Volvo XC 90 D5 Momentum

Volvo XC 90 D5 Momentum

Volvo XC 90 D5 Momentum

Drogue douce !

En montant à bord du Vovlo XC 90, j’hésite entre deux approches, la première, de me dire que tout ce que je sais sur la marque suédoise est à oublier, ou la seconde, que l’ADN complet de Volvo est tout autour de moi. Partons donc sur ce second postulat si tant est que la firme de Göteborg demeure à coup sûr l’une des rares marques automobile a avoir su et conserver un affect complet avec ses clients. En effet, depuis plus de cinquante ans, acheter une Volvo relève presque d’un acte de de foi. Mais si dans les années 70/80, il s’agissait de louer l’approche « sécurité » de Volvo, avec un corolaire des lignes parfois peu amènes… Rappelons au passage que les ceintures de sécurité furent inventées chez Volvo en 1959. Aujourd’hui, cette firme suédoise rime plutôt avec technologies de pointe et design abouti. Et le nouveau XC 90 ne déroge pas à la règle…

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6061.jpg

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6113.jpg

Concentré d’histoire…

La naissance de la lignée des XC (X pour Cross, et C pour Country) a d’abord correspondu à une réponse simple à un besoin. Compte tenu du climat nordique, Volvo tenait à proposer une alternative 4×4 « légère » aux tout-terrains purs et durs des années 80. Une réponse qui passait en premier lieu par un XC 70, break 4×4 surélevé sans réducteur. Une sorte de préfiguration des Audi Allroad et autres BMW Xdrive. Puis vint le premier XC 90 et son design à la fois rassurant et chaleureux. Un coup de crayon baptisé « Teddy Bear » ou « Nounours » outre Atlantique. Il est clair que ce premier modèle était une prise de position de Volvo sur le segment des SUV, à forte visée américaine. En effet, la guerre des SUV faisait rage aux US depuis l’apparition du fameux Mercedes ML avant les années 2000, et ne pas posséder un tel véhicule dans sa gamme tenait à l’époque du suicide industriel. Mais Volvo n’entendait pas pénétrer le secteur en laissant son ADN sur le côté de la chaîne de production. Le premier XC 90 arriva donc avec une sécurité passive et active de très haut niveau et une habitabilité d’excellente facture. Pour faire plaisir aux concitoyens de l’oncle Sam, un V8 essence arrivait de concert dans la corbeille. Mais très vite, Volvo proposera des motorisations à la fois moins polluantes et moins gloutonnes, histoire de séduire la Californie, sans oublier ses moteurs diesels ultra propres. Le succès ne se fit donc pas attendre, et derrière le XC 90 arriva le XC 60 qui lui préfigurait la seconde mue de la firme suédoise.

Concentré de design…

Ce SUV compact arrivait doté de toutes nouvelles lignes, à la fois audacieuses et terriblement séduisantes. Le XC 90 ne pouvait pas rester en marge de cette évolution stylistique, qui correspondait également à la reprise en main de la marque, afin de lui offrir une nouvelle jeunesse. C’est donc mi-2015 que le XC 90 nouvelle mouture fit son apparition. Clairement, le design renouvelé de ce modèle est à lui seul une ode à la modernité et une sorte de gomme effaçant le généreux volume de la bête. Les lignes épurées, autant anguleuses qu’arrondies, offrent à ce XC 90 une approche résolument moderne.

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6123.jpg

La face avant en est le meilleur exemple… Ensemble de lignes tendues et de courbes, convexe à souhait vers l’avant, la calandre intègre parfaitement le logo et la diagonale ADN de la marque, les phares de leur côté se scindant horizontalement en deux. La suite de ce 4×4 est à l’avenant, la douceur du design déboulant des concept car Estate et XC Coupé, présentés trois ans plus tôt, est savamment soulignée par des lignes dynamiques et tendues. L’ensemble formant une pointe ou flèche vers l’avant, synonyme de dynamisme.

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6079.jpg

Ce design est le fruit de la modernité suédoise, et même nordique, car il apparait aujourd’hui que tant en matière d’automobile que d’architecture ou de mobilier, l’école suédoise dispose d’une belle longueur d’avance. Toujours au chapitre de l’approche nordique, la nouvelle signature des feux LED évoque le marteau de Thor, dieu du tonnerre, qui résonne comme un stigmate de robustesse et de sécurité pour les populations scandinaves… Soit !

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6125.jpg

Concentré de technologie….

Une fois à bord, votre attention sera en premier lieu captivée par l’environnement technologique de la bête… ou de la belle, c’est selon. Avec force est conviction, Volvo s’est hissé dans le peloton de tête des 4×4 disposant d’un concentré de technologie. Depuis que Land Rover s’est lancé bille en tête dans cette quête, rejoint par les constructeurs allemands, le SUV haut de gamme est devenu « Premium, et il rime automatiquement avec assistances électroniques multiples et variées, aides à la conduite et support off road. Ce dernier point sera traité plus tard, je vous propose de nous concentrer sur les trésors de ce XC 90. Enfin, trésors, façon de parler, car si de fait, ces assistances font clairement grimper l’addition, il apparait que certaines d’entre elles peuvent se révéler un brin aliénantes à force.

Circulez y a rien à voir… Le moteur est bardé de caches plastiques, une propreté clinique qui sied bien au segment et à Volvo en général

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6121.jpg

Tout à bord est fait pour votre confort. Des sièges à multiples réglages, à la climatisation omniprésente, en passant par une sonorisation exceptionnelle (on frôle parfois l’impression d’une salle de concert), ce XC 90 est de plain-pied au cœur des SUV prémium. D’autant plus même, que tout se contrôle depuis un incroyable écran central, à peine plus petit que celui d’une Tesla, référence en la matière. La gestion complète de ce véhicule, si si nous sommes toujours à bord d’une voiture et à fortiori d’un 4×4, passe par cet écran central très intuitif. Comptez un bon mois pour en intégrer 80/90% des fonctions majeures….

Le poste de pilotage, bien qu’un peu austère, s’anime vivement avec les deux écrans, le tableau de bord (il va falloir s’habituer) et la tablette centrale XXL. En marge de cela, il est possible de le personnaliser et de le mettre à vos couleurs. La commande vocale s’avère très sensible et fiable

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6127.jpg

En arrière du levier de BVA, le bouton de mise en marche de la bête et en arrière encore, la molette de choix des modes de conduite. A noter enfin une sonorisation incroyable, et adaptable à vos goûts. Le désign en mode suédois… rien à redire, efficace, épuré, sobre et diablement séduisant… jusqu’au dernier détail 

Concentré… sur la conduite !

Entrée sans clé, démarrage itou… nous sommes là dans du grand classique du segment. C’est en passant la marche arrière que les choses évoluent, vous connaissiez la caméra de recul, Eh bien Volvo innove avec une caméra produisant une image à 360°, fruit de la fusion informatique de quatre caméras. Déroutant à début, ce qui s’apparente tout de go à un gadget devient très vite indispensable, particulièrement en Off Road, où l’on décèle rapidement des obstacles parfois invisibles dans les rétroviseurs. Après… le Volvo XC 90 se conduit à peu près comme un 4×4 classique, avec en prime, plusieurs modes de conduite, permettant d’adapter ce SUV à sa personnalité, et à l’exception du système Intellisafe.

La tablette centrale permet toutes les adaptations et réglages, du son, jusqu’à la personnalisation des différents modes proposé, elle s’accorde aussi à votre smartphone, et must des must, celui-ci affiche le logo Volvo une fois connecté !

 A noter enfin l’image incroyable produite pas les caméras de ce XC 90, impossible de rater un poteau bas ou un rocher.

Au risque de passer pour un rétrograde, j’avoue que cet équipement basé sur une caméra située sur le haut du parebrise et sur une foule de capteurs en tout genre, m’a tout d’abord dérangé. Trop présent, voir même omniprésent, ce système a pour but que plus aucun mort sur la route ne le soit à bord d’une Volvo à l’horizon 2020. Louons le seigneur ! Mais de là à vous limiter dans votre conduite, si par hasard on se rabat sans le clignotant sur autoroute par exemple, vibrations et résistance dans le volant à la clé, c’est un peu beaucoup.

Heureusement, bien que pas déconnectable à 100%, ce système peut rapidement être paramétré depuis l’écran central, pour les plus rebelles d’entre nous. Au demeurant, la gêne n’a été que de courte durée et ces réglages sont tout à fait réversibles. Base de ce système Intellisafe, le régulateur de vitesse adaptatif demeure cependant un must en la matière. Capable d’anticiper à l’infini et parfaitement couplé à l’ex BLISS (surveillance d’angle mort inventé à l’aube des années 2000 par …. Volvo) devenu l’Intellisafe Surround, cet accessoire offre des parcours autoroutiers sereins et confortables. Tout comme, j’oubliais… la merveilleuse sellerie cuir Nappa, qui n’a rien d’électronique elle… quoi que, chauffante et ventilée à l’avant. Plus léger à conduire que son gabarit le laisse supposer, le nouveau XC 90 pèche cependant de ne pas disposer d’une motorisation plus brillante, le V6 diesel mono ou bi-turbo, étant la norme de ce type de 4×4 Premium. Manquant un peu d’allant et de relance en montagne, ce Volvo n’en est pas moins suffisamment puissant et coupleux pour une utilisation courante sur route et sur autoroute. Globalement, le nouveau XC 90 se conduit facilement, vire plutôt à plat et permet des parcours serein, même en cycle urbain, où il arrive à faire oublier son gabarit par une agilité de tous les instant, et une précision Presque magique de sa direction.

Le coffre, à la fois vaste, mais pas démesuré s’avère largement suffisant pour une famille en goguette

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6100.jpg

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6101.jpg

Off Road ou pas ?

Elément crucial de notre essai, et beaucoup d’entre vous on voulu savoir ce qu’il en était…. L’Off Road … est-ce que le nouveau XC 90 arrive à tirer son épingle du jeu, malgré une transmission dénuée de quatre roues motrices permanentes ou d’un réducteur. Dans un premier temps, nous l’avons essayé sur des routes un enneigées entre le cold du Lautaret et celui du Galibier. En pur produit suédois, le XC 90 s’affranchi sans encombre de la neige fraîche et des plaques de verglas. Le système AWD, fruit des évolutions du XC70 et de son Haldex des années 2000, réagit Presque en instantané. Le correcteur de trajectoire se montre presque transparent, et remet en ligne, dès même l’amorce d’une dérobade. Par la suite sur quelques chemins pierreux, nous avons pu tester le mode off road, qui se commande depuis la molette générale en arrière que levier de vitesses. Limité à 30 Km/h, ce mode calcule la motricité en permanence.

La camera … ou plutôt les caméras et l’image 360° apportent un véritable confort mental, particulièrement du fait de la destination de ce 4×4. En effet, les utilisateurs du Volvo n’utiliseront pas ou très peu les capacités TT du XC 90. En revanche, ce dernier les assurera et les rassurera en cas de passage un peu délicat. Enfin, avouons que la monte pneumatique ne plaide pas non plus en la faveur de l’off road, ceci étant elle s’est montrée diablement efficace sur neige … et ce, pour une monte mixte.
Repoussant ou addictif ?

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6086.jpg

Après un premier contact un brin frileux, quant à la somme incroyable d’électronique embarquée à bord de ce nouveau XC 90, l’utilisation et l’accumulation de kilomètres, viennent largement contrecarrer cette première impression. Malgré aussi un manque de puissance, ou plutôt de brio moteur, ce 4×4 Volvo a su en permanence, se montrer à la hauteur de nos attentes. Vif sur route et autoroute, se faisant petit et espiègle en ville, il a aussi crapahuté gentiment en montagne. Rassurant et racé, le nouveau XC 90 arrive donc à point nommé pour relever le défi technologique du segment des SUV Premium, et en marge de cela, pour combler les attentes des fidèles de la marque. Elle n’est pas belle la vie ?

Caractéristiques techniques

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, double turbo, monté en position transversale
  • Puissance : 225 ch. À 4250 t/mn
  • Couple : 470 Nm à 2500 trs/min
  • Boite automatique autoadaptative à huit rapports
  • Vitesse maxi : 220 km/h
  • 0 à 100 km/h : 7,8sec.
  • Consommation en utilisation mixte : 8,3/100km durant l’essai
  • Prix : à partir de 49 900 euros, 60 150 euros dans cette finition hors options

essai-volvo-xc-90-d5-momentum-6073.jpg

CATEGORIES
TAGS
Share This

Commentaires

Wordpress (0)
Disqus ( )
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR