Transformation radicale d’un toyota LJ70

Transformation radicale d’un toyota LJ70

Soyons honnête, on est tous amoureux de notre 4×4 et on voudrait qu’il soit le plus beau ou le meilleur. J’invente rien, les équipementiers l’ont compris bien avant moi, raison pour laquelle ils nous inventent perpétuellement de nouveaux accessoires, dans le seul but d’attirer les foudres et les jalousies de nos épouses. Pas sympa les gars. Pour les pièces détachées, c’est comme pour les 4×4, y’a de tout et pour tout le monde. On va commencer par apprendre les formules magiques du 3T, comprenez le Tuning Tout Terrain…

avant.jpg

Prenons l’exemple du Toyota LJ 70, best seller d’une catégorie et représenté en nombre dans les ballades 4×4. Qu’il est beau dans sa livrée grise. On l’a photographié comme une miss France, ou une vache du concours agricole, rutilant de tous ses chromes, paré de son plus beau polish, on ne voit que lui sur les pages occasions du magazine de 4×4.

tr01.jpg

Côté budget, ça reste raisonnable, un jouet a 60 000 francs c’est déjà ça, mais ça permet de rouler tranquille. Banco, ou plutôt non, banquier suivi de banco.

apres.jpg

Il est enfin là le vrai 4×4, trônant dans le jardin,. Beau et propre, jamais utilisé en tout terrain (si c’est le vendeur qui l’a dit alors…)Une vraie merveille, un rêve de gosse. Les papillons lui tournent autour d’un vol léger. Au loin, on entend la sérénade d’un Roméo courtisant sa… Stop les violons, Et puis séchez vos larmes, ça va vous empêcher de voir les obstacles. Contact s’est parti pour un tour.
Faut se rendre à l’évidence, ça ne croise pas beaucoup donc ça patine très vite. On touche de partout et il n’y a pas grand-chose sous le capot. Voilà un rêve à tout jamais brisé. Fini les papillons, les promenades dans les bois, les bourbiers profonds, les croisements de pont de la mort et les dévers à se retourner.

2.jpg

Oh, ça va bien de s’appitoyer sur son sort, y’a des solutions pour le transformer en Goldorak de franchissement votre rêve brisé à roulettes.

4.jpg

Comment ? !, Y suffit de suivre la recette de mamie catcat.
On commence par les basquettes du sportif. Les 205×16, c’est bien…sur les 205 GTI. Pour le tout terrain, y’a mieux que le profil mixte, excepté pour perdre de l’adhérence. Au fait, la vraie définition de mixte, ça n’est pas :  » bon partout « , c’est :  » mauvais partout « . On oublie le 50% macadam, 50% route.

Tant qu’à faire, autant se lâcher. C’est parti pour des 7-50×16 ou des 235-85-16 dans un profil bien agressif. 100% TT c’est mieux. Pendant qu’on y est, on les fait monter sur chambre histoire de les dégonflera à bloc si besoins.

6.jpg

On va être plus à l’aise dans les zones, mais sur les gros bourbiers, je doute que ce soit encore l’idéal, la caisse risque de frotter un peu, et le nez aura tendance à planter. Côté croisement de pont, on va gagner en débattement, mais ce ne sera pas un Auverland. Moralité, y’a encore de la marge de progression.

8.jpg

Deuxième partie de la recette, les suspensions. Les ressorts et les amortisseurs d’origine commencent a accuser de sérieux signes de fatigue. Si c’est pour les changer, autant prendre bien mieux. Vu la faible proportion de route que l’on va parcourir, on peut forcer la dose. Les arbres et les cardans sont de tailles à supporter les mauvais traitements, alors n’hésitons pas. Un certain orfèvre en suspension est capable de torsader de la ferraille sur demande pour en faire des ressorts de tarage et de hauteur variable. Qui peut le plus peut le moins, c’est parti pour du progressif en +7 cm de hauteur. Avec une telle élévation, plus question de conserver des amortisseurs d’origine, on en profite pour passer sur du long débattement.

9.jpg

Pendant qu’on est sous la voiture avec la clef à cliquets dans la main, on va aussi démonter cette foutue barre stabilisatrice. Avec toute cette artillerie, le déhanchement ne devrait plus poser de problèmes.

C’est bien beau toutça, mais question chevaux, c’est pas le top. On est plutôt du genre mulet à bout de forces que pur-sang pour courir l’Arc deTriomphe.

10.jpg

En tout terrain, mieux vaut privilégier le couple à la puissance brute. De plus, on fera pas des miracles avec le 2,5 litres turboD. Pour augmenter le couple sans se ruiner, il suffit d’aider le moteur à se vider de ses gaz plus vite. Pour ça, un petit travail sur l’échappement peut faire des miracles. La première chose à faire st de récupérer dans une casse un pot de détente de voiture sportive type 205 GTI ou tout autre modèle monté sur une voiture qui envoie du gaz. Cet accessoire doit venir en remplacement de la ligne arrière. Le mieux est de dévisser le raccord placé sous la porte passager et de monter le pot de détente a cet endroit. En un tournemain, on se retrouve avec une magnifique sortie latérale totalement invulnérable puisque cachée sous le châssis. Et puis question bruit, c’est inimitable. Pour ce qui est du résultat, je vous laisse juger de vous-mêmes de la capacité de reprise à bas régime.
Et voilà, pour quelques milliers de francs, et quelques heures de travail à la portée de tous, vous avez transformé votre 4×4 de tout le monde en un outil de franchissement unique et pas du tout dépassé par des modèles plus récents.
Rassurez vous, toutes ces modifications passent au contrôle technique.

11.jpg

Pour ceux qui doutent de l’efficacité, les quelques clichés agrémentant cet article vous prouveront le contraire.
Selon votre budget, vous pouvez améliorer encore les capacités de la bête en lui rajoutant des blocages, mais point de vue budget, c’est une autre histoire. Quitte à dépenser de l’argent, commencez par un treuil, c’est plus radical pour passer partout !

Pneus sur jantes : Maximum 4 000 francs (Environ)

Ressorts sur mesure STRS Hauteur et tarage sur mesure : 2 500 francs (Environ)

Amortisseurs : 2 000 francs (Environ)

Pot : 159 francs (En
viron)

CATEGORIES
TAGS
Share This
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR