Une histoire au King Of the Hammers : The Rental

Une histoire au King Of the Hammers : The Rental

C’est l’histoire de deux amis presque sans budget, de leur voiture « The Rental » et de leur rêve au King Of the Hammers

En général quand on parle Ultra4 et plus particulièrement du King Of the Hammers, on pense aux grosses équipes, aux gros budgets et aux gros sponsors. Mais l’histoire du King Of the Hammers s’écrit souvent avec de plus petits teams et des moyens modestes. C’est l’histoire que je vais vous raconter mais c’est avant tout celle de James Cantrell et de Casey Ryan.

James et Casey ce sont avant tout des amis de toujours. Deux potes qui se connaissent depuis l’école et qui habitent encore proches l’un de l’autre à Lousiville dans le Kentucky. Après avoir fait les 400 coups en motos, en protos, en Jeep, ils ont fait de la compétition en Ultra4 avec un Cherokee. Et même si ça peut sembler étonnant vu le véhicule, ils ont eu de bons résultats. Malgré tout le Cherokee a vite fini ruiné.

Ils avaient le choix de continuer et de refaire un Cherokee avec un tout petit budget, mais ils ont préféré casser littéralement leur tirelire, et même s’endetter,  en louant/achetant sur 3 ans un Ultra4. D’où le nom The Rental, la voiture de loc. Ce véhicule appartenait à un de leurs amis, Mike, expatrié à l’autre bout de la planète, en Chine. Cette voiture que Mike Colleville avait construite se retrouvait presque abandonnée, sans pilote.

James et Casey ont donc participé aux 3 courses Ultra4 qui ont lieu dans l’est des Etats-Unis (les 5 autres se déroulent sur la côte est). Et encore une fois ils ont fait de beaux résultats car ils ont pu gagner leur ticket pour être sélectionné et participer au King Of the Hammers. Et ce juste sur 3 courses et non pas sur toute la saison !

Note : seuls les pilotes ayant les meilleurs résultats peuvent être sélectionnés pour le King Of the Hammers. La demande est telle que ces sélections sont nécessaires, sinon le nombre de véhicules engagés exploserait et la course serait impossible à gérer. 

Trois courses par an, c’est un peu limite pour James et Casey

Ils ont donc regardé ce qui se passait près de chez eux et devinez ce qu’ils ont trouvé comme course ? Des courses de Bouncers !!!

Evidemment quand ils sont arrivés avec leur Ultra4 face aux protos de Tim Cameron, Bobby Tanner et autres engins démesurés qu’on trouve sur les circuits du Sud, ça a fait rire tout le monde.

Par contre et contrairement à ce que les fans de bouncers pensaient, The Rental s’est bien placé et a signé des places dans les 5 premiers ! Surprise !

Leur avantage c’était peut être d’avoir des suspensions bien réglées, car souvent les bouncers ont de gros amortisseurs mais qui sont souvent très très mal réglés ….. Et c’est aussi grâce qu coup de volant des deux amis, de leur façon très engagée de conduire et de leur devise qui pourrait être Never give up ! Car c’est toujours avec un budget plus que serré, ces bouts de ficelles et une tonne de démerde que The Rental est entretenu et participe à des course.

Plus tard dans la saison, un petit bémol est venu entacher leurs projets. Les deux amis ont fendu leur moteur de 700 ch et ont donc du annuler le restant des courses U4 de la saison, n’ayant pas le budget pour le changer. Afin de ne pas rester les bras croisés, ils continueront à courir les compétitions de bouncer en limitant le temps de roulage. Devant la ligne de départ, démarrage, goooooooo et on coupe à l’arrivée avant que le moteur ait le temps de chauffer.. Des histoires de ce genre qui montrent la ténacité des deux potes, il y en a des tonnes, et c’est ce qui fait de leur histoire une Histoire avec un grand H et qui les rends si attachants.

Revenons au King 2017, là encore pas de budget et c’est un de leurs amis qui les dépannera en leur offrant 10 000 $ pour y participer car les caisses du team étaient vraiment à 0.

Arrivés sur place c’est encore grâce à un ami qu’ils vont trouver une tente pour leur servir de stand. Ils bricolent avec les moyens du bord, c’est le royaume de la démerde. Mais un seul mot d’ordre : IL FAUT QUE CA MARCHE

Une équipe, deux potes et un palmares

2017

  • 1er au pro rock AOP
  • 2ème Pro rock knock-out
  • 7ème U4 badlands
  • 9ème au championnat east coast U4

2016

  • 9ème U4 dtor
  • 2nd pro rock west Georgia
  • 4ème ARC Smorr
  • Dnf badlands U4

2015

  • 3ème place 4500 east coast
  • 1er place badlands 4500
  • 3ème Arkansas 4500

2014

  • 3ème 4500 east coast U4
  • 1er à sturgis U4
  • 3ème à U4 badlands
  • 2nd place à ecors points A class

2013

  • Trec series : champion
  • De multiples victoires
  • Première année de course avec Casey sur le Cherokee

King Of the Hammers 2017

La #502 se qualifie pour participer au KOH. Mais cette qualification s’est faite uniquement sur les trois courses de la côte Est, beau résultat. Les deux compères font parti des heureux élus et ont décroché leur ticket pour la Californie !

L’équipe est un peu à l’arrache …. on bricole sur la voiture, il reste pas mal de choses à faire, arbres de roues et différents petits soucis mais il en faut plus pour les empêcher de participer.

Une fois les soucis résolus, la voiture prendra le départ pour les qualifications et se classera 32ème, plutôt pas mal quand on voit les avions de chasse qui sont devant : Miller, Campbell, etc etc

Quand le grand jour arrive, le début de course se passe bien. Après avoir pris mes photos au départ je me dirige vers Backdoor. Ils finissent par y passer. La grosse marche de plus de 2 mètres est descendue sans soucis.  La première première des trois boucle est finie mais un peu plus loin le joint d’entrée de boîte automatique a lâché et un incendie à débuté. Même si les dégâts ont été restreints, c’est fini pour cette année …

En 2018 ils reviennent en course avec un RZR prêté par Madram11. Quand j’écris ces lignes je prépare mon départ pour la Californie et je vous en dirai donc plus sous peu, en tout cas soutenez les ils le méritent ! (vous les trouverez sur facebook -> https://www.facebook.com/Caseyjamesracing/)

Leurs sponsors sans qui ça serait encore plus difficile !!!

buffalo construction branik motorsports, shotgun fabworks, motorcity machines, Moab off-road, madram11, Yukon gear and axle, team 208 motorsports, motor city machines , Wilson off-road and performance, Liberty mountain fab, solid axle, Reid racing

 

Les photos en course et en ACTION

Le gros plus de cette voiture c’est le moteur LS

Les séries de moteurs LS sont certainement les V8 les plus montés dans des 4×4 de compétitions. Ils font parti de la catégorie des small blocks et sont donc plus compacts et plus légers que les big blocs. Le LS3 est apparu sur la Corvette en 2008. Avec sa cylindrée de 6.2l il développe 430 ch pour un couple de 575 N⋅m.

Mais ici ce moteur est spécial !

Gain de puissance :

  • Sur The Rental la cylindrée, après un réalésage, passe à 7.0l.
  • Si on ajoute un vilebrequin sur mesure qui permet d’avoir une course plus longue et une bielle plus courte, cela permet aux pistons d’avoir plus d’amplitudes.
  • echappement 8 en un sur mesure.
  • Une cartographie sur l’ECU M-EFI4 gère l’injection.
  • radiateur de refroidissement à l’arrière
  • réservoir JAZ de 125 l

on obtient au final un gros V8 de 700 ch !!!

 

La transmission, les ponts et la suspension

Du classique et de l’éprouvé, comme on en voit « partout » ou presque pour les boîtes :

  • Boîte de vitesse TH400 optimisée
  • Boîte de transfert Atlas 2.0

Les ponts :

  • ponts  Spidertrax
  • fusée de moyeux  Solid Axle
  • pivots Reid
  • croisillons Yukon Gear Superjoint
  • couple conique et couronne en 5.13 de ratio Yukon Gear
  • bol de pont Yukon Gear
  • arbres de roues Branik Legacy en 300 m (acier renforcé) 40 cannelures en 1.75″ soit 4.45 cm de diamètre ! (c’est énorme, par comparaison on est sur du 1.5″ sur un pont Dana 60…)

Et concrètement qu’est ce que ça donne ? Et bien c’est du très lourd, c’est très costaud et il faut bien ça pour résister à un KOH. Pour mémoire en 2017  40 % des partants ont franchis la ligne d’arrivée, ils étaient 30 % en 2016 et 13 % seulement en 2015.

Autre point particulier sur ce montage, grâce aux arbres Branik Legacy dont le design est spécifique, on peut prendre un angle de braquage est de 50° ! Ca ne vous dit pas grand chose, alors je vous donne quelques éléments de comparaison : on est à 35° sur un Dana 60 stock, 40° sur du Yukon de base et 43° sur du RCV.

Dans un soucis de fiabilité il n’y a pas de blocage de différentiel mais un spool (différentiel bloqué) à l’avant et à l’arrière. Donc fini les problèmes de joint ou de cablage ou de tuyauterie des blocs du style ARB.

Dernier point avec la direction hydraulique, ici c’est la marque HOWE qui est montée.

Les suspensions

A l’avant et à l’arrière, les deux amis ont monté des amortisseurs Radflo. Un coil over en 2.5 pouces et un bypass en 2 pouces par roue. Ils ont aussi ajoutés des bumpstops pour amortir les chocs en butée.

Le débattement des amortisseurs est respectivement de 14″ à l’avant et 16″ à l’arrière. Mais la conception des links va nous donner des débattements à la roue proches de 22″ soir plus d’un mètre !

On peut augmenter le débattement simplement en fixant les amortisseurs sur des tirants plutôt que sur le pont, c’est juste de la géométrie !

 

Pour finir cette belle préparation 4×4 on visite l’intérieur

  • harnais et sièges baquets PRP
  • GPS Lowrance pour suivre la trace
  • manomètre de pression d’huile, de température d’eau, de température de boîte
  • radio et système de communication
  • extincteur

 

CATEGORIES
Share This

Commentaires

Wordpress (0)
Disqus ( )
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR