Le Defender extrême qui cartonne !

Le Defender extrême qui cartonne !

Le Def extrême 300 Tdi qui cartonne dans les challenges !

Le trio magique trois fois gagnant (et maintenant 4 après leur dernière victoire à l’Xtrem Challenge Andorre 2012)

Les challenges extrêmes se multiplient et les concurrents sont de plus en plus nombreux. L’un d’entre eux a retenu notre attention car il s’est récemment hissé ou treuillé devrais-je dire trois fois sur la plus haute marche des podiums, en catégorie 4×4 préparé, de Bordeaux au Vitiloisir 2011, de l‘X-trem Challenge Andorre 2011 et dernièrement sur l‘Ironman Warriors Challenge 2012. Ce sont donc trois champions que je vais vous présenter, le Def 90 300 tdi, son pilote Pascal Leboucher et son copilote Thomas Lefebvre.

defender-extreme-4761.jpg

defender-extreme-4772.jpg

defender-extreme-4776.jpg

defender-extreme-4788.jpg

Pascal Leboucher est âgé de 47 ans et baigne dans le monde de l’auto depuis longtemps. Il intègre la marque au losange en 1988 et occupe une place dont tout le monde rêve : essayeur de prototype, son métier consiste à tester sur piste et route les comportements des dernières créations de Renault pour ensuite donner un retour aux ingénieurs et concepteurs afin de peaufiner les détails des liaisons au sol avant la mise en production sur les chaînes d’assemblage, il analyse au volant si par exemple la suspension est trop raide ou trop molle, si le comportement est sur vireur ou sous vireur, etc. Ses passions automobiles sont assez variées et il a commencé en 1982 par la pratique du Stock Car avec Coluche pour ensuite faire de la course de côte, du rallye sur terre puis tout terrain, du rallye asphalte en régional et national, pour finir par le rallye cross où il sera sacré champion de France en groupe N, il ira aussi taquiner les deux roues où il sera Champion de Normandie en enduro 125 cc. Son jeune copilote a 28 ans et a commencé à pratiquer avec son père qui travaille chez Land Rover à l’âge de 15 ans, il a participé à de nombreux trials, il s’est d’ailleurs illustré en remportant 3 fois le challenge Landmania Normandie et s’est classé 4 fois à la troisième place.

defender-extreme-4806.jpg

defender-extreme-4808.jpg

defender-extreme-4851.jpg

Marque : Land Rover

Modèle : Defender 90 300 tdi

Puissance : 113 chevaux à 4000 tr/min

Couple : 27.0 mkg à 1800 tr/min

Suspension : amortisseur Pro Comp et Terrafirma – ressorts Scorpion Racing

Préparateur : Pascal Leboucher

Une prépa X-trem pour un Defender de face

Une prépa X-trem pour un Defender : le profil

Une prépa X-trem pour un Defender : le dos

Un team en évolution permanente

copilote Thomas Lefebvre / pilote Pascal Leboucher

Le Defender 90 est de 1998 mais comme vous avez pu le constater, il ne reste pas grand chose du véhicule d’origine. Il a été acheté en 2002, Pascal avait temporairement interrompu la compétition automobile pour se consacrer à d’autres activités mais il reprend du service avec des balades en club avant de se lancer dans les challenges extrême tout d’abord comme copilote à Montmorrin. Puis l’envie de passer derrière le volant a pris le dessus. Il a désormais au compteur, tout comme son Def, 4 X-trem Challenge, deux participations au Challenge extrême en Andorre et un au challenge Bordelais. Mais surtout il a remporté la victoire sur les trois dernières épreuves auxquelles il a participé, chapeau bas messieurs. Comme le dit Pascal ces victoires se sont construites petit à petit en faisant évoluer le véhicule et en acquérant de l’expérience tout autant pour le pilote que pour le copilote. D’une compétition sur l’autre notre duo teste différentes suspensions, aménagements ou autres découpes de carrosserie et protections qui permettent de se faufiler dans les obstacles. La version du Def que vous découvrez dans ce reportage est une version à l’instant T et croyez moi, il aura encore évolué lors du prochain challenge.

defender-extreme-4853.jpg

defender-extreme-4856.jpg

defender-extreme-4863.jpg

Une prépa X-trem pour un Defender

Ce qui est important quand on se lance dans la préparation d’un véhicule pour des challenges de franchissement, ce sont, comme le dit Pascal quatre points importants : « des angles d’attaque et de fuite optimisés, un moteur coupleux et des rapports très courts, des pneus en grande dimension et surtout de bons treuils ».

Nous allons voir de plus près ce que nos deux compères ont amélioré sur le Def. Côté carrosserie on tend au dépouillement total j’oserais même utiliser le mot de dénuement, en résumé on coupe tout ce qui dépasse, tout ce qui peut gêner lors des passages sur les rochers, entre les arbres.

on voit ici tout l'intéret du découpage des éléments saillants de la carrosserie

on supprime tout les éléments qui dépassent

Une fois ce gain de poids non négligeable effectué, on enrobe le Def de divers tubes en acier afin de lui créer une sorte d’armure pour à la fois protéger le véhicule et le pilote mais aussi pour permettre de prendre appui sur des rochers sans pour autant risquer de rayer le restant de carrosserie. Le moteur 300 Tdi réputé pour son couple et sa fiabilité n’a pas été beaucoup modifié, si ce n’est un réglage de l’avance de la pompe et la suppression de l’EGR, rien que du classique mais éprouvé, un snorkel permettant d’écoper de l’air au niveau du toit alimente le 4 cylindre.

motorisation 300 Tdi

Le classique 300 Tdi a gagné en couple et en puissance grâce à une optimisation sur la pompe d'injection et le turbo, l'EGR a été supprimé avec une plaque de métal. Son entretien est facile et sa fiabilité légendaire, comme le dit Pascal : « le 300Tdi est très très bien, c'est le moteur idéal », on peut lui faire confiance.

suppression de la vanne EGR

Pour crapahuter dans les zones, sur des rochers plus hauts que le 4×4 il a fallu revoir en profondeur les liaisons au sol, ça tombe bien c’est quand même en plein dans les métiers de Pascal et de son copilote. Jugez plutôt du travail effectué : les tirants de ponts avant avec un angle de 6° sont faits maison et taillés dans la masse, les arrières sont coudés. Place ensuite aux suspension, Pascal privilégie les débattements arrière avec des amortisseurs Pro Comp +10 cm et des Terrafirma en + 5 cm à l’avant. Pour les ressorts il fait confiance aux produits venus d’outre-manche de chez Scorpion Racing avec un kit de ressorts progressifs en + 5 cm.

la suspension du Defender 300 Tdi extrême

Pascal et son équipier n'ont pas compté leurs heures concernant le travail réalisé sur les trains roulants. Les tirants sur mesure et renforcés guident les ponts sans plier. Le couple conique du pont avant, qui est équipé d'arbres et de joints homocinétique renforcés Ashcroft, est réduit avec un rapport de 9x37, à l'arrière il est en réduction 8x33 avec aussi des arbres renforcés. Les rapports sans être identiques sont pourtant quasi semblables, et l'engin n'évoluant pas sur route, il ne risque rien.

 Les ressorts progressifs se réemboitent facilement avec les cônes maison. Pascal préfère un débattement plus important à l’arrière, c'est pourquoi les amortisseurs Pro Comp sont en +10cm alors que les Terrafirma de l'avant ne sont qu'en + 5cm.

defender-extreme--32.jpg

defender-extreme--31.jpg

defender-extreme--4.jpg

defender-extreme--12.jpg

defender-extreme--13.jpg

defender-extreme--14.jpg

Pour maintenir et guider les ressorts lors des gros déhanchements en croisement de pont, les cales d’appui et les cônes anti déboîtement sont maison.

defender-extreme--14.jpg

Les ponts sont équipés de couples plus courts bien évidemment, celui avant reçoit en plus un blocage de différentiel ARB, quant à l’arrière il est doté d’un blocage Maxidrive.

Venons en aux pneumatiques, ici les deux amis ont choisi des Fedima Scirocco en 900 x 16 dotés de gros crampons, de flancs renforcés et d’un épaulement large et massif qui leur permettent d’être à l’aise sur les terrains rocailleux mais aussi sur les zones boueuses. Ils sont montés sur des jantes à beadlock avec des chambres à air, ce qui permet un dégonflage jusqu’à de très basses pressions sans pour autant prendre le risque de déjanter.

jantes à beadlock

defender-extreme--3.jpg

Pour manœuvrer sans pour autant avoir des biceps à la Rambo, Pascal a installé une direction hydraulique Reulsport qui a l’avantage de se reprendre sur la pompe existante, cet ajout aide lorsque les roues sont quasi bloquées sur des obstacles, l’idéal pour passer un rocher ou sortir d’une ornière profonde. Venons en maintenant au nerf de la guerre en X-trem, les treuils, celui disposé sur un berceau renforcé à l’avant est un Warn 8274 avec un moteur de 6cv garni de 30 mètre de corde plasma Marlow en 12 mm, ici pas question de plaisanter avec la sécurité. Un relais All Bright étanche permet au treuil de fonctionner dans les conditions les plus extrêmes, car « même bouillant il continue à fonctionner ».

Pour s'extraire des bourbiers ou passer au dessus des rochers, une seule solution : le treuil. Ici ils sont au nombre de deux, un énorme Warn 8274 à l'avant et un T-max 9500 à l'arrière, tous les deux équipés de corde plasma. Ils sont au choix soit commandés par une commande sur le treuil, par une commande à l'intérieur du Def, ou par une télécommande.

defender-extreme-2.jpg

defender-extreme--30.jpg

télécommande de treuil

télécommande de treuil

defender-extreme--42.jpg

defender-extreme--43.jpg

Le treuil arrière est un Tmax 9500 avec 27 mètre de corde en 10 mm. Divers anneaux sur l’arceau permettent de passer les cables afin de treuiller dans différentes positions.

 Les échelles de franchissement sont faites maison, elles sont indispensables sur chaque challenge.

Let’s rock !

Lors du dernier Ironman Warriors Challenge, j’ai pu pendant une demi journée suivre le Def et ses deux occupants, et je peux vous dire que la mécanique est bien huilée, le copilote part en reconnaissance et trouve la bonne trajectoire, choisit avec Pascal les ancrages pour les treuillages, ils discutent en permanence par radio afin de progresser, parfois centimètre par centimètre dans les zones les plus ardues. J’ai pu voir le Def retenu par le treuil arrière dans une descente boueuse et vertigineuse où moi même à pied j’avais du mal à garder l’équilibre. Les grands débattements du Def, les couples courts et les pneus font merveille, l’engin motrice au maximum de ses capacités, et dans les cas les plus difficiles, les treuils remplissent leur rôle et sortent le 4×4 des situations les plus compliquées. Le Land s’est joué des rochers les plus hauts tout autant que des bourbiers les plus profonds, et c’est réellement au team tout entier, Def, pilote et copilote que revient cette belle victoire.

la visite de l’intérieur de l’engin

defender-extreme--17.jpg

defender-extreme--18.jpg

defender-extreme--19.jpg

defender-extreme--20.jpg

defender-extreme--21.jpg

defender-extreme--24.jpg

defender-extreme--25.jpg

defender-extreme--26.jpg

defender-extreme--27.jpg

defender-extreme--28.jpg

defender-extreme--29.jpg

Trois questions à Pascal et Thomas

Les qualités du pilote ?

Pascal : il faut à la fois être très prudent et bien réfléchir avant de commencer une zone, mais ensuite il faut savoir déconnecter son cerveau et ne pas penser à ce qui pourrait arriver si le cable cassait ou si le véhicule se renversait

Thomas : Pascal est très réfléchi, calme et il a l’expérience indispensable pour ce type de challenge

Les qualités du copilote ?

Thomas : il faut déjà avoir pratiqué le trial et avoir une bonne condition physique, entre le premier challenge et l’Ironman Warriors Challenge j’ai dû perdre 10 kg, c’est très sportif. Il faut prendre son temps pour les reconnaissances et prendre des notes sur les zones et les trajectoires.

Pascal : déjà il arrive à me supporter car je suis perfectionniste. Je le considère comme si c’était mon gamin et je ne lui laisse pas prendre de risques inconsidérés, il est déjà très bon et il le sera encore mieux sous peu, il faut être passionné et il doit y aller à fond et avoir un physique pointu.

Les qualités du véhicule ?

Pascal et Thomas sont tous les deux d’accord pour dire que leur engin est bien affûté, le travail sur les suspensions, les angles, le gain de poids et les deux treuils portent leurs fruits. Ils vont continuer à l’améliorer et rêvent pourquoi pas si ils arrivent à trouver les budgets, à se préparer un proto qui pourrait les emmener sur le Breslau. Une part non négligeable du team ce sont les deux mécaniciens  :Martial et Pierre. Ces deux amis sont indispensables et complètent l’équipe. Comme le dit Pascal :  « si on gagne c’est aussi grâce à eux. Et en dernier lieu, nous remercions nos sponsors qui nous aident beaucoup, Euro 4×4 Parts, Continental. »

defender-extreme-4867.jpg

defender-extreme-4874.jpg

defender-extreme-4874.jpg

defender-extreme-5265.jpg

en Andorre 2012

_MG_9547.jpg

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (4)
  • comment-avatar
    1 Bordelais :)) 8 ans

    Le Defender extrême qui cartonne !
    Le Déf. bof !!! par contre a l’intérieur, y a 1 mec formidable et 1 autre exceptionnel … LOL

  • comment-avatar

    Le Defender extrême qui cartonne !
    Bonjour ou as tu eu les tirants de pont ? merci

    • comment-avatar
      Nicolas 7 ans

      Le Defender extrême qui cartonne !
      Comme il est écrit dans mon reportage ils sont faits maison

  • comment-avatar

    Le Defender extrême qui cartonne !
    Pour les tirants, on en avait un peu mare de changer les QT6 en caramel mou tout les 2 challenges. Donc étude et réalisation personnelle, maintenant, ils ont 4 challenges Xtrem, un Breslau et pas bougés d’un poil 🙂

  • Disqus ( )
    X
    X