Mitsubishi Pajero 3.2 DI-D : un nouveau cru de caractère

Dévoilé lors du dernier salon de Genève , le nouveau Pajero reprend, à quelques détails près, le style du précédent mais revendique un niveau d’équipement revu à la hausse et, surtout, dispose d’une électronique de la toute dernière génération. Essai de la version trois portes en finition Elégance.

C’est essentiellement dans les détails de carrosserie comme les boucliers ou la calandre que réside la nouveauté du Pajero 2003.

En 20 ans d’existence, le Pajero a accumulé les succès : un peu plus de deux millions d’unités produites, huit victoires au Paris-Dakar et une forte image de marque, même auprès de la clientèle féminine. A l’extérieur, la nouveauté n’est pas flagrante. Citons les boucliers avant et arrière, les marche-pieds désormais éclairés, une calandre redessinée, le sigle aux trois diamants redimensionné, les jantes alliage inédites et les phares intégrés. L’intérieur est de belle facture tant dans la présentation que dans la qualité des matériaux et on peut constater la présence d’une nouvelle sellerie et d’une planche de bord subtilement modifiée. En version Exceed, la liste des équipements est impressionnante (climatisation à régulation automatique, instrumentation complète, ouverture à distance des portes, rétroviseurs extérieur rabattable via une commande électrique…). Autre amélioration appréciable, les nouveaux sièges offrent un dossier bien enveloppant et une assise longue. A souligner que, même en version trois portes, les passagers arrière disposent d’une place importante pour les jambes. Revers de la médaille, le volume du compartiment à bagages est des plus réduits.

La qualité de la présentation intérieure force le respect.

ARCHITECTURE ORIGINALE

A l’instar des Cherokee et Grand Cherokee (et même du Lada Niva), le Pajero possède une caisse autoporteuse. De plus, il dispose d’une suspension à quatre roues indépendantes (comme le Hummer que l’on voit si souvent à la télé). La boîte de transfert permet de rouler, au choix, en deux roues motrices (propulsion), en 4×4 avec différentiel central libre ou bloqué selon les conditions de terrain et d’adhérence, et en 4×4 gamme courte avec différentiel central forcément bloqué. Le viscocoupleur central est géré par l’électronique et répartit automatiquement le couple en fonction, de l’adhérence. Pour l’utilisation en tout-terrain, la version Adventure dispose d’un classique blocage de différentiel arrière alors que Elégance et Exceed sont pourvues d’une assistance électronique de la motricité. Autre innovation, les Pajero 2003 reçoivent une gestion du contrôle de la trajectoire destinée à contenir les sous ou sur virage. Quant à la boîte de vitesses, elle peut s’utiliser en automatique (cinq rapports), ou en mode impulsion.

Excellent routier, le Pajero se distingue également en tout terrain grâce à ses débattements de suspensions et à l’assistance à la motricité.

SUPER CONFORT

Sur route, le Pajero fait complètement oublier la traditionnelle image du 4×4 lourd et pataud. Il tient son cap sans broncher, s’inscrit facilement en trajectoire et accepte même d’être bousculer dans les changements d’appuis. En comportement, on est donc plus proche du SUV que du tout-terrain classique. En plus d’une insonorisation bien maîtrisée, le confort d’utilisation est encore amélioré, grâce à la transmission automatique d’une exceptionnelle douceur. Hormis la variation du régime moteur, c’est à peine si l’on perçoit les changements de rapports.
Le moteur 3.2 à injection directe et rampe commune délivre une puissance de 160 ch à 3 800 tr/mn avec un couple maxi de 373 Nm à 2 000 tr/mn et est en parfaite harmonie avec la transmission automatique. En mode impulsion, les passages des rapports sont un peu plus lents mais cette fonction présente l’avantage de bénéficier du frein moteur en descente ce qui est particulièrement appréciable sur les routes de montagne.
Avec le 0 à 100 km obtenu en 13,2 secondes, le 0 à 400 m départ-arrêté en 18,64 secondes et le 0 à 1 000 m en 34,72 secondes, (vitesse maxi sur circuit, 170 km/h), le Pajero se classe dans la bonne moyenne de sa catégorie. En consommation, le 3.2 se révèle assez sobre. Nous avons relevé une moyenne de 12 litres. Pas la mer à boire !

La puissance du quatre cylindres 3.2 est inchangée : 160 ch.

UN VRAI 4X4

Très à l’aise sur les pistes et les chemins malgré ses suspensions réglées un peu souples, le Pajero fait également montre de grands talents en franchissement. Contrairement aux précédentes générations, les débattements de roues sont très importants ce qui lui permet de se promener sur les difficultés. En cas de problème, la fée électronique vient au secours du conducteur. En cas d’arrêt dans la progression, il suffit d’accélérer franchement et le tour est joué. Cela n’est pas très orthodoxe mais possède le mérite de l’efficacité. Cependant, pour ceux qui pratiquent le tout-terrain de manière intensive, nous conseillons vivement la version Adventure qui est équipée d’un blocage de différentiel arrière. La conduite peut être beaucoup plus fine et le conducteur n’a pas besoin de « violenter » le véhicule pour vaincre les difficultés de terrain.
Elégant, efficace sur route comme en tout-terrain et même assez sobre en carburant le Pajero nouveau cru se présente comme un concentré de qualités. Reste que le ticket d’accès n’est pas donné : 30 800 € pour l’Adventure DI-D trois portes et 37 400 € pour l’Elégance.

Hors des entiers battus, le Pajero se joue des difficultés du terrain, grâce notamment à de nouvelles suspensions aux plus grands débattements.

FICHE TECHNIQUE

Puissance fiscale 12 CV
Moteur 4 cylindres en ligne
Alimentation Injection directe et rampe commune
Puissance 160 ch à 3 800 tr/mn
Couple maxi 373 Nm à 2 000 tr/mn
Transmission 4×2 ou 4×4 permanent
Freinage disques AV/AR et ABS
Direction à crémaillère assistée
Diamètre de braquage 10,6 m
Suspensions AV/AR triangles superposés, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs hydrauliques
Pneumatiques 265/70 R 16
Dimension (Lxlxh en cm) 429,5 x 188,5 x 184,5
Garde au sol 22,5 cm
Empattement 2 54,3 cm
Voies AV/AR 156/156 cm
Angle d’attaque 42°
Angle ventral 26,5°
Angle de sortie 33,5°
Capacité du réservoir 71 litres
Poids à vide 1990 kg
Poids maxi tractable 2 000 kg

sources : Bernard NATIER
http://www.energiesmag.com

CATEGORIES
TAGS
Share This
X
X