King Of Italy 2016

King Of Italy 2016

King-of-Italy-Logo-207x200.jpg

C’est en Italie à Varano de Melegari que vient de se dérouler la seconde course du Championnat Européen d’Ultra4. Il y a un mois, c’était le King Of France qui s’était couru dans des conditions météo assez éprouvantes, à La Ferté Gaucher, où boue et pluie incessante lors de la session du dimanche avaient rendu la piste très difficile. C’est donc avec plaisir que les différents équipages ont trouvé en Italie soleil et chaleur.

Mais l’Italie ne nous a pas régalés que par sa météo clémente. L’année dernière la course avait lieu dans les collines et mélangeait passages rapides sur des pistes et franchissement dans des petits canyons remplis de grosses pierres. Cette année il en allait tout autrement car la course e eu lieu dans le lit de la rivière. Le circuit faisait 10 km et sur toute sa longueur, 5 km à remonter la rivière puis la même distance pour revenir au point de départ.

Le sol était jonché de galets plus où moins gros suivant les portions. Ce qui a permis aux concurrents les plus rapides de prendre entre 140 et 150 km/h en pointe ! Il n’y avait pas à proprement parler de zones extrêmement difficiles comme on a pu voir sur d’autres courses. La plus grosse difficulté se situait au troisième pont où les pilotes devaient faire demi tour pour revenir en aval. C’est dans cette zone constituée de grosse pierres que les 4×4 devaient faire 4 passages, deux en montée et deux en descente.

Vous allez me dire avec un air étonné : «  une course Ultr4 sans difficultés, mais qu’est ce que c’est que ce binz !!?? ». En fait la difficulté était dans le concept même de la course, avec ses deux sessions, chacune d’une durée de 3 heures. En effet ici il n’y avait pas un nombre de tour définis à faire. Les organisateurs ont préféré faire une course d’endurance, le vainqueur sera celui qui aura fait le plus grand nombre de boucles. C’est bien dans l’esprit de l’Ultra4 que de varier à la fois les terrains et les conditions de course. Si dans l’esprit de la plupart des gens une course Ultra4 ça ressemble au mythique King Of The Hammers, il en va autrement. Les 8 courses aux USA sont toutes différentes. Certaines ayant lieu dans le désert avec sable et rochers, d’autres sur des circuits artificiels avec des virages relevés et des tables de sauts créés pour l’occasion.

C’est cette variété qui fait de l’Ultra4 une discipline exigeante et qui demande non seulement d’avoir une voiture polyvalente et fiable, mais aussi des capacités de pilotages quelque soient les terrains et les stratégies de course à adopter sont différentes. Sable, terre, boue, rochers, zones extrêmes, pistes recouvertes de galets sont au programme des 4 courses européennes de cette année et ce avec des formats de circuits et des longueurs de courses qui diffèrent.

Courir en Ultra4 c’est savoir s’adapter, parfois on roule très vite, parfois on fait du rockcrawling, on fait du rallye raid, on fait de l’endurance, parfois on treuille, parfois on traverse des rivières. C’est vraiment la discipline 100% tout terrain, tous les cas de figures sont possibles, toutes les difficultés rencontrées en off road peuvent être présentes et le format est très ouvert. C’est ce qui fait, à mes yeux, que l’Ultra4 est la discipline tout terrain la plus exigeante qui ait été créée.

Les véhicules présents :

king-of-italy-ultra4-2016-6966.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-6969.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-6984.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-6990.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7000.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7004.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7008.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7017.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7051.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7056.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7062.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7065.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7071.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7074.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7076.jpg

king-of-italy-ultra4-2016-7080.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7087.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7123.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7132.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7170.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7198.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7211.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7240.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7245.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7249.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7258.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7261.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7933.jpg

Le vendredi à Varano de Melegari a été consacré aux traditionnelles vérifications techniques des véhicules, des casques et des combinaisons. Ensuite les pilotes et leurs copilotes ont pu rouler librement sur le magnifique parcours tracé par Pier Acerni et ainsi reconnaître le terrain, prendre des notes, trouver la meilleure trajectoire en évitant les endroits piégeux, les gros trous et les rochers.

En fin d’après midi, après une parade en ville, tous les véhicules se sont mis en marche pour participer au prologue qui déterminera l’ordre de départ pour le lendemain. Après un tour derrière un 4×4 ouvreur et un tour libre, chacun à la suite, les 4×4 s’élancent pour tâcher de réaliser le meilleur temps.

La parade

king-of-italy-ultra4-2016-7361.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7364.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7365.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7366.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7367.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7368.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7370.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7378.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7381.jpg

Le prologue

king-of-italy-ultra4-2016-7477.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7498.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7519.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7537.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7553-Modifier.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7563.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7579.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7595.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7618.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7628.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7637.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7656.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7672.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7688.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7714.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7723.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7730.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7746.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7757.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7771.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7794.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7800.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-7837.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-8928-Modifier.jpg
king-of-italy-ultra4-2016-9034-Modifier.jpg

Les résultats du prologue

 1 – emanuel costa – EC 4×4 – portugal – en 3.05 – Ultra4

 2 – nicolas montador – team WSR – france – en 3.19 – Ultra4

 3 – jaap betsema – Fireant – pays bas – en 3.25 – Ultra4

 4 – filipe guimaraes – Big rock racing – portugal – en 3.27 – Ultra4

 5 – grafas enrico – Team Ciani – italie – en 3.28 – Ultra4

 6 – fernando bartolucci – Equipe dream Team – italie -en 3.32 – Ultra4

 7 – axel burmann – Team off Road terror – belgique – en 3.36 – Ultra4

 8 – will overton – Ace racing – royaume uni – en 3.39 – Modified

 9 – alexandre lemos – Team Serrao – portugal – en 3.41 – Ultra4

 10 – alan zhara – pitass Spider – malte – en 3.48 – Ultra4

 11 – neville ciantar – Nusu offroad team – malte – en 4.06 – Ultra4

 12 – charlton grima – grima s’racing team – malte – en 4.26 – Ultra4

 13 – mathias accorsi – Ace offroad – italie – en 4.27 – Modified

 14 – jelle janssens – team Jeep power Racing – belgique – en 4.32 – Ultra4

 15 – rudy farrugia – triple 1 racing – malte – DNF – Ultra4

 16 – kenneth borg – kurun offroad – malte – N/S – Ultra4

La course en elle même s’est déroulée le samedi. Au programme une session le matin de trois heures, une coupure de deux heures et c’est repartit pour 3 heures. pour rouler efficacement sur ce terrain il n’y a pas vraiment 36 solutions, il faut envoyer, un peu comme sur des pistes en tôle ondulée. La suspension travaillant mieux à vitesse soutenue, il vaut mieux mettre les gaz pour ne pas subir et garder ainsi de la motricité et le bon cap. Pas vraiment de grosses difficultés sur le parcours si ce n’est las zone rocheuse située à mi chemin du tracé. Des petits passages sur les berges ont été aménagés mais ne représentent pas de soucis pour les Ultra4. Cependant il faut être vigilant et garder les yeux bien ouverts pour éviter les grosses roches, les saignées et les gros trous qui parsèment le circuit.

Simple en apparence, le KOI a été exigeant, cassant et pas mal de concurrents ont connus des soucis

Dès le départ de la course Will Overton explosera un tirant en aluminium sur une pierre ce qui va le mettre hors course. Filipe Guimaraes après une crevaison connaîtra des soucis de boîte. L’équipage maltais #777 fera un flanc sur la zone de rochers.

mais pour certains aucuns soucis, comme pour Emanuel Costa et Nicolas Montador qui ont donné le ton en roulant très fort. Le premier sur un véhicule plus puissant accomplissait un tour complet en environ 15 minutes suivi par Nicolas Montador avec son proto à V8 Rover. les deux ont été réguliers comme des coucous suisses, il me suffisait de regarder ma montre tous les 1/4 d’heures pour savoir qu’il allaient arriver. Les deux vont se doubler toute la journée mais au final Emanuel prendra le dessus, aucun n’ayant eu de soucis techniques. Derrière, Jaap Betsema a lui aussi enroulé à son rythme et finira troisième de l’épreuve. Derrière les Maltais de Nusu Offroad avec Neville Ciantar au volant finissent 4ème suivi par Axel Burmann.

CATEGORIES
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR