Randonnée 4×4 : TREFLE de la Saint Sylvestre

Randonnée 4×4 : TREFLE de la Saint Sylvestre

La voilà notre bonne résolution pour 2003. On va vous remonter quelques comptes rendus des meilleures ballades et des plus beaux terrains Français. Mais ; nous ne parlerons que de ce que nous aurons vécu. Pas de : « j’ai entendu que ; y paraîtrait ; on m’a dit ». Non : du vécu et rien que du vécu.

1-2.jpg

Notre première randonnée 4×4 est un trèfle qui nous emmène dans le massif du Livradois Forez autour de la charmante bourgade de la Chaise Dieux et ce, en pleine période de fin d’année. Au fait, un trèfle, outre le végétal qui porte bonheur quand il a 4 feuilles, c’est une randonnée de 3 jours avec chaque jour une boucle différente. Le grand intérêt de la formule réside dans le fait que nous rentrons tous les soirs au point de départ du matin : pas de transbordement de bagages, de vêtements froids et humides…Un Bonheur.

2-3.jpg

Jean Jacques Guillemin, organisateur du trèfle et boss de la société G2J a communiqué sur sa randonnée dans la presse papier spécialisée dès le mois de Novembre. Notre premier coup de fil est déjà rassurant. Le ton est sympathique et a ça ne sent pas l’arnaque du style :  » voila les road-books illisibles et périmés à 200 euros et dé…brouillez vous, moi je vous quitte y’a foot à la télé.  »

03-3.jpg

Confirmation du pressentiment le surlendemain. Les dossiers d’inscriptions nous attendent bien sagement dans la boite aux lettres. Ils sont clairs, alléchants, annoncent la couleur des prix sans équivoque possible et proposent un hébergement qui, à première, vue nous semble intéressant.

04-3.jpg

Tout ça repart illico avec les chèques d’acompte correspondant à la moitié de l’inscription d’un coté et des nuits et des repas de l’autre. Notez un détail : le règlement des commodités est fait directement au profit de l’hôtel. Moi j’aime bien quand ça sent bon la transparence. Là au moins, on est en confiance. Et puis, si au pire l’organisation vous claque dans les doigts, y vous reste toujours 2 jours de vacances a passer en Auvergne avec votre acompte non ?.
Plus le moindre contact pendant les semaines qui suivent. Quelques jours avant le départ, Mr Guillemin me rappelle pour m’informer qu’il a trouvé un local pouvant accueillir les remorques et les roues de route de ceux qui viendrait de loin. Avec 650 Kms aller, et autant au retour, je crois qu’on rentre dans la catégorie. Banco pour éviter le calvaire des roues TT et merci chef.

05-3.jpg

Sur place le 28 décembre à 17 heures pour un bref control administratif et techniques des véhicules. Tout le monde est déjà arrivé. Moralité, nous sommes les derniers ! Bon d’accord, mais de toute façon, il en fallait bien un qui se dévoue alors !

06-3.jpg

L’ouverture de la séance est marquée par un apéritif dans le bar de l’hôtel. Carla, notre organisatrice en second nous remet un dossier touristique plus que complet sur la région qui nous accueille et on nous fait déjà saliver avec les paysages que nous allons rencontrer.
Superbes. C’est parti pour un tour de table ou chacun se présente rapidement. A partir de ce moment, on se connaît tous tellement bien, n’est ce pas euh…c’est comment déjà ton prénom ? que le tutoiement est imposé par dictat de l’organisation

07-3.jpg

Viens ensuite le dîner qui, comme tous ceux qui suivront, est fantastique.  » Beaucoup-du-très-bon  » ça vous dit quelques chose ?. On en profite pour faire plus ample connaissance avec truc qui finalement d’ailleurs s’appelle machin.

08-2.jpg

Le matin, briefing a 8h45 après un petit déjeuner sympa. Les consignes sont claires : profitez en. Pour le reste, on verra en allant. Et pour voir, on en a vu au cours de ces 3 jours de rando. Le Road-book est impeccable. Les distances ont été prises au Trip-master ; mais celui ci était étalonné correctement… et les graphs sont très précis. Les cases commentaires recèlent d’infos et d’anecdotes sur la région. Bref, vous feriez du 4×4 dans votre jardin. (Non arrêtez, c’est une expression, le faite pas, je ne garantis pas la pelouse ni les problèmes avec votre femme vu que vous serez même pas capable d’éviter les massifs de fleurs). Donc, vous feriez du 4×4 dans votre jardin que vous ne vous sentiriez pas plus en lieu connu que sur notre parcours. Un régal. Et puis l’organisation est omniprésente, que ce soit sur le tracé pour un conseil de trajectoire ou sur le canal 16 afin d’assouvir les appétits les plus insatiables de connaissances auvergnate.

DSCF0002-2.jpg

Tous les matins, vers 10h30 c’est la pause. Mais quelle pose. Foie gras et coteau du Layon servi toastés pour l’un et frais pour l’autre. Ca c’est du savoir vivre. Le midi, les organisateurs nous sortent les tables et les nappes (en tissus s’il vous plait madame…non mais !) et improvisent même des bivouacs étanches quand la météo nous fait sa petite capricieuse. Le fin du fin : le vin chaud de 16h. Un Glogg, vin typique de suède qui nous a été servi en pleine nature par des charmantes jeunes filles à la blondeur platine et aux formes tout justes cachées par des…Aie ! Désolé, ma femme est passé derrière moi et viens de me pincer. Le vin chaud c’est vrai, il est réchauffé en foret sur un brûleur de camping et nous est servi avec les raisins secs et les amandes effilées, mais point de suédoises.

DSCF0005-2.jpg

Mais le parcours me direz vous ? Ben oui, c’est vrai, à me relire, j’ai l’impression que nous n’avons fait que manger et boire. Mais non, je vous promet, on a fait deux ou trois autre trucs à coté. Laisser moi chercher…désolé, ça revient pas ! Allez, je blague, c’était juste histoire de vous garder le meilleur pour la fin.

DSCF0008-3.jpg

Imaginez, 3 jours de tout terrain viril mais jamais cassant. Des montées truffées de croisement de pont et de pierres où une erreur de trajectoire n’a pour seule conséquence que de vous faire passer la marche arrière. Des descentes sympas ouvrant sur des épingles techniques à négocier en 2 roues motrices pour les tourner d’un coup. Et puis du gras et des bourbiers. De beaux  » moulards  » humides à point et juste assez profond pour ne pas vous laisser sortir sans vous battre. Mais le mieux, ce sont les gués. Un nombre impressionnant de passages à gués. Des profonds des pierreux des larges des glissants. De tout. On a passé chaque jour bien plus de gués que dans la totalité des 1000 Rivières 2003. Vous allez me dire que ce n’est pas une référence. A entendre certains si.
Et des passages toujours plus sympathiques les uns que les autres avec en filigrane une nature superbes et des paysages somptueux plantés là par l’organisation juste dans le but de nous déconcentrer dans les passages techniques…

DSCF0009-3.jpg

Pour ceux qui veulent goûter aux joies d’un tout terrain mixte, c’est idéal. Jamais en si peu de temps je ne serais passé d’un bourbier de 50 centimètres de profondeur à un plateau caillouteux après avoir traversé un gué.

DSCF0010-2.jpg

Que vous soyez expérimenté ou néophyte, cette ballade est faite pour vous. Pourvu que vous soyez un tant soit peu sociable, un minimum technique et que vous ayez laissé votre fichu complexe de supériorité à la maison. Prenez le temps de vivre, c’est votre 4×4 qui vous l’offre.

DSCF0011-3.jpg

Les 3 jours se termineront par un réveillon a l’hôtel autour d’un repas pantagruélique digne des plus grandes tables et sonorisé par un groupe de la région. Pour finir d’enfoncer le clou, sachez que chaque équipage est reparti avec un coffret cadeau renfermant les meilleurs produits locaux capables de supporter le voyage du retour.
MERCI JEAN-JACQUES et bises au Mitshu, a L’Auverland, l’HDJ, les 3 Patrol GR, et les 2 KZJ.

DSCF0012-3.jpg

DSCF0013-2.jpg

DSCF0014-2.jpg

DSCF0015-2.jpg

DSCF0016.jpg

DSCF0022.jpg

DSCF0024.jpg

DSCF0025.jpg

DSCF0028.jpg

DSCF0032.jpg

DSCF0034-2.jpg

DSCF0035.jpg

DSCF0036.jpg

DSCF0040.jpg

DSCF0043-2.jpg

DSCF0044.jpg

DSCF0050.jpg

DSCF0055.jpg

DSCF0061.jpg

DSCF0063.jpg

IMAG0046.jpg

IMAG0063.jpg

CATEGORIES
Share This
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR