Ignis 4×4 1.2 l et hybride SHVS, mini SUV de Suzuki

Ignis 4×4 1.2 l et hybride SHVS, mini SUV de Suzuki

Suzuki poursuit le renouvellement de ses gammes 4×4 et SUV, après le Vitara en 2015 et le restylage du Scross il y a quelques semaines, c’est l’Ignis 4×4 qui arrive bientôt sur le marché des SUV. Avec ses 3.70 m de long, l’Ignis est un SUV 4×4 au format de poche.

Sur le segment des SUV urbains de cette taille, il y a peu de concurrents si ce n’est la Panda Cross et le Suzuki Jimny qui est plus typé vrai 4×4.

essai-suzuki-ignis-12-2016-6038.jpg

essai-suzuki-ignis-12-2016-6051.jpg

essai-suzuki-ignis-12-2016-6058-2.jpg

essai-suzuki-ignis-12-2016-6065-2.jpg

essai-suzuki-ignis-12-2016-6075-2.jpg

Il ne faut pas juger l’Ignis en fonction de sa taille, bien au contraire, car elle est pleine de qualités et de bonnes surprises.

Une silhouette dynamique et moderne, une face avant avec des phares encadrés par la calandre noire, l'Ignis est jolie, c'est déjà un bon point

essai-suzuki-ignis-12-2016-5854.jpg

Nous somme en présence d’un SUV et non pas d’un franchisseur, mais, cependant, notre SUV a hérité des gènes de Suzuki en matière de tout terrain. Compacte, agile et surtout légère 920 kg, L’Ignis a une garde au sol de 18 cm ce qui lui permettra d’aller se balader en tout chemin.

Les motorisations

On la trouve déclinée en deux roues motrices et en 4×4. C’est évidemment ce modèle qui va nous intéresser. Elle est motorisée par un 1.2 l dualjet disponible en deux versions de 90 ch (ce qui la place dans le haut du tableau concernant la puissance pour un véhicule de ce gabarit). Le 1,2 l essence est atmosphérique mais peut aussi être choisi en version SHVS.

1.2 l essence avec ou sans système micro hybride, les deux font 90 ch mais le second a plus de couple

essai-suzuki-ignis-12-2016-5854.jpg

Le SHVS ajoute, via un système micro hybride, un peu plus de couple +50 Nm. Ici pas de système compliqué, il s’agit simplement d’un alterno-démarreur couplé à la batterie standard mais aussi à une petite batterie ion lithium située sous le siège du conducteur. Un alterno démarreur quézaco ? C’est très simple, ça ressemble à un alternateur mais cela fait aussi office de démarreur, là où ce système est intelligent c’est qu’il permet donc de recharger les deux batteries, mais aussi, en inversant le système, de fournir un surplus d’énergie au moteur lors des phases d’accélération, nos fameux + 50 Nm de couple. Pour schématiser, on pourrait dire que ça fonctionne comme une dynamo de vélo qui serait capable de devenir un petit moteur pour nous aider à pédaler en cas de besoin. C’est clair pour tout le monde ? Alors on continue et on démarre la voiture. nous voilà partis sur la route. De prime abord, le moteur semble un peu creux mais si on le maintient bien dans les tours (eh oui c’est un essence) il fait son office. Un bon point pour ceux qui aiment jouer du levier de vitesse, car sur le modèle 4×4, pas de boîte auto pour le moment. La boîte à 6 rapports est agréable mais un poil longue. Il faut cependant régulièrement tomber un rapport pour avoir de la reprise. La version hybride est cependant plus confortable à utiliser et un peu plus performante. On note aussi un petit gain de consommation. Lors de notre essai nous étions aux environs de 6.5l en atmosphérique et un peu en dessous de 6.0 l de conso en hybride.

Le style

Alors là pour moi c’est du tout bon ou plutôt du tout beau. Elle a une sacrée gueule la petite. Mini mais avec un style affirmé, loin des voitures insipides que l’on croise souvent ces derniers temps. Certes elle est un peu en forme de cube, mais ses passages de roues élargies, ses ouies sur le côté du capot, ses feux leds insérés dans une jolie calandre et les trois griffes sur l’arrière lui apportent ce je ne sais quoi de dynamique, de plaisant et de moderne. Sur ce point bravo Suzuki. De plus elle est déclinée dans belles colories et en versions bi-tons !

ailes élargies, trois griffes sur la partie arrière rajoutent au dynamisme de la ligne

l'arrière est à mon goût un peu moins réussi

de belles jantes alu noires surmontées par des élargisseurs d'ailes

la calandrequi encadre les phares et le capot avec ses ouies fait une sorte de casquette, un beau design

L’intérieur de l’Ignis

Étonnamment on dispose d’un habitacle assez spacieux, même aux places arrières. Sur notre version, la banquette arrière peut se reculer ou s’avancer selon ce que l’on peut avoir à mettre dans le coffre. La planche de bord et le tableau de bord son agréable à l’oeil. On trouve des rangements et on peut choisir aussi la couleur du tunnel de boîte qui encadre le levier de vitesse. Et surtout enfin un peu de couleur et un intérieur clair, c’est vrai quoi, il y en a marre du gris sombre façon « costard d’énarque ». Un peu de gaieté et de fraîcheur, ça ne peut pas nous faire du mal !

un intérieur clair, une instrumentation ergonomique, des touches de couleur, l'intérieur est plutôt joyeux

des portes avec un gros insert blanc et une poignée de couleur

on retrouve la touche colorée sur le tunnel de boîte

essai-suzuki-ignis-12-2016-6025.jpg

La qualité perçue des matériaux est plutôt bonne, mais au toucher les plastiques sont durs. D’un autre côté Suzuki fait des véhicules abordables et il faut donc trouver des moyens de faire des économies. Cependant son équipement est plutôt pas mal.

le volume du coffre varie si l'on avance une partie ou toute la banquette arrière

essai-suzuki-ignis-12-2016-6082.jpg

essai-suzuki-ignis-12-2016-6013.jpg

Notre version est équipée avec le Dual Camera Brake Support (DCBS) (Assistance au Freinage via Caméras), l’alerte de Franchissement de ligne, l’alerte anti Louvoiement, aide au démarrage en côté, aide à la descente, dispositif d’ouverture des portes et démarrage sans clé, sièges avant chauffants, caméra de recul, rétro dégivrants, etc . On trouve aussi un système audio GPS 7″ compatible Androïd et Iphone. Comme vous le voyez du côté des équipements, elle n’a rien à envier à la concurrence.

un tableau de bord surmonté par une casquette, il est très lisible avec son gros compteur

une tablette 7

clim auto et enfin des boutons qui ont une allure sympa dans une voiture

essai-suzuki-ignis-12-2016-6021.jpg

essai-suzuki-ignis-12-2016-5978.jpg

L’essai et notre avis sur l’Ignis 4×4

De toute évidence, l’Ignis est à l’aise en ville grâce à son petit gabarit et sont très faible rayon de braquage. Sur route, la suspension reste agréable même compte tenu de son faible empattement. On note cependant un peu d’effet de balourd. Sa motorisation est suffisante compte tenu de son poids mais il ne faudra pas compter sur un effet coup de pied au cul pour les reprises. Reste qu’elle a quand même 90 ch et que dans ce segment on trouve des véhicules à 60 ch et 70 ch. Donc en comparaison de ses petits camarades, elle s’en sort plutôt bien. Si vous cherchez une conduite sportive, il faudra aller voir ailleurs et surtout débourser beaucoup plus. En tout chemin j’ai apprécié la garde au sol mais je n’ai pas aimé les pneus « verts » à économie de consommation qui ne sont vraiment pas fait pour ça et qui d’ailleurs ne sont pas non plus des modèles de tenue de route sur le bitume.

Le système 4×4 Allgrip fait ici appel à un viscocoupleur et les aides électroniques se bsant sur l’ABS et l’ESP aident dans les moments difficiles. on regrettera un peu un blocage central mais c’est comme tout, cela coûterait plus cher. Le visco sera largement suffisant pour un usage au quotidien, pour des conducteurs qui sont amenés à utiliser leur SUV à la campgne, sur les chemins et dans les zones de montagne.

essai-suzuki-ignis-12-2016-5866.jpg

Comme vous l’aurez compris j’ai vraiment bien aimé l’Ignis. Non seulement par sa bonne bouille mais aussi par son comportement et ses aptitudes pour un si petit SUV. Il faut prendre cette voiture pour ce qu’elle est, une urbaine qui saura tirer son épingle du jeu avec ses quatre roues motrices lorsque l’on souhaite s’éloigner un peu du bitume.

essai-suzuki-ignis-12-2016-5845.jpg

Et enfin je garde le meilleur pour la fin, le tarif dont Suzuki nous a parlé

A partir de 14 490 € en version 1.2l 4×4 Privilège, 16 890 € en version Pack (le haut de gamme), et enfin pour le 1.2 l hybride il faudra compter 17 690 €.

offre spéciale de lancement et ce jusqu’au 28 février 2017 :

Version Avantage en deux roues motrices : 10 690 € au lieu de 12 790 € (2 100 € de réduction)

Autres versions : réduction de 1 800 € sur le prix affiché sur le tarif

Un rapport qualité prix équipement excellent !

A savoir que le tarif de la Panda 4×4 commence lui à partir de :

Panda Rock à partir de 16 490 €, sans les options bien sûr

Panda Cross 18 440 € en essence 0.9 Multiair 90 ch et 19 540 € en diesel 1.3 Multijet 80

essai-suzuki-ignis-12-2016-5954.jpg

CATEGORIES
TAGS
Share This

Commentaires

Wordpress (1)
  • comment-avatar

    Ignis 4×4 1.2 l et hybride SHVS, mini SUV de Suzuki
    Oui je trouve qu’il a une bonne bouille

  • Disqus ( )
    X
    X