Remise en état moteur 1-HDT-Première partie

Remise en état moteur 1-HDT-Première partie

La Remise en état du moteur 1-HDT-Première partie

Par Marc Mellet /www.lemondepourpassager.fr

1/3 Usinage – Contrôle

Dans le cadre d’un nouveau départ jusqu’en Sibérie, nous allons suivre la remise en état complète de l’Isbamobile, le BJ75 de Marc Mellet . Ce coup-ci, il équipe son véhicule d’un moteur de HDJ80 12 soupapes, le fameux 1-HDT. Une occasion de découvrir ce qui se passe chez l’usineur lors d’une reconstruction complète.

0000OUV.jpg

Le bloc moteur

01 : Acheter un moteur cassé pour le refaire peut conduire à de très mauvaises surprises très onéreuses. Heureusement, le démontage nous dévoile rapidement l’historique de cette casse : lors d’un précédent démontage, un piston a été remonté à l’envers. Celui-ci a cassé la pissette d’huile et donc empêché le refroidissement par le piston de ce cylindre. A cause de l’accroissement de température, un siège de soupape d’échappement s’est desserti et s’est brisé sur le piston avant de se répandre via le collecteur d’échappement dans les cylindres alentour. Rien de catastrophique mais il y a du boulot.

0001.jpg

02 : L’usure des cylindres impose de passer en cote réparation, soit plus 5 dixièmes au diamètre. Les pistons qui composent le kit de remise en état moteur de chez Euro4x4Parts proviennent de chez Toyota. Aucun souci sur la fonderie, au centième près, tous sont identiques : 94,47 mm. La mesure se fait à un centimètre de la jupe de piston.

0002.jpg

03 : Le jeu standard entre le piston et le cylindre doit être de 4 à 6 centièmes. Nous choisissons un jeu de 5 centièmes donc le bloc devra avoir un diamètre final de 94,52 mm. Si jamais nos pistons avaient été différents, il aurait fallu adapter le diamètre de chaque cylindre en fonction.

0003.jpg

04 : Le réalésage nécessite un outillage vraiment spécifique comme cette aléseuse qui se fixe à même le bloc moteur. De nos jours, les moteurs de ce diamètre ne sont pas courant. La machine date des années 60.

0004.jpg

05 : L’usinage se fait en une passe sur toute la longueur du cylindre, soit 170 mm. Il faut garder encore 4 centièmes pour le déglaçage. La côte d’usinage est donc de 94,48 mm.

0005.jpg

06 : A gauche, le cylindre réalésé. A droite, il est encore brut d’usure et ovalisé.

0006-2.jpg

07 : Sur chaque cylindre, l’usineur marque la côte obtenue (entre 47 et 48 centièmes). La différence sera rattrapée lors du déglaçage. Il faut encore créer un chanfrein en haut du cylindre pour éviter la casse de segment lors du remontage.

0007.jpg

08 : Le plan de joint supérieur du bloc va ensuite être ressurfacé. Son positionnement est alors très important. Avec un comparateur, l’usineur vérifie l’état du plan de joint. Dans notre cas, de grosses déformations attestent d’une chauffe sévère. Pourtant, rien de grave pour la suite, Toyota tolère jusque 2 dixièmes de déformation.

0008-2.jpg

09 : Petite astuce du métier, la première passe est de l’épaisseur d’une feuille de papier.

0009.jpg

10 : Malgré les étincelles, il ne s’agit que de quelques centièmes qui disparaissent.

0010.jpg

11 : Après une première passe, l’opérateur passe au feutre les zones qui n’ont pas été usinées afin de vérifier la progression lors des passes successives.

0011.jpg

12 : Il faudra pas loin de 9 centièmes pour arriver à bout de ce plan de joint. Rien de catastrophique cependant. Il paraît que parfois, il faut plusieurs dixièmes. Il faudra choisir le joint de culasse en conséquence.

0012.jpg

13 : L’opération suivante est le déglaçage des cylindres. Il s’agit de réaliser des micro rayures qui permettront au film d’huile de rester en place lors du déplacement du piston. Après contrôle, chaque cylindre fait bien 94,52 mm.

0013.jpg

14 : Notre bloc est presque prêt. Il faut encore nettoyer chaque plan de joint et détartrer le circuit de refroidissement. Les traces de rouille attestent d’un refroidissement à l’eau et non au liquide de refroidissement.

0013.jpg

15 : Pour finir le bloc est passé dans une sorte de gros lave-vaisselle où un nettoyage en profondeur est opéré avec détergent, haute pression et température de 85°C pendant près d’une heure. A sa sortie, le bloc est prêt, il n’y a qu’à huiler légèrement les cylindres pour éviter toute corrosion.

0015.jpg

La culasse

16 : La remise à neuf d’une culasse impose pas mal d’opérations qui représentent les deux tiers du budget de remise en état. Dans notre cas, Il faudra en plus changer les deux soupapes du cylindre abimées ainsi que la fabrication d’une nouvelle frette de siège de soupape d’échappement.

0016.jpg

17 : La première opération concerne le démontage. Chaque soupape est désolidarisée de son ressort. L’aide de la machine est grandement appréciée.

0017.jpg

18 : Les demi-coquilles de blocages sont récupérées grâce à un aimant. Elles seront réutilisées.

0018.jpg

19 : Les ressorts et cales passent immédiatement à la machine à laver. Ils seront inspectés une fois propres.

0019.jpg

20 : Image surprenante de l’encrassement typique des moteurs diesel, l’orifice d’admission est complètement bouché par la calamine. Ce problème est souvent dû à la vanne EGR. Voilà pourquoi, il faut régulièrement faire tourner le moteur haut dans les tours pour qu’il se «décrasse».

0020.jpg

21 : Le jeu de chaque soupape est contrôlé manuellement. Dans notre cas, tous les guides de soupapes d’échappement sont à changer.

0021.jpg

22 : Ensuite, la culasse est éprouvée. On bouche tout les orifices de refroidissement et on applique une pression de six bars dans un bain d’eau à 85°C.

0022.jpg

23 : Pendant une heure, aucune bulle ne doit apparaître. Pas de souci, la nôtre est validée. C’est le seul test qui aurait pu imposer le remplacement de la culasse par une autre (environ 1200 euros neuve).

0023.jpg

24 : Pendant ce temps, les soupapes sont sablées afin d’enlever toutes traces de calamine.

0024.jpg

25 : Par sécurité, les deux soupapes qui ont subi la rencontre avec le siège de soupape sont remplacées par des neuves.

0025.jpg

26 : Chaque soupape est rectifiée à 45°…

0026.jpg

27 : …Puis la queue est usinée en conséquence pour compenser la différence de longueur liée à la rectification. Cette étape est importante car le calage de l’arbre à came s’effectue via des cales de hauteur.

0027.jpg

28 : Les soupapes ont ainsi pris une seconde jeunesse et sont prêtes à être remontées.

0028.jpg

29 : La culasse passe à son tour dans le lave vaisselle pour une heure de nettoyage.

0029.jpg

30 : Une projection d’acide finira de dissoudre toutes traces de calamine ou de sédiments dans les conduits de refroidissement.

0030.jpg

31 : Enfin, un passage au nettoyeur haute pression permettra d’être rassuré sur l’état de propreté des circuits d’huile et d’eau.

0031.jpg

32 : Le nettoyage n’est pas fini pour autant puisque les plans de joint sont repris manuellement…

0032.jpg

33 : …ainsi que les chambre de combustion.

0033.jpg

34 : Il faut maintenant changer les guides de soupapes d’échappement qui sont emmanchés en force. .

0034.jpg

35 : Pour les sortir, un marteau suffit grâce à un outil adapté à la queue de soupape. ici du 8 mm plus un décollement de quelques millimètres pour la portée.

0035.jpg

36 : Le premier guide est sorti, il n’y a plus qu’à faire les cinq autres.

0036.jpg

37 : Afin de faciliter leur glissement dans la culasse, les guides de soupape neufs sont enduits de suif.

0037.jpg

38 : Le remontage se fait à la presse. Le guide doit dépasser de la culasse de 12 mm -/+0,20 mm.

0038.jpg

39 : Un nouveau contrôle du jeu des soupapes est effectué. L’expérience permet de le faire à la main.

0039.jpg

40 : La culasse est ensuite bridée solidement sur un marbre.

0040.jpg

41 : Un outil très spécifique va reprendre chaque siège de soupape à 45°.

0041.jpg

42 : On peut maintenant s’attaquer à la reconstruction de la frette de soupape d’échappement cassée. (Voir encadré lexique). L’alésage est repris afin de maitriser parfaitement le diamètre extérieur de la frette.

0042.jpg

43 : Au tour, une frette est fabriquée au centième prêt en fonction de l’alésage de la culasse.

0043.jpg

44 : La culasse est chauffée, la frette est refroidie et l’afrettage se fait au marteau.

0044.jpg

45 : Une fois en place, la frette est usinée pour obtenir un siège de soupape à 45°.

0045.jpg

46 : Chacune des soupapes est rodée par une machine à l’aide de pâtes à roder différentes.

0046.jpg

47 : Comme pour le haut de cylindre, le plan de joint est ressurfacé. La tolérance maxi est de deux dixièmes.

0047.jpg

48 : Il faudra cinq centièmes pour obtenir une culasse parfaitement plane. Cependant des marques d’impact subsistent sur la culasse au niveau des chambres de combustion. Elles ne devraient pas poser de problèmes futurs.

0048.jpg

49 : Les joints de queues de soupapes sont tous changés. Ils sont dans le kit de remontage moteur des pochettes de joint Euro4x4Parts.

0049.jpg

50 : Après un rapide contrôle de hauteur, les ressorts sont remontés.

0050.jpg

51 : La machine et un aimant aident à remettre les demi-coquilles en place.

0051.jpg

52 : La culasse est prête à être remontée. Il ne faut pas oublier de remettre les plots de centrage.

0052.jpg

Le vilebrequin
53 : Le premier élément à contrôler sur le vilebrequin est son «faux-rond». Le vilebrequin posé sur des V, il ne doit pas y avoir plus de six centièmes de voile.

0053.jpg

54 : Ensuite chaque tourillon et maneton sont contrôlés. C’est seulement après cette opération que l’on sait si l’on doit rester sur des paliers d’origine ou adopter des cotes «réparations» (+0,25 ou +0,50 mm).

0054.jpg

55 : Un déglaçage à la toile émeri permet de s’assurer une bonne lubrification future. L’opération n’enlève que très peu de matière et change juste l’état de surface.

0055.jpg

Le volant moteur

56 : Pour s’assurer d’un état de surface parfait, le volant moteur passe au tour. Afin de rendre le ressort d’embrayage plus dur, le décollement entre la surface d’appui du ressort et la surface de contact du disque est augmenté de 9 dixièmes.

0056.jpg

Le Monde pour Passager


 L’aventure du Monde pour Passager
www.lemondepourpassager.fr

 Un livre à lire…

Le Budget


 Environ 1000 euros TTC pour la révision complète.

Les bonnes adresses

SOPRAD SARL

135, rue de Paris

95310 Saint Ouen L’aumône, Val d’Oise

Tél : 01 34 64 96 51

GPS : 49°035492 N , 02°122844 W

Euro4x4parts.com

www.euro4x4parts.com

2214 Route Nationale 10

40440 Ondres

Tel : +33 (0)5 59 45 11 44

GPS : 43° 33′ 40″ N; 01° 26′ 55″ W

Une succursale existe en Espagne.

Les côtes clefs du 1-HDT :


 Diamètre des pistons cote standard : de 93,95 à 93,98 selon montage.

 Diamètre des pistons en cote réparation (+0,5mm) : de 94,45 à 94,48 mm
(Mesure à 65,7 mm du haut du piston)

Diamètre des paliers de bielle (tourillons) :


 66,982 mm à 67,000 mm : côte standard

 66,745 mm à 66,755 mm : impose des paliers de +0,25 mm

 66,495 mm à 66,505 mm : impose des paliers de +0,50 mm

Diamètre des paliers de vilebrequin (manetons) :


 58,982 à 59,000 mm : Côte standard

 58,745 à 58,755 mm : impose des paliers de + 0,25 mm

 58,495 à 58,505 mm : impose des paliers de +0,50 mm

Lexique :

Pourquoi parle-t-ton d’une frette ?

La frette est normalement le nom de anneaux en fer qui maintiennent les morceaux de bois d’un tonneau. En fait, la frette de soupape fait référence au frettage, la méthode de fixation dans la culasse.

Frettage : Le frettage est un procédé lors duquel de la chaleur est employée pour produire un assemblage très résistant entre deux pièces métalliques, l’une étant insérée dans l’autre. En chauffant la masse autour de l’alésage de façon uniforme, il est possible d’augmenter considérablement la taille du trou. L’axe s’insère alors aisément (surtout s’il a été refroidi) dans le trou agrandi. Lors du refroidissement, la masse autour du trou reprend sa taille d’origine et les forces de friction créent un assemblage remarquablement efficace.

CATEGORIES
TAGS
Share This

Commentaires

Wordpress (6)
  • comment-avatar

    Remise en état moteur 1-HDT-Première partie
    superbe travail

  • comment-avatar

    Remise en état moteur 1-HDT-Première partie
    très intéressant, merci.

  • comment-avatar

    Remise en état moteur 1-HDT-Première partie
    j’ai hâte de découvrir la suite de cet article vraiment intéressant. merci pour votre travail.

  • comment-avatar

    Remise en état moteur 1-HDT-Première partie
    très intéressant, merci

  • comment-avatar

    Remise en état moteur 1-HDT-Première partie
    très intéressant, merci. est ce que je peux vous demander un conseil pour mon moteur?

  • comment-avatar

    pose d un turbo hzj 76
    la pose d un turbo sur un hzj 76 neuf 2014 faut il changer les pistons et les coussinets, email honings@skynet.be

  • Disqus (0 )
    X
    X
    Journal du 4magazine 4x4 & SUV

    GRATUIT
    VOIR