Le Defender 5,0L V8 de Jim Marsden  Attila de l’extrême !

Le Defender 5,0L V8 de Jim Marsden Attila de l’extrême !

Le Defender Gigglepin (2013) est aujourd’hui une star en Europe et même bien plus loin, jusqu’aux Etats-Unis. Lorsque l’on prononce cet étrange nom à consonance anglo- saxonne, les spectateurs des épreuves tout terrain auxquelles il participe n’ont plus d’yeux que pour lui. On le sait, le couple formé par ce Defender et son pilote Jim Marsden, c’est du spectacle assuré. Une bosse ? ils sauteront plus haut. Un rocher ? ils le franchiront plus vite. Un bourbier ? Ils y entreront et en ressortiront, expéditif comme toujours. Jim, qui a créé sa machine, sait qu’il peut lui en demander beaucoup ! Quand ça casse, il répare pour mieux repartir et gagner 20 places.

Alors que le coût d’un tel jouet dépasse allégrement les 100 000 €, cet investissement est rentabilisé depuis longtemps puisque dans l’univers du tout terrain extrême, tout le monde connaît le Defender Gigglepin, et Jim c’est lui le patron de cette société installée depuis plus de 10 ans dans le Kent. Un bon moyen pour notre Anglais de 42 ans de faire de sa passion pour les épreuves Hard, un moyen de communication efficace.

Jim est considéré aujourd’hui comme le spécialiste de l’extrême anglais, Gigglepin sa société prend de l’ampleur en fournissant conseils, préparations sur mesure et produits maison de qualité. Pour ne citer qu’un exemple, Gigglepin fut la première société à proposer les kits permettant d’adapter un second moteur électrique sur le célèbre et déjà puissant treuil Warn 8274 déjà grand favori des adeptes de franchissement.

Produit phare de la maison Gigglepin ; le treuil Warn 8274 devenu bi-moteur grâce à un kit. Il nécessite bien les deux batteries 24V Odyssey lors des utilisations intensives.

À l’arrière un second treuil 8274 double moteur sur un support Gigglepin et un réservoir de 120L dans son caisson aluminium.

Face au succès de ce treuil qui enroule plus vite que son ombre, Jim s’est lancé à réaliser ou à distribuer toute une gamme d’accessoires destinée aux purs et durs. Quoi de mieux que d’aller prouver ensuite que c’est efficace sur les épreuves les plus célèbres d’Europe et des Etats-unis. Jim et ses divers copilotes aux commandes de ce Defender qui a évolué dans le temps, jouent les Attila de l’Off road, raflant de nombreux podiums en Angleterre, puis à l’étranger depuis une décennie.

Jim Marsden est à 42 ans la terreur européenne lorsqu’il s’agit  d’épreuves et challenges extrêmes. Patron du garage Gigglepin en Angleterre, sa passion lui sert aussi à promouvoir les produits qu’il développe.

Made in England…

C’est en 2010 que Jim décide de changer de monture et fait réaliser une nouvelle base pour son Defender chez Richard Chassis en Angleterre. Inspiré du Châssis Land Rover, celui-ci aura un empattement de 100 pouces, sera galvanisé et disposera de tous les ancrages nécessaires à l’adaptation d’un kit transmission développé avec Ashcroft.

L’arceau forme dans sa partie arrière un “trayback“ qui supporte aussi bien roue de secours que l’ensemble des radiateurs Allisport destinés à refroidir moteur et boîte de vitesses. Le Snorkel se trouve bien à l’abri derrière la cabine.

defender_gigglepin-019.jpg

defender_gigglepin-020.jpg

defender_gigglepin-021.jpg

defender_gigglepin-022.jpg

C’est ainsi que l’on retrouve ici les fameux ponts Force 9 équipés de blocage de différentiels adaptables sur Defender. Les suspensions font appel à des ancrages Gigglepin spécifiques, 4 amortisseurs King à triple Bypass, 4 ressorts progressifs Eibach et 4 bumpstop.

Les essieux aux corps renforcés  font partie d’un kit Ashcroft qui inclus 2 ponts Force 9 et des moyeux taillés dans l’acier brute.

defender_gigglepin-027.jpg

Les suspensions utilisent des amortisseurs King 11’ à triples Bypass, des ressorts Eibach progressifs et des Bumpstop hydrauliques. cet ensemble est monté sur des chapelles avant et des ancrages distribuées par Gigglepin.

defender_gigglepin-029.jpg

defender_gigglepin-030.jpg

Les tirants spécifiques, tout comme ce châssis galvanisé 100’ ont été réalisés chez Richard Chassis en Angleterre à partir des plans fournis par Jim.

Les arbres de transmissions Gwyn Lewis supportent allégrement tous les mauvais traitements imposés.

defender_gigglepin-033.jpg

Les 4 couples disques et étriers sont des produits EBC.

Sur le pont avant on a installé une direction hydraulique.

La direction est full hydraulique grâce à un autre kit produit par Gigglepin.

defender_gigglepin-017.jpg

La pompe est adaptée sur le moteur 5,0L V8 (TVR), développant 280 ch.

Sous le capot du Defender c’est un 5,0L V8 de TVR qui produit environ 280 ch en partie grâce à un échappement sur mesure. En plus de l’alternateur, on trouve la pompe de direction hydraulique.

defender_gigglepin-012.jpg

defender_gigglepin-013.jpg

defender_gigglepin-014.jpg

Outre un échappement sur mesure, le Snorkel est placé derrière la cabine aux côtés des radiateurs Allisport dédiés au refroidissement moteur et boîtes.

L’arceau extérieur n’est que la partie apparente d’un treillis qui supporte la carrosserie et un plateau trayback arrière. Alors qu’on trouve dans l’habitacle sièges baquet, équipement de sécurité et de navigation presque classiques (3 Terratrip et 2 GPS surdimensionnés), ce Defender dispose de deux armes redoutables.

Le tableau de bord en dit long sur la préparation de ce Defender. Pas moins de 3 Terratrip et 2 GPS écrans géants. Les transmissions passent par une boîte de vitesses Land Rover HP24 modifiée. Elle est ici adaptée sur un transfert LT 230 qui dispose d’un différentiel Gigglepin renforcé.

defender_gigglepin-005.jpg

defender_gigglepin-006.jpg

De quoi rafraîchir cet équipage de sportifs et éteindre un incendie sous le capot.

Sièges baquets QT Services et harnais Luke vont de pair avec un solide arceau extérieur en acier T45 sur lequel on trouve des feux de travail à Leds Lazer.

defender_gigglepin-009.jpg

En effet, il est équipé de deux treuils Warn 8274 modifiés pour recevoir le kit double moteur qui a fait la renommé de la maison Gigglepin. Ces monstres surpuissants et rapides nécessitent l’installation de deux batteries Odyssey fournissant du 24V.

Il ne manquait à ce prototype bien né que de quoi s’accrocher aux parois de l’impossible. Des Jantes Stazworks à double beadlock sont chaussées de pneus Maxxis Trepador Stickys en 37/12.0 x 16. Sacrée pointure que ce Defender 100% made in England.

Les Jantes Stazworks à double beadlock sont chaussées de pneusMaxxis Trepador Stickys en 37/12.0 x 16. On remarque le soin apporté aux protections de valves et les mains meneuses renforcées signées Ashcroft.

Pour faire cuire un steack sous son baquet !

On disait d’Attila qu’il faisait cuire un steak entre sa selle et son cheval durant ses chevauchées. Lorsque que l’on est à bord de ce Defender avec Jim , c’est chaud aussi. De quoi placer sa tranche de bacon sous le baquet, la chaleur dégagée par le 5,0L V8 dans les tours, il sera vite à point. Mais, ce Defender n’est pas seulement bourré de chevaux, il est aussi parfaitement suspendu les couples amortisseurs King et ressorts Eibach s’accordent pour offrir à ce châssis à l’empattement idéal une stabilité à toute épreuve. Malgré des débattements de 250 mm provoquant quelques mouvements de caisse en virage, il n’y aucune difficulté à tenir le cap choisi. La direction hydraulique rend les trajectoires faciles, la stabilité est unique grâce aux essieux larges et la motricité exceptionnellement efficace face aux 280 ch disponibles.

Avec cette machine polyvalente pas besoin de lever le pied à l’abord d’un saut. Alors que l’équilibre des masses n’est pas encore parfait, le Defender atterrit sur son train avant en douceur et les bumpstop entrent en action évitant aux suspensions d’aller en butée.
La boîte automatique Land Rover semble tenir le choc et se fait oublier.

Seule intervention sur les leviers : passer en courtes lorsque l’on s’attaque aux zones de franchissement. Les pneus dégonflés à la bonne pression, les trois blocages enclenchés, le Defender avale les difficultés avec une aisance étonnante. Négocier les croisements de ponts, devers et rochers demande évidemment de l’expérience, mais avec ce Land unique en son genre, on se prendrait facilement pour un Jim Marsden, tant il est facile à manœuvrer.

Grâce à son talent et sa passion, Jim accumule les places d’honneur sur les épreuves les plus difficiles du circuit des Challenges extrêmes et autres Trophées européens débridés depuis 2001.

defender_gigglepin-037.jpg

defender_gigglepin-039.jpg

defender_gigglepin-041.jpg

Avec ce Defender dernière évolution préparé en 2011, il squatte carrément les podiums Anglais et lorsqu’il franchit la Manche ou l’Atlantique, c’est pour s’offrir les lauriers du Croatia Trophy ou du One’s man Challenge lors du King of the Hammers en Califormie. Sa fougue l’amène parfois jusqu’à la faute ou la casse mécanique comme sur le Breslau Polonais en 2013 où il ne termine que 5e. Mais il ne renonce jamais grâce à un moral d’acier.

defender_gigglepin-049.jpg

defender_gigglepin-050.jpg

defender_gigglepin-051.jpg

defender_gigglepin-052.jpg

defender_gigglepin-053.jpg

defender_gigglepin-057.jpg

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (1)
  • comment-avatar

    Le Defender 5,0L V8 de Jim Marsden Attila de l’extrême !
    Merci pour ce super article 🙂 à quand le prochain sur la version 2014 ?

  • Disqus ( )
    X
    X
    Journal du 4magazine 4x4 & SUV

    GRATUIT
    VOIR