Desert Warrior 3.0 L TD  de Karim El Zanaty

Desert Warrior 3.0 L TD de Karim El Zanaty

Desert Warrior 3.0 L TD de Karim El Zanaty.

L’autre dérivé de Land Rover

Le terme de Bowler est en passe de devenir un nom générique tant il englobe tout ce qui se fait de nos jours sur base de pièces Land Rover habillées de composite. À l’origine de cet amalgame au milieu duquel l’amateur perd son latin et sa clé de 13, on trouve évidemment les vrais Wildcat, et Némésis dont le créateur n’est autre que le fameux Drew Bowler bien connu des amateurs d’Univers Land.

Pour Karim El Zanaty, le rallye raid est une passion depuis les grande année du rallye de Pharaons organisé par Fenouil. À bord de son Desert warrior, c’est Mohammed Aly qui a en charge la navigation. Si ce dernier n’a pas la carrure du boxeur, il est en revanche un roi du “coup de nav“….

Desert Warrior 3.0 L TD  de Karim El Zanaty

Mais, parmi les dérivés associés à ce concept innovant qui à fait fureur dans le monde du rallye raid, s’il y a quelques “Beau leurre“ et “Roxer“ hexagonaux, l’alternative performante existe. Elle vient elle aussi d’Angleterre, elle fut créé il y a plus de 10 ans par Paul Round, autre passionné. Celle-ci porte un nom qui en dit long ; Desert Warrior. Nous avons rencontré Karim El Zanaty, pilote égyptien, qui a trouvé avec ce petit monstre, qu’il a choisi bleu, de quoi assouvir sa passion pour les courses dans le désert. Moins médiatiques que les Bowler, les Desert Warrior évoluent pourtant chaque année, il est ainsi actuellement l’un des choix intéressants pour budget “Gentleman racer“.

Sans se lancer dans l’arbre généalogique de ceux qu’on dénomme aujourd’hui “Bowler“, sachez que le concept châssis tubulaire et pièce mécanique d’origine Land Rover est bien né chez nos amis anglais dans la petite ferme de Drew Bowler. C’est Paul Round, l’un des premier client à réclamer une machine de ce type, déçu par l’engin trop peu fiable et pas assez modulable lorsqu’il participa à son premier Dakar en 1998 qui joua bien vite les dissidents. Si Drew Bowler continua à développer son Wildcat sans véritables changements, il cède son concept en 2009 à QT Services afin de se lancer dans le développement de son Nemesis (ligne inspirée du Range Sport Land Rover) à suspensions indépendantes. Mais Paul Round suivait sa voie, le Desert Warrior restera fidèle au “Cheap and Fun“ .

Reprenant le principe de base, il créa dés 1999 son Desert Warrior, sorte de kit car sur un châssis tubulaire acier CT45 Chrome Molybdène, mais, il choisit d’entrée les motorisations turbo diesel BMW, moins noble, certes, mais fini les soucis rencontrés avec le légendaire V8. Si côté carrosserie, on est très proche, elle permet pourtant de faire la différence au premier coup d’œil aujourd’hui. Pour faire simple, en résumé, les Bowler ont des bouilles de Defender ou de Range Sport, les Desert Warrior celle du Freelander première série (mais seconde génération).

Contrairement aux Wilcat, les Desert Warrior sont taillés sur mesure. La preuve ? Voici 3 formats de pilotes bien différents qui courent sur le petit Anglais. Mike Jones, Paul Round respectivement figure de Rallye Raid UK et créateur du Warrior. À droite l’un des autre client maison, David Bensadoun, un Canadien qui participera au Dakar 2012 ; Un physique qui en impose !

Le succès du Wilcat en France (pays du rallye raid) est dû à quelques distributeurs passionnés qui en feront leur cheval de bataille, mais pas d’illusion, le Desert Warrior a lui aussi sa part de gloire au niveau international, la preuve ? Il est devenu assez célèbre pour se retrouver dans le jeu Colin McRae Dirt sur Playstation.

L’âme ovale vert…l’aventure

Lorsque vous aurez lu ces pages, vous ne manquerez pas de vous demander ; Que reste t’il d’un Land là dedans ? Deux ponts, deux boîtes et une face avant…Vrai. Mais, face aux manque d’intérêt pour la compétition de la part de Land Rover depuis la fin de la grande époque Halt’Up ! comment nos amis Anglais pouvaient-t’ils réagir ?

Land Rover est une institution, la seule marque Anglaise fabriquée à 100%… At home… Les dingues d’off road comme le sont Drew Bowler et Paul Round, élevés depuis leur plus jeune âge à coup de grandes virées dans les Midlands en Serie I, n’imaginaient même pas une auto de course qui n’aurait au moins l’allure d’un Land.

Pour Paul Round, la seule solution fut de créer une structure qui allait aider les nombreux Anglais, fans du Dakar et autres courses dans le désert, à se lancer dans l’aventure. Rally Raid UK est né en 1999 (désormais Rally Raid International). Aujourd’hui des dizaines d’équipages auto et moto ont profités de l’assistance du camion Rouge 6×6 maison. Comme nous le dit Mike Jones, alias “Beady“ (un colosse de 2 mètres), le bras droit de Paul…On ne joue pas dans la catégorie des plus riches et des mieux équipés sur les rallye raid d’aujourd’hui, mais c’est notre passion commune avec nos clients qui fait qu’on est toujours là…On ne fera pas fortune, on le sait, mais c’est notre choix, celui de la course et de l’aventure…

On ne fait pas plus simple comme tableau de bord. Un moule permet de créer celui-ci en composite léger. L’instrument principal est placé au centre ; un écran AIM.

Paramétrable selon vos choix, on y trouve le nombre de tours moteur, les températures sélectionnées, la jauge carburant, la vitesse, les pressions, le rapport de boîte.

Au centre, outre les interrupteurs de phares, ventilation, extincteurs, on trouve les trois boutons magiques du compresseur ARB et des blocages avant et arrière de différentiels.

Côté copilote, du classique avec un Terratrip 303+ et les supports des GPS fournie par les organisations.

Chose promise, Karim possède à bord une balise Spot. La famille veut savoir où il se trouve lors de ses aventures.

Pour Karim El Zanaty notre égyptien de 41 ans propriétaire de ce Desert Warrior, c’est en confiance que l’on entre dans le clan de Paul Round…Lorsque j’ai rencontré “Beady“ sur le Rallye des Pharaons 2004, j’ai compris qu’on avait la même passion. L’année suivante, je louais un Warrior et au bout de 10 km sur la première spéciale, j’ai tout cassé sur une faute de pilotage. Avec cette équipe, j’ai quand même fini 16e du rallye aux pieds de mes pyramides… Les années suivantes, je m’embarque même sur le Dakar pour aider cette équipe incroyable à gérer l’assistance des nombreuses motos du Team.

L’habitacle est déjà spacieux lorsqu’il est standard, mais selon les mensurations des clients, la cloison et l’arceau peuvent laisser plus d’espace. Un atout majeur par rapport au Wilcat de Mr Bowler.

desert-warrior-020.jpg

Les ouvrants ultra-légers donnent accès au poste de pilotage mais aussi à la partie arrière du Warrior facilement. En cas de panne, l’accessibilité aux différents organes est facile. Côté gauche, on trouve pompes, filtres et radiateur, carburant ainsi que pelle et plaques sable. Côté droit, c’est le cric et la corde ainsi que la clé pour démonter les roues.

desert-warrior-023.jpg

desert-warrior-024.jpg

desert-warrior-028.jpg

L’écope de toit dirige l’air vers le radiateur et ses deux puissants ventilateurs électriques. L’huile moteur et boîte ne sont pas en reste, le refroidissement est assuré par deux radiateur placés au dessus de l’intercooler avant.

Séduit par les réelles performances du Desert Warrior, Karim cassera sa tirelire, trouvera quelques sponsors afin de s’offrir son premier Warrior. Sur le Pharaons, sa course favorite, il s’offre en 2008 la première place des T1 Diesel. En 2009, sur le nouveau modèle qu’il pilote aujourd’hui, il finit second du Championnat Égyptien et second diesel de l’Africa Race 2010…Aujourd’hui, je participe au Tuareg Rally avec l’équipe d’assistance Rally Raid International car il fait partie de notre programme d’entraînement (petit budget), en vue du prochain Dakar pour certains et de l’Africa Race pour moi…Cette auto ne joue certainement pas dans la catégorie des ténors actuels, mais c’est une sacrée machine que nous découvrons… Capable de rivaliser avec bien des autos de gentlemen racer tous aussi passionnés que moi sur l’Africa Race… Déclare enfin Karim. Pour lui, ce challenge déjà difficile est tout à fait à la portée du coût raisonnable de ce Desert Warrior.

Fruit de l’expérience, les deux boutons commandent les vérins hydrauliques très pratiques en ces de crevaisons ou d’ensablement.

desert-warrior--8.jpg

Côté transmission, le petit Warrior fait dans l’efficace et le solide. La boîte de vitesse Tremec est une ZF GS-53 à 6 rapports (celle des Aston Martin) alors que la boîte de transfert 2 rapports est l’incontournable LT 230 Land Rover. Si le client ne souhaite pas investir dans la boîte Tremec, il peut faire le choix économique de la R 380 Land Rover à 5 rapports.

108 000€ le guerrier…

Cette version dénommée D4-WN1 est la plus récente du Desert Warrior conçu en 1999. S’il fut considéré à ses débuts comme une copie du Bowler Wilcat car né de ce désaccord entre Paul Round et Drew Bowler, il est loin de jouer les pâles répliques. Il est tout à fait différent, non pas par son concept, mais dans la multitude des détails qui en ont fait la machine actuelle sure. Si l’on est loin des performances des protos de pointe d’aujourd’hui, une bonne mécanique diesel et deux ponts rigides sont encore des atouts robustesses qui ont de beaux jours devant eux en rallye raid quand on est limité par son budget.

À l’arrière, on dispose des 3 indispensables roues de secours sanglées.

Le modèle 2009 du Warrior reprend la dernière évolution du châssis tubulaire maison utilisant des tubes d’acier T45 Chrome molybdène de diamètres 73, 52 et 38 mm. On y greffe deux ponts issus du légendaire Discovery II aux voies larges, guidés par de solides tirants bi tubes. Les arbres de transmissions sur mesure rejoignent la boîte de transfert Land Rover LT 230 réputée indestructible. Si la position de la boîte de transfert impose des arbres spécifiques, c’est que l’ensemble boîtes et moteur se trouve en position central avant pour un bon équilibre.

Les ponts avant et arrière des Warrior sont toujours ceux des Discovery II irremplaçables par leurs voies larges. Avec des empattements compris entre 100 et 110 pouces les Warriors sont des modèles en tenue de cap sur pistes rapides.

desert-warrior-054.jpg

desert-warrior--7.jpg

Côté moteur, chez nos amis Anglais on est resté fidèle au 6 cylindres 3.0 litres turbo diesel BMW des débuts, mais c’est ici la version D2 du bloc Allemand. Celui-ci développe entre 210 et 260 ch selon les réglages, pour un couple qui atteint environ 600 Nm. Si en standard Land Rover reste dans le coup avec la boîte 5 rapports R 380 (celle des defender jusqu’au Td4), on peut aussi s’offrir la boîte Tremec 6 rapports qui équipe bien des américaines et aussi les Aston Martin.

desert-warrior-055.jpg

Sous le capot trône fièrement le légendaire 6 cylindres 3.0 litres turbo diesel BMW (modèle D2) en position centrale avant. Ce bloc très “light“ (135 kg) offre selon les réglages entre 210 ch et 260 ch et quelques 600 Nm de couple. L’équipement de base compte bien sur un Snorkel et un échappement inox court.

desert-warrior-030.jpg

L’électronique moteur vous fait encore peur ?  Mike Jones alias “Beady“ a résolu le problème. Tous les Desert Warrior  sont livrés avec la petite mallette à malice. Elle contient un vieux téléphone portable chargé du programme RaBe (BMW diagnostic) et sa connectique réservée aux situations les plus compliquées. Dans la majorité des cas, il suffit de brancher le petit module fourni sur la prise diagnostique du moteur qui se chargera d’annuler automatiquement les principaux codes pannes moteur connus et de rallier l’arrivée.

desert-warrior-036.jpg

desert-warrior-037.jpg

Ça sent l’expérience vécue. Courroie et plan de montage sont toujours indispensables.

Les suspensions standards font appel à des combinés Fox simples et solides, mais si l’on veut jouer dans la cour des grands comme ici, les 8 combinés Reiger sont recommandés (240 mm de débattement). Séances d’essais et de réglages en vue.

Si les Desert Warrior sont proposés avec en standard des suspensions Fox, Karim a choisi l’option Reiger. C’est ainsi qu’il roule avec 8 combinés à bonbonnes séparées réglables en compressions et détentes. À l’arrière, on reprend une solution identique, le débattement de 240 mm offre un confort de pointe.

desert-warrior-044.jpg

Le freinage est assuré grâce à des disques Land Rover équipés d’étrier Hispec Motorsport à 4 pistons.  Les pneus sont les classiques BF Goodrich 235/ 85 x 16 Mud Terrain.

desert-warrior-059.jpg

desert-warrior--9.jpg

desert-warrior-049.jpg

Le réservoir de 260 litres fait aussi partie des classique maison de cette version “Dakar“. Si cela peut paraître beaucoup pour le très économique moteur BMW, c’est Paul Round qui reste intraitable à ce sujet…1 000 km d’autonomie, c’est indispensable sur un Dakar…Il se souvient d’une édition où il fut l’un des seuls à rallier l’arrivée de la spéciale à Tichit dans les temps. Pour les autres ce fut la galère faute de ravitaillement en carburant insuffisant de la part d’ASO.

Le Desert Warrior est bien protégé pour aller jouer sur les pistes rocailleuses et dans les dunes où ski avant et blindages ôtent toutes appréhensions.

desert-warrior-050.jpg

Il ne nous restait plus qu’à monter à bord de cette auto à la bouille de Freelander, le fruit de 10 ans de développement sur toutes les pistes de la planète. 108 000€ le Desert Warrior flambant neuf c’est bien tentant sur le papier, vite poussons le bouton du démarreur.

Un vrai guerrier…Pour le fun

Dans l’habitacle on est à l’aise par rapport à un Wildcat, on ne manque pas d’espace et la planche de bord très simple avec son afficheur AIM. Le large pare brise emprunté à un Mitsubishi Pajero permet même au plus grand d’entre nous de conserver une vue imprenable sur la piste. Et il vaut mieux avoir l’œil vif, car dés les premiers rapports envoyés, on réalise que l’on a bien 6 cylindres de BMW sous le long capot. Le Td5 (le 5 cylindres TD du Defender de 1999), monté sur les Wilcat version diesel peut toujours s’accrocher, il est très loin derrière question souffle et allonge. Avec quelques 210 ch disponibles sur le Warrior de Karim ça tire court et l’on est vite à jouer sur les derniers rapports bien au-dessus du raisonnable.

desert-warrior-.jpg

desert-warrior-060.jpg

Filtre à air, boîtier de direction, système de frein et d’embrayage ont été fiabilisé depuis 10 ans.

desert-warrior-039.jpg

desert-warrior-040.jpg

Mais le Desert Warrior est sain, le plaisir du pilotage est droit devant sur les pistes rapides, sinueuses. Après quelques kilomètres, il n’est pas si difficile de tenir cette cadence rallye raid élevée. En confiance face à cette auto légère (1680 kg) et bien équilibrée qui réagit à chaque coup de volant, chaque sollicitation du pied droit et qui freine puissamment, le jeu de piste n’a rien d’un combat, c’est du 100% pilotage plaisir. La saignée, la bosse, l’ornière, le saut, les appuis, la glisse des 4 roues sont négociés sans appréhensions. Bien sûr, avant de savoir tirer tous les avantages de ce petit guerrier, il faudra du temps, mais il pardonne bien des erreurs grace à son empattement long (ici 110 pouces) et c’est là aussi un bel atout.

desert-warrior-062.jpg

desert-warrior-063.jpg

On attendait les premières dunes avec ce petit pincement au cœur. L’image de l’ensablement, des pelles, des plaques, du cric qui plane au-dessus de votre tête…Ça n’a rien d’enchanteur, sachant que le déshonneur est à la clé et que l’apéro du soir suffira à peine à faire oublier cet écart de conduite. Concentré, il faut trouver la voie, la bonne et ne pas se planter d’entrée. Surprise encore, le Warrior possède bien l’ADN des Wilcat, véritable Karting des sables. Le couple fabuleux du moteur BMW remplace sans brutalité la pêche du V8 et l’on est vite à oublier les contraintes de la boîte de vitesse bien étagée. En 2e où 3e longue, si ça rugit dans l’habitacle, la motricité incroyable nous transforme en homme du désert, juste concentré sur l’horizon vacillante et la meilleure trajectoire à emprunter face à la prochaine dune. Sans être un pro des cordons de dunes, passer devient un jeu. Un sacré dromadaire que ce Desert Warrior !

desert-warrior-057.jpg

desert-warrior-058.jpg

Pour Karim, que nous remercions ici de sa confiance, cette auto est vraiment parfaite si l’on fait le rapport prix/ performances. Après 6 rallyes à son bord, il ne rêve pourtant que de s’en séparer. Mais ce n’est en aucun cas par déception, bien au contraire, c’est pour s’offrir le nouveau modèle ! Si notre petit guerrier de sable vous a séduit, sachez que d’occasion il faut compter environ 75 000€ pour ce modèle 2009 révisé et équipé d’un moteur neuf. Encore quelques semaines à attendre pour Karim. Le nouveau Desert Warrior dernière évolution est magnifique. Il reprendra la recette qui a fait le succès de l’auto, plus un atout séduction ; La face avant du nouveau Range Evoque. Tarif annoncé 130 000€. L’équipe de Rally Raid International tente de joindre Victoria Beckam pour le lancement. En tout cas, nous y serons…Nous.

Autre nouveauté signée Rally Raid UK. Une jante Compomotive spéciale Dakar ? Comme vous le savez, les pistes à Fechfech ont fait de gros dégâts sur la dernière boucle Sud Américaine. Si cette poussière de sable impose de rouler à basse pression, les camions rapides en extirpent les cailloux. Autant dire que basse pression et cailloux ne vont pas ensemble lorsqu’il s’agit de pneumatique. La solution qu’apporte cette jante et une protection accrue de la valve qui s’arrache facilement. Ensuite, les flancs du pneu sont bien mieux maintenus grâce à une forme intérieure de jante étudiée ce qui évite de déjanter lorsque l’on roule avec 800 gr. Demandez donc le modèle Atacama…Un nom qui en dit long.

CATEGORIES
TAGS
Share This

Commentaires

Wordpress (0)
Disqus ( )
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR