Super Suzuki Samuraï  moteur V6 essence 2,5 l

Super Suzuki Samuraï moteur V6 essence 2,5 l

Super Suzuki Samuraï moteur V6 essence 2,5 l

Quand on cherche un nouveau 4×4, on se trouve
souvent confronté à un problème récurrent :
on ne trouve pas exactement ce que l’on cherche.
On aimerait par exemple pouvoir prendre le moteur
puissant de telle marque et avoir le châssis et les
ponts réputé costauds de telle autre, mais avec une
carrosserie d’un troisième constructeur qui a un
sacré look. Hélas nous ne vivons pas au pays des
rêves et le choix se révèle toujours être une question
de compromis entre nos souhaits et la dure réalité
des concessions automobiles. Pourtant il nous arrive
parfois de trouver le véhicule idéal et dans le cas
du Suzuki, moi je vous ai trouvé le Tennō (nom du
souverain japonais qui signifie « empereur céleste »).

Des Watts, des centimètres et un look, l’équation du Samuraï est enfin résolue.

Point faible des Samuraï, le moteur asthmatique d'origine est ici remplacé par un V6 qui va doubler la puissance, il aura fallu ingénieusement le faire rentrer sous le capot. Ce ne fût pas chose aisée mais maintenant on peut laisser causer les watts. Pour rehausser l'engin, Marco aura modifié tous les ancrages et les tirants, un magnifique travail qui porte ses fruits lorsque l'engin est dans les zones. Et pour finir une robe rouge avec des touches de noir ; c'est tout simplement magnifique.

super-suzuki-marco-1975.jpg

Marque > Suzuki

Modèle > Samurai

Puissance > 142 ch à 6200 tr/min

Couple > 210 Nm à 3500 tr/min

Suspension > Radflo

Préparation > Marco

super-suzuki-marco-1918.jpg

super-suzuki-marco-1920.jpg

super-suzuki-marco-1926.jpg

super-suzuki-marco--2.jpg

super-suzuki-marco--3.jpg

Le Tenno répond en effet à toutes
les attentes que l’on peut avoir
concernant un Suzuki tout-terrain.
Je pense que vous serez d’accord avec
moi sur le Suzy idéal. On le voudrait basé
sur un Samurai pour garder look inimitable
et format de poche. Mais, au niveau
motorisation, on aimerait disposer de
quelque chose de puissant qui irait au
delà des 80 ch, capable de mettre les
watts et de procurer un vrai confort de
conduite en tout-terrain ? On aimerait
aussi une boîte plus courte, des ponts
et des tirants plus costauds.

Par ailleurs,
une caisse surélevée permettrait de passer
des pneus dans une taille supérieure.
Et pour faire bonne mesure, ajoutons des
ailes élargies, un arceau tubulaire, bref,
des aménagements qui donneraient au
Suzuki une vraie gueule de franchisseur.
Ce rêve est devenu réalité depuis que
Marco Schrieder a conçu le Suzuki idéal.
Je l’ai rencontré lors de la dernière édition
des Zuk Day’s, venu tout droit d’Allemagne
avec ce magnifique engin.

Du rêve à la réalité

Dans la vie, quand on ne trouve pas ce
que l’on cherche, on a deux solutions :
soit être frustré, soit persévérer. Marco a
évidemment choisi la seconde. Deux ans,
c’est le temps qu’aura duré le projet un
peu fou de notre passionné, pour tout
d’abord penser l’engin, puis ensuite
le mettre en forme à l’atelier avant
de rouler enfin dans le Suzuki idéal.
Pour finaliser le projet, il a choisi des
pièces en provenance de différents
4×4, ce qui lui a semblé le meilleur
pour aboutir à un véhicule qui sera
habile en tout-terrain, puissamment
motorisé, robuste pour résister à une
utilisation intensive et off-road, le
tout en ayant une qualité de finition
exemplaire. Vous comprenez désormais
pourquoi ce 4×4 n’a pu faire
ses premiers tours de roues qu’après
24 mois de labeur.

Des watts sinon rien !

Pour trouver des Watts, notre ami
s’est penché sur le catalogue Suzuki
et a trouvé ce qui allait devenir
le coeur du projet : un moteur V6
essence de 2,5 l provenant d’un
Grand Vitara.
Voilà de quoi doubler
la puissance de l’engin, ça promet…
Le bloc rentre au chausse-pied, mais
ça passe ! Il faut ensuite prévoir de
faire passer la puissance et la transmettre
dans un premier temps aux
ponts.

Pour ce faire, Marco va mettre
une boîte de vitesses de Vitara 1,6,
et pour avoir des vitesses ultra-courtes,
il décide de mettre en place deux
réductions en sortie de boîte
. La première
est issue du même Vitara 1,6
que la boîte de vitesses, la seconde
provenant d’un Samurai
. On dispose
désormais de 4 modes de vitesses,
de la longue/longue pour rouler sur
route à la courte/courte pour les progressions
très lentes,
l’idéal pour les
zones ardues. Pour les ponts, son
choix s’est porté sur du costaud,
des ponts de Toyota LJ70 qui offrent
en outre des voies plus larges, tous
deux équipés de blocages de différentiels
pneumatiques Chacun sait
que question stabilité du Sam, le
souci vient des voies étroites qui ont
tendance à faire basculer le 4×4 sur
les flancs, au grand désespoir des
pilotes mais à la grande joie des
photographes !

MOTEUR V6 ET BOITE EN DETAIL

Le V6 récupéré sur un Vitara donne une puissance jusque là inconnue sur un Samuraï.

super-suzuki-marco-2015.jpg

super-suzuki-marco-2023.jpg

Un snorkel monté sur le flanc droit du Suzuki permet d'approvisionner en air pur et frais le moteur.

 On voit bien sur la photo prise sous le véhicule la boite de vitesse de Vitara sur laquelle sont accolée deux réductions.

Avec deux boites courtes, le 4x4 progresse à une vitesse extrêmement lente mais avec une puissance et un couple incroyable qui permet d'affronter les difficultés sans faire monter le moteur dans les tours et en gardant une réserve de watts sous le pied droit.

Suspension
alambiquée

Pour la partie suspension, Marco a
opté pour un kit américain Radflo
mais a fabriqué lui-même des tirants
sur mesure
, les ancrages pour les
liaisons aux ponts ainsi que les
supports de ressorts et chapelles
d’amortisseurs. Sur les ponts avant
et arrière sont accouplés des barres
stabilisatrices Currie Antirock

dont l’efficacité est redoutable pour
pousser les roues au sol lors de
gros croisements de ponts. La base
du proto étant jetée, il faut ensuite
l’habiller. Ici, nous sommes davantage
dans le registre du « costard »
sur mesure que du jogging-baskets.
D’ailleurs, question chaussures, c’est
du large. En effet les pneus Cooper
Discoverer STT sont en 35×12,5×15.

PNEUS ET JANTES DU SUZUKI EN DETAIL

Les Discoverer STT de chez Cooper montés sur des jantes noir en tôle sont dotés de gros pavés et se révèlent un bon compromis pour la piste et les zones humides.

super-suzuki-marco-2029.jpg

super-suzuki-marco-2032.jpg

LES SUSPENSIONS DU SUZUKI EN DETAIL

Il a fait appel à des barres de torsion Antirock des chez Currie qui permettent de pousser les ponts vers le sol en évitant au maximum les roues en l'air. L'engin y gagne donc en capacité de motricité.

Pour insérer les suspensions Radflo, Marco a du repenser complètement les fixations sur les chapelles et les ponts.

 Il a aussi conçu des tirants sur mesure afin de guider les ponts de Toyota LJ 70. Ici c'est du grand art et tout est fabriqué au millimètre.

suspensions Radflo

super-suzuki-marco-1983.jpg

 ponts de Toyota LJ 70

super-suzuki-marco-1955.jpg

super-suzuki-marco-2043.jpg

Pour garder l’âme du Suzuki, il fallait
une caisse de Samurai
, mais pour lui
donner un look d’aventurier, quoi de
mieux que de greffer au-dessus de
chaque roue des superbes élargisseurs
Bushwacker
? Cela lui donne
des épaules de boxeur et le contraste
entre le rouge et le noir fonctionne
parfaitement au niveau esthétique. Il
va falloir maintenant protéger le tout.
Ce sera chose faite avec un superbe
arceau maison de couleur noire qui
vient enserrer le 4×4, des montants
de pare-brise jusqu’au fond de la
benne. Cet arceau est composé de
plusieurs partie amovibles et la partie
supérieure fait office de galerie.

Pour partir en vacances cet été,
Marco n’aura qu’à enlever la partie
arrière pour y mettre à la place une
cellule amovible, une idée réellement
très ingénieuse. Quant aux finitions,
tout est irréprochable, aucun détail
n’est laissé au hasard. Des plaques
en aluminium strié noires protègent
l’arrière de la carrosserie ainsi que la
benne.

 élargisseurs Bushwacker

L’avant de l’engin ne risque
pas grand-chose avec ce beau parechocs
ARB sur lequel sont implantés
deux phares Hella Ralley 1000,

histoire de ne pas se perdre la nuit
venue. Le pare-chocs arrière quant
à lui est fait maison et les phares
sont à leds. Que pourrait-il manquer
à notre engin ? Rien, si ce n’est un
treuil… où plutôt deux d’ailleurs. Le
premier est un énorme Warn 8274
fixé derrière les sièges et dont le
câble synthétique passe, avec un
ingénieux système de renvoi, sous
la carrosserie. Le second, plus « petit
», est un Warn 8000.

LES PROTECTIONS DU SUZUKI

Un si bel engin se doit d'être protégé au maximum. Ici de rôle est endossé par les deux pare-chocs ARB à l'avant et sur mesure à l'arrière de belle dimension.

super-suzuki-marco-2066.jpg

 Ils sont complétés par un arceau lui aussi fait sur mesure qui couvre la cabine et la benne.

La benne et la partie arrière de la carrosserie sont elles même protégées par des plaques d'alu strié noir du plus bel effet.

super-suzuki-marco-1937.jpg

Ainsi paré, le Suzuki peut se sortir seul des
situations les plus désespérées sous
réserve d’avoir un arbre suffisamment
dimensionné à proximité. Au niveau
de la cabine se trouvent deux sièges
baquet Sparco
. Pilote et copilote sont
ainsi confortablement maintenus par
des harnais sans risquer de se blesser
en cas de tonneau.

LES EQUIPEMENTS DU SUZUKI

Au niveau des éclairages la rampe à Led permet un éclairage à large faisceau tandis que les Hella montés sur le A Bar apportent une visibilité à longue distance.

super-suzuki-marco-1963.jpg

 Le tableau de bord est d'origine mais le volant est remplacé par un modèle compétition.

 On retrouve les interrupteurs qui permettent d'actionner les phares, les treuils mais aussi les deux blocages de différentiel ARB ainsi que le compresseur.

super-suzuki-marco-1999.jpg

super-suzuki-marco-2061.jpg

super-suzuki-marco-1991.jpg

Notez les raccords à air situés sous les sièges baquets, ils sont très accessibles et facilitent le regonflage indispensable pour reprendre la route en toute sécurité après une sortie tout terrain.

A l’épreuve
du terrain

Malgré un assortiment de pièces en
provenance de différents 4×4, le comportement
est agréable. Preuve en
est, cet engin est quand même venu
par la route et pas sur un plateau.
Le moteur sait délivrer la puissance
quand cela se révèle nécessaire et le
Suzuki sait devenir joueur, surtout en
dérive. C’est à vitesse très très réduite
que nous sommes ensuite allé faire un
tour avec l’engin. En effet lorsque l’on
se met sur les rapports courts/courts,
on peut marcher à côté et même le
doubler en accélérant les foulées,
c’est du reste assez amusant. Au pied
des buttes, on sent instinctivement
que ça va passer à l’aise, sans forcer.

LES DEUX TREUILS DU SUZUKI

Deux treuils devraient suffire à tirer le Suzuki quelque soient les situations d'autant que le Warn 8274 logé dans la benne mais orienté vers l'avant s'est construit une solide réputation dans les compétitions extrêmes, le second treuil pour l'arrière n'est pas en reste car il s'agit d'un Warn 8000.

super-suzuki-marco-1984.jpg

super-suzuki-marco-1967.jpg

Marco sait faire progresser son engin
de manière habile et ses suspensions
se jouent de la majorité des zones
piégeuses. Les croisements de ponts
ne bloquent pas l’engin et s’il commence
à se mettre en refus, les deux
blocages sont là pour lui redonner de
la motricité. A mes yeux, Marco a su
créer le Suzuki idéal en conjuguant
les points forts de différents véhicules
mais le plus important, c’est que
ce proto reste un Suzuki
. On aurait
rêvé d’avoir de tels modèles dans
les concessions et pour notre ami, le
rêve est devenu une réalité qu’il peut
conduire au quotidien

super-suzuki-marco-1745.jpg

super-suzuki-marco-1768.jpg

super-suzuki-marco-1789.jpg

super-suzuki-marco-1806.jpg

super-suzuki-marco-1840.jpg

CATEGORIES
TAGS
Share This

Commentaires

Wordpress (2)
  • comment-avatar
    Eric001 6 années

    Super Suzuki Samuraï moteur V6 essence 2,5 l
    Super ZUK !

    J’espère que nous le reverrons aux ZUK DAY’S IV !

    Merci pour ce reportage Nicolas;

  • comment-avatar

    Super Suzuki Samuraï moteur V6 essence 2,5 l
    Bonjour,
    Je viens d’acquérir un Suzuki Santana et votre projet a totalement retenu mon attention. Avez vous rencontré des problèmes majeurs en remplaçant le moteur par celui d’un suzuki grand vitara?

  • Disqus ( )
    X
    X
    Journal du 4magazine 4x4 & SUV

    GRATUIT
    VOIR