Pink Panther 109 Serie 2A de Land Service

Pink Panther 109 Serie 2A de Land Service

Pink Panther 109 Serie 2A de Land Service

Désert taxi service…

Trop tard, tout est parti. La collection de Land Rover anciens de Philippe de Villefranche a trouvé preneur sur la toile entre Mars et Juin 2008. Du Serie 1 de 80 pouces daté de 1948 à L’ambulance 109 pouces de 1964 en passant par le Tickford (1950) et le véhicule de parade de la reine d’Angleterre (1966), ils se sont tous envolés vers d’autres lieux.

004PINK_109-2.jpg

Philippe de Villefranche, patron bien connu de Land Service est un passionné de Land Rover depuis plus de 30 ans. Sa passion le poussera à acquérir quelques exemplaires très rares au fil du temps.

Un petit retour en arrière car ce reportage date de quelques années mais il est tellement beau ce Land que je ne pouvais que le partager avec vous !

Un échantillon de la collection Land Rover

De 1.000 à 8.000€ la collection privée de Philippe de Villefranche a rapidement trouvé preneur sur E-Bay.

010PINK_109-2.jpg

011PINK_109-2.jpg

012PINK_109-2.jpg

013PINK_109-2.jpg

014PINK_109-2.jpg

Parmi ces trésors, livre d’histoire de la marque à l’ovale vert, l’un d’entre eux avait pour nous plus d’attrait. Question d’intérêt pour un chapitre exceptionnel de l’histoire mouvementée de notre siècle et peut être par goût immodéré des dunes et des sables du désert qui fut son terrain d’opération favori… Ce rarissime Land 109 est l’occasion pour nous d’évoquer l’aventure des fameux Land “Pink Panther“ des commandos SAS de sa majesté.

000PINK_109-2.jpg

001PINK_109-2.jpg

002PINK_109-2.jpg

003PINK_109-2.jpg

Il y a plus de trente ans que Philippe de Villefranche s’est passionné pour les Land Rover. Pistard Africain, il fut l’un des premiers en France à croire à cette marque de 4×4 Anglais. Il débute alors son activité en créant Land Service à Ambleville dans le Véxin. Au début c’est le lieu de rencontre de tout ce que l’hexagone compte comme voyageurs aux longs cours qui ne jurent que par les Land. Le succès du 4×4 en tant que véhicule de loisirs grandissait et la formule Land Service fit par la suite de nombreux émules. Aujourd’hui, pour Philippe, se séparer de sa collection est une obligation non pas dictée par des besoins pécuniaires, mais par le manque de place. En effet, les activités commerciales imposent des stocks importants de pièces, et quand on sait que la devise maison c’est….Oui, nous avons ça en rayon…

098PINK_109-2.jpg

099PINK_109-2.jpg

100PINK_109-2.jpg

101PINK_109-2.jpg

102PINK_109-2.jpg

103PINK_109-2.jpg

104PINK_109-2.jpg

Ça peut se comprendre. Mais Philippe nous avouera lors de notre visite que lorsqu’il a acheté ces trésors à ses amis Anglais, certains lui avaient dit…Tu verras, un jour tu les revendras… Vingt ans plus tard, ils avaient raison. Posséder quelques 15 Land de collection demande tant d’entretien et d’attention, qu’une personne à plein temps n’y aurait pas suffit. Alors, plutôt que de voir s’abîmer sa collection qui ne roulait pas, Philippe a opté pour une solution moderne ; Vente annoncée sur E-Bay, 13 Land sont ainsi proposés entre le 16 mars et le 8 Juin 2008. les mises à prix vont de 1.000€ à 8.000€. Les plus chères ? Le premier Station Wagon sur base de Serie1 “Tickford“ et bien sûr, l’objet de tous nos désirs, le fameux 109 Serie 2A “Pink Panther“, celui de nos rêves d’enfant…

Aujourd’hui, les 109 Pink Panther se montrent…Ils étaient pourtant fait pour passer inaperçu…Dans le désert. Certainement l’une des icônes  parmi les plus célèbres de la légende Land Rover avec les 109 Daktari.

Le cauchemar de Rommel…

Évidemment, les Land Rover ne sont nés qu’en 1948, mais pour comprendre ce que représente à nos yeux ce 109 si particulier, il faut remonter le temps jusqu’en 1940.

Nous sommes en pleine seconde guerre mondiale, les forces de l’axe progressent partout depuis 1939 et l’Angleterre est bien seule à résister et au creux de la vague. La bataille d’Angleterre (aérienne) a évité de justesse l’invasion du “Home land“, et l’on tente grâce à une marine presque intacte de contenir l’ennemi en Europe. Mais, les Italiens en Libye, renforcés par l’Africa corps de Rommel menacent vite d’entrer en Egypte et de foncer vers les stratégiques canal de Suez et pétroles du Moyen-Orient. Malgré des renforts venus du continent africain (Français des colonies entre autres), les Anglais reculent jusqu’en Cyrénaïque, contre-attaque le long de la côte. Le Caire est pourtant toujours menacé. Les Américains tardent à faire leur entrée dans cette guerre, ils arriveront par l’Ouest, plus tard en débarquant en Algérie.
En attendant, nos Anglais font preuve d’ingéniosité utilisant au mieux leurs maigres forces militaires, sacrifient parfois lors d’opérations commandos aéroportés, les SAS (Special Air Service). Parachutés derrière les lignes Allemandes, ceux-ci font des dégâts importants, mais leurs retours laissent peu d’espoir.

David Stirling (1915-1990), le père des SAS.  Aujourd’hui, le légendaire “Phantom Major“ fait partie de l’histoire. Ses SAS participèrent grandement à la première victoire des alliés contre les forces de l’axe, en Afrique du Nord. Il fut fait prisonnier en Tunisie en 1943. Son identité restée secrète (Hitler avait ordonné l’exécution de tous les SAS et OSS), il se fit roi de l’évasion et fut transféré par les Allemands dans la forteresse de Colditz jusqu’à la fin du conflit. On tira un film des aventures des détenus de ce tristement célèbre Château d’où personne ne réussi à s’échapper. Du côté des salles obscures, personne n’a oublié le légendaire “Taxi pour Tobrouk“ dans lequel les passionnés de la marque Land Rover auront remarqué que le véhicule Allemand qualifié de “Mercedes“ dans le film n’est autre qu’un Serie 1 transformé pour les besoins du tournage.

C’est l’un de ces hommes, le lieutenant David Stirling du 8e commando, qui, en convalescence après une blessure subie lors d’un parachutage, aura l’idée de Raids motorisés plus tôt qu’aéroportés, s’inspirant de la stratégie de harcèlement employée par son compatriote Laurence d’Arabie (durant le conflit mondial précédent). Il réussit à convaincre ses supérieurs et le voici à la tête d’une soixantaine d’hommes volontaires déjà aguerris au désert, (dont des Français de la colonne Leclerc). Après 6 mois d’entraînements intensifs aux combats de nuit, les premières opérations SAS se déroulèrent en coopération avec un groupe des unités LRDG (pour “Long Range Desert Group“) utilisant des “Light Truck“ Chevrolet et Ford.

011-3.jpg

Mais, les missions des LRDG plutôt axées sur le renseignement ne profitèrent guère du raffut qui suit les attaques des SAS sur arrière des lignes Allemandes. L’efficacité était pourtant là, les SAS s’étaient fait une réputation, portaient la fameuse devise “Who dares wins“, il ne manquait plus que le véhicule idéal qui rendrait les SAS autonomes. Stirling fut ainsi l’un des premiers à voir le potentiel de la nouvelle petite Jeep américaine.

1-19.jpg

Les premiers véhicules SAS :

 La Jeep américaine s’avéra l’engin idéal. Plusieurs décennies plus tard, on commémore cette légende.

 Les “Light Truck“ du LRDG (Long Range Desert Group) étaient souvent des Ford et Chevrolet (ou des engins divers empruntés à l’ennemi). Les survivants SAS de cette épopée guerrière se retrouvaient souvent lors des commémorations en Angleterre.

2-18.jpg

4-15.jpg

5-17.jpg

La nouvelle venue modifiée (entre autres pour 1.000 Km d’autonomie) et armée, trouvera dès lors en mission un soutien logistique auprès des “Light Truck“ mis à la disposition de l’unité. La charte de camouflage des véhicules comporte étonnamment un rose pâle (Sand pink) qui sera repris par bien des équipages. La légende veut que lors d’une mission en 1942, les SAS découvrent non loin de l’une de leurs caches d’essence habituelles, un bombardier Libérator écrasé depuis des mois. Celui-ci n’avait jamais été repéré, ni par eux, ni par la RAF (l’aviation Britannique). Une seule raison possible ; La peinture de son camouflage a disparu par effet d’abrasion lors des vents de sable, seul l’apprêt subsiste…Il est rose.

Cette photo d’un bombardier Liberator donna naissance à la légende du “Sand pink“, camouflage des futurs véhicules des SAS.

Être invisible pour l’aviation ennemie, c’est l’un des soucis principaux de nos commandos. Les “Pink Panther“ étaient nés, mais ce surnom ne leur fut définitivement attribué qu’en 1964, lors de la sortie du film de Peter Sellers .

Les SAS s’offrent dès lors, terrains d’aviation, dépôts de munitions, de carburants, coupant les voies de communication et désorganisant les arrières d’un Rommel qui avouera plus tard avoir subit un coup fatal de la part de ces fantômes qui disparaissaient comme des mirages. Si le “Phantom Major“ David Stirling est capturé en Tunisie en 1943 (voir légende photo), les SAS survivront. On les retrouve en Sicile, en Grèce, en Italie, en Albanie et jusqu’en Allemagne sous les ordres de William Stirling (le frère) qui dirige désormais le 1st Special Air Service Regiment.

1948, Les Land et les SAS…

La mythique Jeep Willys restera en service jusqu’à la fin des années 50. Le Land Rover Serie 1 naquit en 1948, impossible pour les forces spéciales de sa gracieuse majesté de passer à côté de celui-ci. Les premières utilisations SAS concernèrent des Serie 1 FFR (Fitted For Radio) en 86 pouces disposant du 24 V (Voir photos) et lorsque apparaît le Serie 2 en 1958, quelques 88 pouces enfilent l’uniforme des SAS, puis c’est au tour du 109 pouces. Mais, si jusqu’alors on peut encore parler de modifications adaptées aux divers terrains d’opérations, en 1967, les SAS basés à Oman (Dhofar) mettent en avant un manque cruel de véhicules spécialisés. C’est sur le 109 Serie 2A que se penche, à la demande de Land Rover, la société Marshal’s of Cambridge. Le Prototype est approuvé en Mai et une série de 72 Land vert bronze est livrée aux SAS quelques mois plus tard. Ceux en partance pour la campagne d’Oman (qui ne prit fin qu’en 1976) passeront au “Sand pink“, teinte artisanale faite de blanc mat et de rouge rouille. De retour en Angleterre, il faudra rentrer dans le rang, et retrouver son triste “bronze green“ camouflage officiel des pays aux climats tempérés. Telle est l’histoire du 10 FG 93 (Châssis n°28110780), acheté en 1990 à John Craddock (l’un des pendants Anglais de Land Service) par Philippe De Villefranche.

Dans son jus ce “ Green Panther“, mais aux yeux d’un passionné, c’est un collector presque complet. On reconnaît le tableau de bord classique des Serie 2 qui utilisent la planche de bord centrale 2 compteurs héritée des Serie 1. Le tablier, pièce en acier, nécessitera un démontage complet, mais on a vu pire. Côté leviers, encore du classique ; Levier de vitesse (4 rapports), levier 4x2-4x4 et celui du rapport court. Le pilote dispose d’un extincteur et d’un phare de poursuite.

020PINK_109-2.jpg

021PINK_109-2.jpg

022PINK_109-2.jpg

025PINK_109-2.jpg

027PINK_109-2.jpg

023PINK_109-2.jpg

Un collector à restaurer…

Aujourd’hui, ce 109 est la propriété d’un passionné étranger qui a souhaité rester anonyme. Gageons qu’il savait à quoi s’attendre lorsqu’il a remporté l’enchère. Un travail que seul un dingue de Land sera capable de réaliser, car, si l’on passe sur l’incontournable démontage, révision puis remontage complet écrou par écrou, pièce par pièce du Serie 2A, il faudra ensuite partir courir les “autojumble“ (brocante) Anglais à la recherche d’éléments manquants. Si, trouver une mitrailleuse ou deux calibre 7,62 démilitarisées ne devrait pas trop poser de problème, il faudra en revanche compter sur la chance pour se procurer le fameux et magnifique compas solaire et lunaire ou encore le compas magnétique, le Théodolite (et son pied), la radio et le feu avant droit “black out“…

Jerricans de 20 L, rangements pour armes individuelles et assises de série faisaient partie de l’équipement des Pink Panther. Le siège du copilote est surélevé pour un meilleur angle de tir.

035PINK_109-2.jpg

036PINK_109-2.jpg

037PINK_109-2.jpg

Sacré cahier des charges pour l’arrière de ces 109. Mitrailleuse sur son affût, munitions, réservoir d’essence (400 L), réservoir d’eau ( 150 L), infirmerie, cuisine, radio, lance-grenades, coffre à outils, huile et liquide de refroidissement, matériel de camouflage et de bivouac font que les Pink panther en opération affichaient allégrement les 3 tonnes…Au moins.

042PINK_109-2.jpg

043PINK_109-2.jpg

044PINK_109-2.jpg

045PINK_109-2.jpg

046PINK_109-2.jpg

047PINK_109-2.jpg

048PINK_109-2.jpg

Le 4 cylindres 2, 25 L essence fut pourtant à la hauteur de la tâche du haut de ses 78 Ch (à 4.250 Tr/mn). Si le filtre à air à bain d’huile était très efficace, on avait tout de même adjoint les services d’un radiateur d’huile au moteur. Aujourd’hui, Sous le capot, il y a du travail dans l’air. Mais, rassurez-vous, on a vu des Land dans des états bien pire, fonctionner parfaitement. Une vidange, un peu de gasoil dans le cylindres (un à deux jours) pour décoller les segments, 4 bougies neuves et une batterie…Ça va fumer, tousser (vous aussi !), mais ce n’est jamais mort un Land. Il suffira ensuite que les freins ne soit pas collés…On a jamais dit que ça roulait tout de suite !

051PINK_109-2.jpg

053PINK_109-2.jpg

054PINK_109-2.jpg

055PINK_109-2.jpg

056PINK_109-2.jpg

Les dessous de ce 109 si spécial nous réserve aussi quelques particularités. Un blindage de pont avant fixé sur les lames de ressort, elles-mêmes renforcées. Le pont arrière voit lui aussi son corps renforcé. Les bols de moyeux avant étaient protégés par des pièces de cuir (pièces d’origine en option sur les versions civiles…Disponible chez land Service !). Enfin, on note que l’affût de la mitrailleuse avant est fixé au châssis.

059PINK_109-2.jpg

060PINK_109-2.jpg

061PINK_109-2.jpg

062PINK_109-2.jpg

Équipé de pneus 900-16 cramponnés durant son long stockage, ce 109 sera vendu avec ses 5 pneus 900-15 Sand Type Dunlop. Introuvable aujourd’hui ces gommes 6 plis étaient étudiées pour rouler en basse pression. Le Pink panther n’avait ainsi pas peur de franchir les zones de sable mou. La roue de secours était placé sur un support boulonné sur le pare chocs avant. Protection du radiateur, manque de place à l’arrière oblige et certainement angle de tir optimisé.

065PINK_109-2.jpg

067PINK_109-2.jpg

En dernier recours, le 109 était muni des lourdes plaques sable type US dénommées PSP (Pierced steel planking).

069PINK_109-2.jpg

Si certains Pink panther récemment retrouvés en Afrique du Sud étaient équipés de feux Ful lblack out. Notre 10 FG 93 était quand à lui monté avec des classiques équipements Lucas.

Selon les missions, on pouvait encore charger la mule…Le hayon arrière d’origine se voit doublé d’un porte-charge dépliable.

074PINK_109-2.jpg

Philippe de Villefranche a pour habitude de dire aux dingues de Land qui viennent d’acquérir un vieux collector… Le restaurer ? Il faut toute une vie… Dans le cas de ce “Pink Panther“, il n’a certainement jamais été aussi près de la vérité sachant que l’on ne compte sur la planète que 20 survivants répertoriés de ces mythiques 109 SAS. Rendez-vous dans les nombreux rassemblements Land Anglais l’été prochain, il y a toujours du monde autour de ces Taxis pour Tobrouk…

024PINK_109-2.jpg

026PINK_109-2.jpg

029PINK_109-2.jpg

030PINK_109-2.jpg

031PINK_109-2.jpg

032PINK_109-2.jpg

033PINK_109-2.jpg

038PINK_109-2.jpg

039PINK_109-2.jpg

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (3)
  • comment-avatar

    Pink Panther 109 Serie 2A de Land Service
    Absolument magnifique .
    Pour la roue de secours , il me semble que le placement permettait aussi de pousser un autre véhicule en cas de besoin .

    Une bien belle pièce !

  • comment-avatar
    Terry 5 ans

    ESSAIS 4×4 PAR MARQUE
    Thanks for sharing your thoughts on 4×4 SUV pr

  • comment-avatar
    Jeremy Gerrity 5 ans

    ESSAIS 4×4 PAR MARQUE
    I need to to thank you for this good read!! I absolutely loved every little bit of it. I’ve got you book-marked to look at new stuff you post

  • Disqus ( )
    X
    X