le bivouac, tout le monde attend l’affichage du classement avec impatience alors que l’on annonce l’annulation de la dernière spéciale du jour (3 au programme), suite à un nouvel orage. Le suspense est bien là. Enfin un Français sur le podium demain? Au dernière nouvelle, le Tomcat qui occupe la tête des Français avait des problèmes d’alternateur…

Band of Roberts…La presse internationale au travail !

Le Breslau, c’est aussi le bonheur de rouler sur les larges pistes des camps militaires Polonais.

À la frontière Tchèque le relief se fait plus irrégulier. L’occasion d’un départ en ligne face à la pente…

Deux Français, un Polonais, c’est bien là l’image que l’on conservera de cette édition 2012. L’écart des performances se resserre…

Ce matin, le camp était aussi une sorte de bourbier. Patrice Ryder, baroudeur expérimenté s’il en est s’était laissé prendre au piège dans la nuit. Ce matin séance de sangle obligatoire.

Ici aux côtés de Patrice Ryder et de l’équipe de Vision X, José Castan est venu rendre visite à des copains concurrents. Ce double Champion de France de rallye tout terrain avait entendu parler de “l’ambiance Breslau“ depuis longtemps. Aujourd’hui, face au gigantesque terrain de jeu qu’il découvre, c’est presque signé pour l’an prochain !

CATEGORIES
Share This

Commentaires

Wordpress (5)
  • comment-avatar
    arno 7 années

    Breslau 2012 news et photos en direct
    merci pour ce beau reportage en esperant en voir encore plus car tres peu de nouvelle du breslau dans les medias merci encore et bonne continuation

  • comment-avatar

    Breslau 2012 news et photos en direct
    BRAVO AVOUS TOUS POUR CE BEAU REPORTAGE A SUIVRE .

  • comment-avatar

    Breslau 2012 news et photos en direct
    Merci pour ce reportage très intéressant et des photos impressionnantes.Encore une fois les premiers à diffuser !!!

  • comment-avatar

    Breslau 2012 news et photos en direct
    Motarde dans l’âme ,j’ai beaucoup
    aimé ce reportage et cette solidarité.Encore bravo et peut-ètre au plaisir de vous suivre un jour…

  • comment-avatar

    Breslau 2012 news et photos en direct
    Les clichés sont époustouflants, bravo à tous les photographes pour ce magnifique reportage

  • Disqus ( )
    X
    X
    Journal du 4magazine 4x4 & SUV

    GRATUIT
    VOIR