Land Rover Discovery 3  All Road Village  Un bel exercice de style.

Land Rover Discovery 3 All Road Village Un bel exercice de style.

Land Rover Discovery 3

Un bel exercice de style.

Civilisé et luxueux, le Discovery 3 n’ a pas la réputation de grand Baroudeur à contrario d’autres 4×4 de la famille Land Rover. Et de ce fait, les préparations “raid” sur ce ce véhicule “Tout Terrain” sont assez rares. Toutefois, à la demande d’un de ses clients, l’équipe d’All Road s’est lancée dans cet exercice de style.


Même si l’on a plus l’habitude de le croiser sur de belles routes goudronnées, parfois sur quelques pistes empierrées, le Discovery 3 est un vrai véhicule Tout Terrain. Non seulement il en a le look, haute stature aux formes un peu carrées, mais il en possède surtout toutes les aptitudes notamment des capacités de franchissement exceptionnelles. Luxueux et confortable, il ne figure pas parmi les grands baroudeurs car les grands voyageurs doutent sur la fiabilité à long terme de son électronique embarquée, de ses suspensions pneumatiques et de ses aides à la conduite pilotées justement par une électronique pourtant de pointe à l’exemple de ce qui se fait sur les SUV très haut de gamme. Il n’empêche que le Discovery 3 possède beaucoup d’autres atouts qui ont fait craquer un couple de la région varoise, passionné de randonnées dans le désert. Pour avoir voyager sous toutes les latitudes, l’équipage a de l’expérience et son choix n’est pas dû seulement à un coup de coeur.

Si les préparations sont rares, les équipements spécifiques pour le Discovery 3 le sont encore plus car les accessoiristes se sont peu penchés sur son cas. Il faut donc feuilleter longuement les catalogues pour trouver les bonnes références comme l’ont fait les mécanos d’All Road Village afin d’adapter, puis d’implanter ces différents matériels et accessoires transformés

discovery3-01.jpg

Un petit air Baroud

De l’extérieur, la préparation du Discovery 3 se distingue par une galerie de facture Front Runner qui reçoit un porte roue de secours et les réservoirs d’eau d’une contenance totale de 67 litres. Sur le coté droit, un schnorchel Safari de couleur noir contraste sur le blanc de la carrosserie. Sous la façade avant, on aperçoit la protection en tôle d’ aluminium qui reprend les formes du bouclier d’origine ce qui renforce encore l’aspect massif du véhicule.

discovery3-06.jpg

A l’arrière, un réservoir de carburant de 80 l à pris place sous le châssis en lieu et place de la roue « de secours » proposée par le constructeur. L’autonomie du véhicule est ainsi doublée. (environ 1200 km en fonction du terrain). L’habitacle est aménagé sans pour autant inclure un couchage. Derrière le siège conducteur, un support métallique est fixé sur les points d’ancrage existant. Il reçoit le réfrigérateur amovible et la batterie auxiliaire.

discovery3-04.jpg

En dessous, du support, un convertisseur 12/220 volts 1600 w permet de brancher différents appareils. Sur l’autre coté et suivant le même principe, c’est un WC chimique qui est fixé derrière le siège passager. L’habitacle n’a pas reçu d’autres équipements fixes car ce Discovery est également au quotidien le véhicule familiale. De ce fait, les places tout à l’arrière ont été conservées pour la joie des petits enfants. Mais, une fois les sièges rabattus, le volume de chargement se montre largement suffisant pour embarquer les bagages et le matériel de bivouac pour deux personnes. Enfin, tout l’aménagement est démontable sans détérioration des garnitures ce qui préserve la valeur du véhicule en cas de revente.

discovery3-03.jpg

Sur la planche de bord, l’instrumentation d’origine a été complété par un GPS, une CB et l’indicateur de charge des batteries. Un minimum pour partir en raid en groupe ou seul. Cependant, une informatique embarquée pourrait dans quelques temps remplacer les cartes en papier.

Préparation moteur

Le Moteur diesel common-rail TDV6 de 2,7L développe d’origine 190 chevaux pour un couple maximal de 44,8 mkg obtenu à 1900 tr/mn ce qui est largement suffisant pour une utilisation sur piste. Toutefois, un peu plus de puissance et de couple dans le sable n’est pas négligeable. Ainsi, Le V6 a été doté du boîtier additionnel Artechnologie qui porte sa puissance à 220 chevaux pour 50,8 mkg. L’installation de ce boîtier et de son faisceau n’a posé aucun de problème car son implantation est prévue par le fabriquant. En revanche l’installation d’un pré-filtre décanteur à GO à été compliquée par le manque de place dans le compartiment moteur. Judicieusement, il a été positionné derrière le radiateur, ce qui le rend accessible pour son entretien. Toutefois, la boîte du filtre à air a été découpé pour dégager un espace suffisant. La pose du schnorchel “ Safari” a été délicate. Après démontage de la grille d’origine, il a fallu percer l’aile suivant le gabarit fourni par le fabriquant, démonter le passage de roue en plastique pour fixer le schnorchel solidement de l’intérieur, sans oublier de passer une couche d’anti-rouille… puis emboîter le manchon sur le filtre à air lui même. Certes, rien d’extraordinaire si le compartiment moteur n’était pas plein comme un oeuf !

discovery3-02.jpg

L’autre tour de force à été la mise en place du coupleur/séparateur de batterie et surtout le passage du faisceau électrique du compartiment moteur vers l’habitacle. Le coupleur à été placé dans un petit bac, juste derrière la batterie principale, ce qui le protège de l’humidité et des projections. Le faisceau quant à lui chemine sous les caches jusqu’à la batterie auxiliaire située sur un support derrière le siège conducteur. Mais une fois fait et tout remis en place, rien n’est visible.

discovery3-05.jpg

En ce qui concerne les trains roulant, ceux-ci restent strictement d’origine et pour cause : il s’avère délicat de modifier la suspension, mais est-ce nécessaire ?

En effet, cette suspension pneumatique “électronique” , indépendante sur les quatre roues et à doubles triangulations avant comme arrière, est l’un des points fort du Discovery 3. Empruntée au Range Rover, elle est réglable en hauteur, assure une excellente tenue sur route avec une précision de guidage incontestable des trains roulants. De plus, si elle offre un confort incomparable, c’est surtout en hors-pistes et en terrain difficile qu’elle permet au Discovery 3 de faire la différence. En effet, ce ne sont pas moins de cinq modes « Terrain Response » qui sont proposés au conducteur, depuis la « conduite normale » jusqu’au terrain « glissant » en passant par les modes « boue-ornière », « sable » et « rocaille ». Impossible de se “planter” à moins de le faire exprès et encore !

discovery3-07.jpg

Si la monte de pneus reste d’origine ( elle sera changée pour une autre plus ciblée “piste/sable”), il reste encore quelques améliorations à apporter avant de partir en voyage.

Le prix de la préparation

Réservoir supplémentaire 80 l 1005 €

Galerie front Runner 984€

Réservoir d’eau 67 litres 181€

Support roue de secours : 72€

Compresseur Bi Cylindres 135 €

Pré filtre décanteur : 204 €

Boîtier Artechnologie ????€

Roue de secours

Passe encore sur certains SUV, mais que sur un véhicule tel que le Discovery 3, présenté par son constructeur comme un véhicule tout terrain capable d’affronter les pistes du monde entier, ne soit proposer qu’une roue de secours « de type galette » est une gageure. Ceci d’autant qu’il ne faut pas compter comme dépannage, sur le prêt d’une roue provenant d’un véhicule autre qu’un Discovery 3. (entre axe des goujons incompatible avec la majorité des 4×4 y compris Land Rover.) Une vraie roue de secours complétée si possible par une seconde s’avère indispensable pour les longs voyages à l’étranger.

CATEGORIES
TAGS
Share This
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR