Jeep JK SRT-8 (6.1L HEMI) d’Indian Cars

Jeep JK SRT-8 (6.1L HEMI) d’Indian Cars

>Jeep JK SRT-8 (6.1L HEMI) d’Indian Cars

400 Ch pour une Jeep…Un JK Fast and Furious…

Vous le pensiez tous réservé aux gros Pick up made in USA le fantastique moteur V8 HEMI 6.1L. Hé bien non, Chrysler en a décidé autrement en nous l’offrant sous le capot du Grand Cherokee dans sa dernière version SRT-8. Des performances à couper le souffle, qui font enfin entrer Jeep au panthéon des SUV surpuissants modernes, aux côtés des Cayenne Turbo et autres Range Supercharged.

L’équipe d’Indian Cars ne pouvait que s’intéresser à ce “Big Block“ seigneur des V8, légende mécanique au pays des “muscles car“. Ils ont osé transposer ce rêve de chevaux sauvage sur le récent JK en passe de devenir le nouveau cheval de bataille maison. Attention “ Hot… Off Rods“.

jeep-jk-srt8-3908.jpg

jeep-jk-srt8-3901.jpg

jeep-jk-srt8-3889.jpg

1949, elle est désormais loin la petite Willys qui débarqua sur les plages de Normandie. En Amérique, l’heure est au plaisir qui dans le monde de l’automobile va de pair avec la puissance des moteurs. Si dans cette course à la puissance d’après guerre, les nouveaux V8 culbutés à haute compression des gammes Oldsmobile et Cadillac gardent un temps l’avantage (environ 160 Ch), en 1951, le groupe Chrysler Corporation s’offre une longueur d’avance avec son célèbre V8 Firepower (190 Ch) double arbre à cames et culasses à chambres de combustions hémisphériques (Hémisphérical). Principe plus connu encore aujourd’hui sous l’abréviation “HEMI“. 1955, répondant au succès rencontré, Chrysler lance sa série “300“, une référence absolue pour l’époque avec 300 Ch, qui devient la divinité de toute une génération. Les taux de compressions, les cylindrées, le luxe (boîtes automatiques) et les prix s’accroissent chaque année, c’est l’Américan way of life, la démesure des Muscle cars annoncée entre les géants de Détroit (Ford, GM et Chrysler) qui s’affrontent à coup de Burn out, par le biais d’une jeunesse dorée.

jeep-jk-srt8-4084.jpg

Pas de vainqueur lors de cette chevauchée fantastique vers le nec plus ultra de la puissance, mais le moteur HEMI devient une légende et restera synonyme de performances hors du commun, telle la seconde génération illustrée par le 426 Ci (pour Cubic inch), un V8 de 7.0L développé pour le Nascar de 1965 à 1975 plus connu sous le nom évocateur de “ Eléphant engine“!

Depuis cette époque insouciante, il y a eu la crise pétrolière (la première d’une série qui n’en finit plus). Le HEMI y survivra, il y laissant ses culasses hémisphériques, remplacées par les plus complexes et plus économiques technologies modernes développées par le département SRT (Street and Racing Technologie) de Chrysler Group.

Plus raffiné, on retrouve pourtant aujourd’hui le V8 sous le capot des imposants Pick up Dodge Ram. Ce Truck 5.7L V8, version Full size de préférence, est devenu à son tour la nouvelle icône de l’Amérique, trônant dans toutes les fermes du Middle west.

Du côté 4×4, chez Jeep, on avait bien le V8 Power Tech 4.7 L sur le Grand Cherokee (WJ) depuis 1999, qui faisait suite au 5.9L (ZJ). Mais on restait dans le raisonnable avec environ 250-265 Ch sous le pied et l’on se contentait de version Limited dépassant les 300 Ch (4.7L High Output sur le WH). Ce n’est qu’en 2005 que l’on entend pour la première fois…hennir les chevaux du plaisir… Du HEMI sous le capot du Grand Cherokee. On passe alors le mur du son avec le 5.7L V8 et ses 326 Ch.

2006 sera l’apothéose, 420 Ch ! L’esprit du 6.1L V8 transcende l’âme du vieil indien… Le SRT-8 donne des idées aux frères de la tribu de Coignières (78), pour Indian Cars ce sera un HEMI pour la JK !

De la passion à l’atelier…

Chez Indian Cars, David Dalet nous a habitués aux belles surprises. En effet, depuis des années, ce passionné de Jeep de longue date n’en finit plus de réaliser pour des clients (non moins inconditionnels, on s’en doute), sur notre vieux continent, des monstres sur base de Wrangler puis de la nouvelle JK, digne des prépas “Ricaines“ qui hantent le désert de Mojave et les dunes de Glamis.

C’est ainsi que lorsque paraît le Grand Cherokee SRT-8 en 2006, le sang de nos disciples de la Jeep ne fait qu’un tour. Ce sera les 420 Ch du 6.1L V8 HEMI sous le capot de l’héritière de la mythique Willys, autrement dit, une JK 72 (châssis court).
Dans l’atelier, c’est le grand mécano qui débute par un démontage en règle. La caisse verte du JK donneur d’organes part en peinture d’où elle reviendra parée du fameux Orange ICR (Indian Cars Racing).

jeep-jk-srt8-3808.jpg

Dans l’atelier, 6 caisses de bois arrivent des USA. Le moteur HEMI, la boîte automatique et son transfert, deux ponts Currie et leurs deux arbres de transmissions, un kit Rubicon Express, des amortisseurs Bilstein et enfin une dernière siglée AEV (Américan Expédition Véhicules), comportant pare-chocs avant et capot spécial HEMI.

Le châssis, dépourvu de son moteur d’origine, reçoit sans plus tarder sur de nouveaux ancrages le Kit Rubicon Express Long arm qui autorisera des débattements dignes du Rock Crawling, grâce à 8 tirants courbés formant des doubles “Y“. La rehausse maxi (autorisée par ce kit) de 4’5 pouces (101,6 mm) est obtenue par simple réglage de longueur. Des amortisseurs sur mesure Bilstein 9100 Bypass à bonbonnes séparées, montés sur rotules viennent se fixer sur les deux ponts Currie 60 Rockjock 3 aux carters de différentiels orientés vers le haut (35°) procurant une garde au sol supérieure et une résistance aux chocs incomparable puisque le rocher saillant ne viendra plus taper dans la tôle mais dans la fonte d’acier du pont.

Les ressorts font partie du Kit Rubicon Express et les amortisseurs Bilstein 9100 Bi-pass ont été réalisés sur mesure.

Le kit Rubicon Express réglable pour JK permet une meilleur articulation des ponts en Off road grâce à des tirants coudés et le principe du“Y“. Il impose de nouveaux points d’ancrage.

jeep-jk-srt8-3779.jpg

jeep-jk-srt8-3780.jpg

Les ponts Dana 60 Rockjock 3 de chez Currie. Déjà dénommés “Ponts tournés“ chez nous, ils ont l’avantage d’augmenter la garde au sol et d’offrir aux rochers de la fonte d’acier plutôt que la tôle des carters.

Arbres de transmissions à doubles croisillons Currie. Du costaud sur mesure encore.

élargisseurs de voies (30 mm)  conserve au JK son agilité malgré une monte pneumatique plus importante.

Ajoutons à ce dernier cri mode US, deux blocages de différentiels ARB et des arbres de transmissions renforcés à doubles croisillons Currie, les freins du JK, des élargisseurs de voie (30 mm) et nous voici avec un châssis prêt pour des exploits Off road. Il ne lui manque plus que ses Jantes Hutchinson “Mopar“ 8,5 x 17’ démontables (double Beadlock) équipées des pneus BF Goodrich Mud Terrain KM2 en 35/ 12.5 x 17 et le fameux HEMI…

Jantes Hutchinson “Mopar“ 8,5 x 17’ démontable (double Beadlock) équipés des nouveaux pneus BF Goodrich Mud Terrain KM2 en 35/ 12.5 x 17.

jeep-jk-srt8-3918.jpg

Cette nouvelle version 6.1L du V8 sortie religieusement de sa caisse, s’annonce logiquement comme 25% plus puissante que le HEMI 5.7l (326 ch). Il permet aujourd’hui au Grand Cherokee avec ses 420 Ch, un 0 à 100 km/h en seulement 5 secondes et d’atteindre une vitesse maxi de 245 km/h…Alléchant !

Mais, avant d’aller goûter à ces sensations prohibées à bord du JK, il faut s’attaquer au montage de l’ensemble Moteur et boîtes.

Supports calés et soudés aux millimètres près, la légende habite désormais la Jeep. Moins d’émotions au programme lorsqu’il a fallu résoudre les problèmes de faisceaux, de connectique et d’électronique. La solution paraît pourtant simple…Après. Sans entrer dans des détails…à y laisser ses neurones ! On conserve le faisceau de caisse du JK (phares, clignotants, radio, tableau de bord, EPS, ABS, Traction control, etc.) d’une part, celui du moteur, de son injection électronique, de la boîte automatique 5 vitesses (W5A-580 d’origine Benz) à Overdrive et du transfert Select Track d’autre part.

jeep-jk-srt8-3795.jpg

jeep-jk-srt8-3801.jpg

jeep-jk-srt8-3804.jpg

jeep-jk-srt8-3877.jpg

Filtre Green et sa “Chaussette“ filtrante spécial sable de rigueur pour donner du souffle au V8.

La caisse magnifique, le réservoir, le radiateur triple faisceau (spécial), les durits type aviation, le filtre Green, l’échappement maison sonorisé par une sortie Borla installés, c’est du cousu main. Du sur mesure, comme ce kit de sièges Recaro Sport line bi ton gainé Conoly.

L’habitacle du JK revu et corrigé par Indian Cars grâce au Kit Recaro cuir Conoly bi-ton cousu main… Et ce n’est que l’emballage !

jeep-jk-srt8-3823.jpg

jeep-jk-srt8-3821.jpg

jeep-jk-srt8-3844.jpg

jeep-jk-srt8-3818.jpg

La clé. Le contact. Le bouton du démarreur et…C’est une symphonie dans l’atelier ! Le monstre est vivant.

Capot et pare-chocs avant AEV, pare-chocs arrière Mopar, treuil Warn 9,5 Si, 4 phares longues portées Hella 100 W et ceux d’origine remplacés par des Bi-Xénon double optique Harley Davidson agrémentent le JK. Si ce n’est pas du 100% US à la française ça ! Qui fera mieux ?

Pare-chocs avant AEV équipé du treuil Warn 9,5 Si et sa corde plasma…Orange, s’il vous plait !

Pare-chocs et porte roue Mopar pour Jeep.

jeep-jk-srt8-3898.jpg

Off Road…Hot !

Il fallait oser, Indian Cars l’a fait et nous voici aux commandes de la Jeep JK la plus puissante de la planète ! C’est vrai qu’à l’heure actuelle, ceci n’a rien de politiquement correct. Pensez donc mon bon Monsieur…Un V8, plus de 6.0L, 400 Ch, en plus ! Un coup à y laisser ses points…Et en une fois, encore ! Mais, avec 388 gr de Co2, le moderne HEMI ne pollue certainement pas plus que la camionnette surchargée de notre plombier dont la dernière vidange remonte… à sa sortie d’usine.

Ho Andy, dit moi oui…Pour allez faire un tour…

Et puis nous, ce n’est pas encore sur un terrain réservé à l’Off road ou dans les dunes qu’on croisera un radar.

Prudent lors des premiers tours de roues, au bout de quelques kilomètres, avouons-le, il est impossible de résister. Bien calé dans les Recaro, la petite route menant à notre terrain de jeu est propice aux ébats du JK HEMI. Accélérations époustouflantes jusqu’à 6000 Tr/mn, reprises en conséquence façon Muscle cars, les voies et pneus larges assistés par les Bilstein offrent des sensations de berline sportive malgré un centre de gravité haut perché. Le 0 à 100 Km/h se joue en 6’3, le 1000 m départ arrêté en 26’, le JK se délestant au passage de quelques grammes de gomme malgré les aides électroniques. Cette Jeep perd en aérodynamisme ce qu’elle gagne en poids (- 400 Kg) par rapport au Grand Cherokee SRT-8. Le JK 6.1L concède donc 1’et des poussières lors de nos deux mesures.

Côté confort, c’est grand luxe. Seule la bâche d’origine viendra freiner nos ardeurs de vitesse, écouter le V8 c’est mieux. De toute façon, il faut garder à l’esprit l’indice “Q “ (soit 160 Km/h) des pneus Mud Terrain KM 2 de BF Goodrich. Nous n’irons donc pas titiller les 225 Km/h théoriques auxquels peut prétendre cette Jeep d’exception.

Notre plaisir comme celui d’Andy, l’heureux propriétaire, est ailleurs. Demain, ce sera les dunes de Tunisie crâne rasé au vent (Il a tout prévu notre jeep addict…) avec les copains, aujourd’hui, c’est un terrain militaire de 400 hectares à notre disposition. Il nous fallait bien cela, de l’espace, il en faut, elle est faite pour ça cette Jeep. Sur piste rapide c’est le bonheur de la puissance à l’état pur. Une fois encore les nouveaux Bilstein 9100 semblent finement réglés pour le JK, n’y touchez plus.

Pour un châssis court, c’est surprenant de stabilité, taillé pour la jouissance lors de balade très rythmée. Bouts droit, virages, tout y passe. On regrettera peut-être les joies de la glisse limitée par les aides électroniques, mais ces dernières sont en fait des atouts, contrôlant la puissance fabuleuse du HEMI à votre place, on n’est pas là pour faire le Dakar !

En franchissement, les performances bien connues du kit Rubicon Express appliqué au JK restent des références dans le monde de la Jeep, ajoutez dans la corbeille de ce mariage heureux quelques 569 Nm un peu haut dans les tours, fermez les yeux, tendez l’oreille et imaginez la suite…Débattements, croisements de ponts, empattement court, blocages ARB avant et arrière, 300 Gr dans les Beadlock, transfert sur 4 Low (Select track), boîte auto sur 1, les mains sur le volant gainé cuir bicolore, le pied léger, un feulement…Chut, le JK HEMI passe.

jeep-jk-srt8-4020.jpg

jeep-jk-srt8-4079.jpg

jeep-jk-srt8-4151.jpg

Ému par le HEMI…Une jeep pour rugir de plaisir, voilà c’est dit. Elle a tout ce qu’un dingue de Jeep équipé pour le “Fun“ peut souhaiter. Allez, on lui trouve un petit défaut ? Les gros freins ventilés Brembo 4 pistons de 360 x 32 mm à l’avant et 350 x 28 mm à l’arrière du Grand Cherokee ne seraient pas de trop lorsque la tentation Hot Rods se fait trop forte… Ha bon, c’est prévu au retour de Tunisie… Alors, c’est un sans faute signé Indian Cars.

Pour le raid entre copains en Tunisie, il suffit d’une CB Président Harry 2,  d’un compresseur Viair et sa bonbonne de 9L (2 sorties sur les coté de sièges), une pelle, deux jerricans et une bâche qui se plie dans la benne…

jeep-jk-srt8-3813.jpg

jeep-jk-srt8-3895.jpg

Moteur :

 6.1L V8 Hemi SRT-8

 Cylindrée : 6063,2 Cm3 (370 Ci)

 Puissance : 420 Ch (312kW) à 6000 Tr/mn

 Couple : 569 Nm à 4600 tr/mn

 Alésage et course :103 x 90,9 mm

 Taux de compression : 10,3 : 1

 Alimentation : Injection électronique séquentielle multipoint.

 Boîte :

 5 vitesses automatique W5A-580 avec overdrive :

 Rapports :

 1ère 3,59

 2ème 2,19

 3ème 1,41

 4ème 1

 5ème 0,83

 Marche arrière 3,16

 Transfert :

 Select Track : 2H- 4H- 4L

 Ponts :

 Currie 60 Rockjock 3 à carter incliné équipé de blocages ARB.

 Suspensions :

 Kit Rubicon Express 3,5- 4,5 Pouces.

 Amortisseurs Bilstein 9100 Bypass.

 Vitesse maximum sur circuit : 225 Km/h (Théorique).

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (3)
  • comment-avatar

    Jeep JK SRT-8 (6.1L HEMI) d’Indian Cars
    1 veritable jouet de ouf!!!bravo indiancar

  • comment-avatar

    Jeep JK SRT-8 (6.1L HEMI) d’Indian Cars
    Domage on n’a pas le son…

  • comment-avatar

    Jeep JK SRT-8 (6.1L HEMI) d’Indian Cars
    Le rêve à l’état pur !

  • Disqus ( )