Suzuki Samurai (Santana)

Suzuki Samurai (Santana)

Suzuki Samurai (Santana)

En 1995, soit quatre ans après la sortie du véhicule qui nous concerne, Laurent fréquente un club de 4×4 dans la région de Besançon, cette zone aux alentours des méandres du Doubs est propice à la pratique du tout terrain. Hivers rudes, étés chauds et beaucoup de précipitations sur les contreforts du Jura permettent aux « quatquatreux » locaux de bénéficier d’un terrain de jeu très varié en fonction des saisons.

santana-410.jpg

C’est dans ces circonstances que Gwendal, un ami de longue date, lui propose de participer à une sortie. Il conduisait à l’époque un Suzuki et au retour de la balade, c’est décidé ça sera le prochain achat de Laurent, il se souvient d’ailleurs avoir dit « je veux le mien ». Quelques temps après Laurent rentre chez lui au volant d’un Samuraï 1000 bâché de 1991. Il est entièrement d’origine mais ne va pas le rester longtemps.

laurent-santana-samurai.jpg

Laurent en train de donner un coup de main à Gwendal

Le but de Laurent est de se faire « Son 4×4 » et sur mesure je vous prie mais sans pour autant dépenser des fortunes. Il souhaite faire tout lui même avec le concours de quelques amis. Notre ami est doté d’un don en bricolage en tout genre, d’une volonté inébranlable et d’une femme qui le soutiendra tout au long du chantier. Il lui aura fallu près de 4 ans pour finir son véhicule telle que vous le voyez avec, il est vrai, plusieurs étapes. Laurent n’y va pas par 4 chemins, pour transformer le calme « Zuk » en franchisseur, il va commencer par tout démonter et mettre le Samuraï en pièces détachées dans son garage. Les grandes lignes du projet sont tout d’abord de changer la motorisation et la boîte, car le 1000 cm3 de 45 ch finira « cramé » après une sortie tumultueuse « à fond de première », et comme tout suzukiste le sait la boîte d’origine n’est pas assez courte. Puis ensuite il souhaite optimiser les capacités de franchissement et protéger efficacement l’engin et la famille.

suzuki-samurai.jpg

On retrousse ses manches et on bricole

Une fois le Suzuki en kit, il inspectera chaque pièce et remettra tout en état. C’est avant de remonter le tout qu’est prise la décision du jaune « pétant », Laurent et sa femme aiment cette couleur et ils voulaient un véhicule différent de tous les autres.

interieur-suzuki.jpg

Le petit 1000 cm3 étant mort, Laurent va changer le bloc et la boîte. La boîte n’est pas assez courte au regard du peu de puissance des motorisations disponibles sur les Suzuki. Il décide de racheter un moteur et une boîte d’occasion, le choix se portera sur un moteur de 413 qui permettra de gagner quelques chevaux (1,3l et 63 ch), il sera entièrement révisé, la segmentation et tous les joints refaits, un kit d’adaptation pour carburateur de 410 sera installé pour remplacer le modèle de base qui est « inréglable » du fait de sa complexité (dixit un professionnel), par exemple le régime moteur augmente quand on allume les phares, et il n’est pas rare de trouver des Suzuki carbu d’origine qui font plus de 15l aux 100 après un bidouillage hasardeux. Les ponts courts du 410 seront bien sûr conservés mais la boîte quant à elle sera équipée avec un kit de réduction Measson en 4.16, du classique et éprouvé sur les Suzuki.

moteur-samurai.jpg

Préparation 4×4 faite maison

La partie suspension / amortisseur a été particulièrement revisitée mais toujours dans la logique du « fait maison ». Laurent a donc conçu ou adapté nombre de pièces. Il a créé les cales de son body lift qui permettront de rehausser la caisse à plus de 8cm du châssis.

cale du body lift du suzuki
La cale du body lift

Pour les amortisseurs, il profitera d’amortisseurs de Lada à l’avant, qui lui avaient été donnés, il suffira de « petites adaptations …» au niveau des coupelles avant de les greffer sur le Suzuki, pour l’arrière, il utilisera des amortisseurs issus de son second 4×4, un Patrol GR. Un demi-paquet de lames pour CJ7 sera suffisant mais en conservant la lame maîtresse d’origine, les jumelles sont aussi d’origine Jeep. Le pont avant a été avancé de deux centimètres, cette modification est plus aisée sur les 4×4 équipés de lames car il suffit de dévisser le support inférieuret de le déplacer pour ensuite tout revisser. Suite à ce décalage du pont, l’arbre avant sera rallongé de quelques centimètres grâce à un kit Spidertrax

4x4samurai.jpg

4x4suzuki.jpg

Laurent décidera par la suite de modifier la direction et les freins. Une direction de Jimny avec une pompe de Clio, quelques heures de travail acharné et voilà le petit 4×4 équipé d’une direction assistée. Finies donc les séances de musculation des biceps.

zuk-4x4.jpg

Pour les freins indépendants dont Laurent rêve, il adaptera des étriers et freins à disque destinés à l’avant des Suzuki mais les placera en position arrière, il continuera son adaptation avec 2 maîtres cylindres de chez Oreca. Deux poignées disposées de chaque côté du frein à main permettent désormais de bloquer soit la roue gauche soit la roue droite, et ainsi de faire pivoter sur lui même le petit 4×4. Déjà habile, le samurai ainsi équipé devient alors d’une redoutable maniabilité.

La sécurité avant tout

Si il y a un point sur lequel Laurent est particulièrement vigilant c’est la sécurité. C’est pourquoi il a doté son Sam d’un arceau en acier 25CD4S à la résistance accrue. Il a été fabriqué par MCM une société Haut-Marnaise que Laurent connaît bien. Entretoises et renforts sont présents sur cette cage à 6 points de fixation.

arriere-suzuki.jpg

famille-suzuki.jpg

Sur l’arrière est aménagé un emplacement pour recevoir une roue de secours, il faut bien un tel renfort pour supporter les jantes à beadlock faites maison et les gros crampons des Maltesta Kougar en 31/10,5/15.

Jantes à Beadlock et pneus Maltesta Kougar

Jantes à Beadlock et pneus Maltesta Kougar

Les pare-chocs sont eux aussi surdimensionnés, celui avant reçoit une platine surmontée d’un treuil Ramsey acheté d’occasion.

treuil-suzuki.jpg
Treuil Ramsey

Aidé par son oncle, Laurent a peaufiné le look de son Santana. Il lui avait déjà appris comment peindre la bête en jaune, Laurent s’attaque ensuite aux ouvrants pour en faire des demi-portes, telles qu’on peut en voir sur des Jeep. Il lui suffira de compléter l’ensemble avec des protections latérales, des coquilles de pont et le tour sera joué.

Dans les zones

Nous avons pu voir les capacités de l’engin lors du rassemblement Zuk Days 2011 sur le terrain des Combes Grondées. Le petit Santana jaune est venu sur un plateau. Toute la famille s’est prêtée au jeu de la séance de photo. En effet la plus grande joie pour laurent et sa femme c’est de faire plaisir, à leurs enfants mais sans jamais prendre de risque.

Il nous a d’ailleurs déclaré « mon 4×4 il fait porte clé, je fais avec ses capacités ». Pendant la séance photo, le Suzuki est passé sans souci sur les différents obstacles : boue, dévers, croisements de pont, montées et descentes.

suzuki-fait-su-4x4.jpg

zuk.jpg

La progression se fait tout en douceur et ce ne sont pas les deux enfants bien sanglés dans leur siège qui vous diront le contraire, il suffisait de voir leur sourire et de les entendre crier de bonheur pour se douter que la future génération de passionnés est déjà là.

famille-suzuki.jpg

Alors si vous les croisez lors d’un rassemblement pirate4x4.fr ou Zuk Days, n’hésitez pas à aller à leur rencontre.

CATEGORIES
TAGS
Share This
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR