Mitsubishi Pajero Sport 3,0L V6 et 2,5 L TDI : le guide

Mitsubishi Pajero Sport 3,0L V6 et 2,5 L TDI : le guide

Mitsubishi Pajero Sport 3,0L V6 et 2,5 L TDI : le guide

Destiné avant tout au marché Nord américain pour concurrencer le Ford Explorer et autres Chevy, le Mitsubishi Pajero Sport arrive en France à la fin de l’année fin 1998. Sur notre sol, le gros break familial ne connaît qu’un succès commercial limité malgré ses nombreux atouts de séduction. Un habitacle très confortable, presque luxueux, une pléthore d’équipements et des performances très honorables notamment dans sa version V6. Si 2009 voit la fin de sa commercialisation sur l’Europe, le Pajero Sport poursuit encore sa carrière en Amérique du Sud et en Australie. Sur le marché de l’occasion hexagonal, il est toujours un 4×4 très recherché.

Mitsubishi Pajero Sport

D’emblée il ne faut pas confondre le Mitsubishi Pajéro et la version “ Sport” commercialisée entre 1998 et 2009. Tout un monde sépare ces deux 4×4 qui n’ont de point commun que le diamant qui orne leurs calandres. Conçu à la mode américaine sur la base du pick-up L200, le Mitsubishi Pajero Sport est en fait un gros break destiné avant tout au marché outre-atlantique ce qui explique cette débauche de chromes au goût douteux.

Pajero Sport 2,5 L

pajero sport : un gros break

A sa sortie en 1996 aux USA, il est doté d’un V6 3,0 L de 177 ch puis d’un 3,5 L de 208 ch dès 1998. Il arrive en Europe à la fin de cette même année avec cependant, des motorisations revues à la baisse. Si le V6 de 3,0 L est encore d’actualité pour le vieux continent, il est complété par une version diesel, en l’occurrence un 2,5L TDI de 100 ch, une cylindrée un peu juste pour propulser les presque 2 tonnes de ce Mid Size.

Moteur Pajero Sport 2,5 L

Mais la mécanique est vaillante et la base robuste, de quoi satisfaire les “ bons pères de familles” désireux de s’échapper des routes goudronnées. Et c’est bien sur ce créneau que le Mitsubishi excelle ! Certes, il n’est pas un franchisseur exceptionnel comme son cousin mais, bien mené ce 4×4 familial offre un comportement en tout terrain très honorable et pour cause…

Un pick-up carrossé.

Pour concevoir le Mitsubishi Pajero Sport, les ingénieurs se sont appuyés sur les bases du L 200, un pick-up réputé pour ses qualités dont ils ont empruntés le châssis robuste, les trains roulants et bien d’autres éléments, notamment la face avant au design dynamique.

Coté suspension le principe reprend là aussi les caractéristiques du pick-up à savoir pour l’avant des barres de torsion et pour l’essieu arrière des ressorts hélicoïdaux. Toutefois les réglages s’avèrent différents ce qui offre un peu plus de souplesse et donc de confort au Mid Size. La comparaison s’arrête là car l’aménagement intérieur de série se montre bien plus cossu voir luxueux. En premier une sellerie cuir du meilleur goût et une pléthore d’équipements absents sur le pick-up.

sièges en cuir

sellerie cuir pajero

L’instrumentation de la planche de bord se montre complète avec parmi d’autres, compteur de vitesse et compte-tours, l’écran digital de commande de climatisation, l’inclinomètre, la radio cd… Le volume de l’habitacle se montre modulable avec une banquette arrière fractionnable et éventuellement une deuxième rangée de sièges.

planche de bord pajero

inclinometre mitsubishi pajero

console mitsubishi pajero sport

place-arriere-mitsubishi-pajero-sport.jpg

porte-mitsubishi.jpg

Un bon comportement routier

Du L200, le Pajero Sport un hérité le comportement routier. Parfait pour un véhicule familial utilisé dans le respect des limitations de vitesse tant routières qu’autoroutières, il ne faudra pas trop lui demander dans les virolos d’une route de montagne comme on en trouve en Ardéche. Car, si les mouvements de carrosseries s’avèrent assez bien maîtrisés dans un usage cool, on se retrouve vite dépassé en adoptant une conduite un tant soi peu vive ( sportive ).

pajero sport tout terrain

pajero-4x4.jpg

En usage TT, malgré un gabarit généreux et des angles peu avantageux, le Pajero sport tire son épingle du jeu. Certes il n’ira pas aussi loin que le Pajero, le vrai, mais il faut reconnaître qu’il ne réchigne pas sur les croisements de ponts et autres levés de roues. 4×4 non permanent, il suffit d’enclencher le crabot pour passer en 4 roues motrices. Cependant, il n’est doté d’aucun blocage d’origine.

pneus pajero sport

Les points à surveiller

Jean Philippe a acquis son Pajero Sport 2,5 L en 2008. Ce dernier affichait 98 000 kilomètres au compteur. Le véhicule avait été parfaitement entretenu et les visites périodiques réalisées selon les préconisations du constructeur. ( vidanges, changement des courroies, des plaquettes, de la batterie… que de l’ordinaire ! ) Par ailleurs le châssis et les dessous de caisse avait subi un traitement anti corrosion.

pajero-sport-4x4-mitsubishi.jpg

Son propriétaire actuel est tous aussi méticuleux que son prédécesseur. La seule panne à signaler est un problème de bougies de préchauffage. Le remplacement immédiat de celles-ci a été le meilleur remède. Enfin, il y a peu, Jean Philippe a décidé d’équiper son 4×4 d’une légère rehausse qui lui permettra d’adopter une monte un peu plus grande que celle d’origine. Un plus pour s’aventurer plus loin dans les chemins du Vaucluse parfois piègeux.

mitsubishi-gls.jpg

La cote

Sur le marché de l’occasion, la version V6 se montre relativement rare mais pour qui dispose d’un budget carburant conséquent, c’est à notre avis la plus intéressante. Un modèle de 2005/6 avec moins de 80 000 km au compteur se négociera en dessous des 10 000 euros. A noter que le V6 3,0L accepte sans aucun problème l’installation d’un kit GPL. Dénicher une version GO ( 2,5 L ) est plus envisageable. Même si il ne court pas les rues, le Pajero Sport 2,5 L est plus fréquent chez les spécialistes. Toutefois pur un véhicule en excellent état il faudra débourser entre 10 à 12 000 euros. Moins il est vrai pour un véhicule un peu ancien ( année 2000 par exemple ) et au compteur kilométrique déjà avancé.

Mitsubishi Motors France : http://www.mitsubishi-motors.fr/

 Moteur : 4 cyl. en ligne, 8S

 Cylindrée : 2 477 cm3

 Puiss.maxi : 115 ch à 4 000 tr/mn

 Couple : 24,5 mkg à 2 000 tr/mn

 Carburant Diesel

 Transmission 4×4, boîte 5 vitesses

 Pneus : 245/70 R 16

 Réservoir : 74 litres

 Coffre : 500/1 720 dm3

 Poids : 1 935 kg

 Lxl (en mètre) : 4,61 x 1,78

 Vitesse maxi : 150 km/h

 1000 m D.A. : 39s9

 80 à 120 km/h (4e/5e) : 14s4/15s2

 Consommation moyenne : 13 l/100 km

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )
X
X