Essai du nouveau Mitsubishi L200 Pick Up en version Club Cab

Essai du nouveau Mitsubishi L200 Pick Up en version Club Cab

Les dernières législations sorties sur les pick up et qui ne concernent que la France, ont ajouté  des taxes colossales sur les véhicules à 5 places uniquement. Le seul recours pour éviter les plus de 10 000  € de malus CO2 et la TVS pour les entreprises, c’est donc de choisir un pick up à 4 places. Cela tombe bien, car je viens d’essayer le nouveau Mitsubishi L200 2.2 l Club Cab (cabine approfondie).

 

Tout nouveau, tout beau, tout chaud, le voilà donc le L200 dans sa 6ème version. Et vous n’avez qu’à regarder les photos ci-dessous pour vous rendre compte de l’énorme évolution au fil des années du L200 qui fête ses 40ans. Happy Birthday !

Avant de passer en revue la nouvelle bête, faisons un petit historique des pick up Mitsubishi

1ère génération : en 1978, sort le pick up appelé FORTE au Japon. C’est un simple cabine avec un bloc essence de 2.0l, un moteur 2.6 l est disponible pour l’Amérique du Nord, un 1.6l pour le Japon et enfin un diesel 2.3l pour l’export.

2ème génération Mars 1986 : le modèle est refondu, il dispose de trois carrosseries : Single Cab (court et long), Club Cab et Double Cab. Des nouvelles transmissions deux et quatre roues motrices sont disponibles, avec des moteurs essence 2,0L et 2,6L, ainsi qu’un 2,5L Diesel (évolution du 2,3L)

3ème génération Novembre 1995 : Le nouveau pick-up L200 STRADA est lancé en Thaïlande. • L’usine thaïlandaise de Laem Chabang exporte vers le reste du monde. Il est disponible en  Single Cab, Club Cab et Double Cab, avec des motorisations Diesel 2,5L ou 2,8L. La transmission intégrale reçoit l’innovant système « Easy Select 4WD ».

4ème génération Août 2005 • Le pick-up Triton est lancé en Thaïlande. Les ventes sur les autres marchés suivent petit à petit en : Single Cab, Club Cab, Double Cab. Nouvelles motorisations : 2,5L et 3,2L Diesel à rampe commune. Transmissions : 4×2 et 4×4 avec les systèmes « Easy Select 4WD » ou « Super Select 4WD ».

5ème génération Novembre 2014  : la cinquième génération est d’abord lancée en Thaïlande, puis sur les autres pays.  Single Cab, Club Cab avec doubles portes et Double Cab. Motorisations : nouveau 2,4 L MIVEC turbodiesel, 2,5 L turbodiesel et 2,4 L essence. Transmissions : 4×2 et 4×4, avec système « Super Select 4WD-II » désormais avec commande électronique

Nouveau Mitsubishi L200 2.2 l Club Cab

J’en vois certains déjà se demander pourquoi je vous parle du Club Cab à 4 places et non pas du Double Cab à 5 places. Et bien c’est simple, si vous n’êtes pas encore au courant, depuis le 1er juillet, les pick up à 5 places sont soumis au malus écologique avec la taxe CO2. Cette taxe est de 10 500 € au delà de 191 g CO2/km. pour les entreprises, elles ne peuvent pas récupérer la TVA sur les pick up à 5 places et sont assujetties à la TVS ….. en plus si votre voiture émet plus de 245 g de CO2 par kilomètre, vous devez payer la taxe annuelle dont le montant s’élève actuellement à 160 €. Donc autant dire que les ventes de doubles cabines vont se compter sur les doigts d’une main.

Il a de la gueule le Mitsubishi L200

Il a de la gueule le Mitsubishi L200

Alors que nous réserve ce nouveau L200 est-ce juste un facelift (relookage) ou une vraie nouvelle version ? C’est ce que nous allons voir.

Tout d’abord, le premier gros changemen est au niveau de la motorisation. Avec nos normes européennes de plus en plus restrictives en terme d’émission de CO2 et de NoX, tous les constructeurs doivent se diriger vers des moteurs moins gourmands, émettant moins de gaz polluants et de particules fines. Donc la solution, c’est de mettre de plus petits moteurs. Evidemment nous autres pratiquants de tout terrain ça ne nous arrange pas, mais il nous faudra faire avec. Pas la peine de râler contre Mitsubishi, ils n’ont pas vraiment le choix. C’est donc un 2.2 l quatre cylindres de 150 ch (appelé 4N14) et doté de 400Nm de couple à partir de 1750 trs/min qui est implanté sur le nouveau L200. Exit le 2.4 l Did de 181 ch. Une seule motorisation, une seule puissance et compatible à la norme Euro 6d temp.

En version Club Cab, seule une boîte mécanique à 6 rapports est disponible. Là encore j’en vois certains se dire « c’est dommage moi je préfère la boîte auto », d’autant plus que Mitsubishi dispose d’une nouvelle BA à 6 rapports, plus performante que l’ancienne à 5 vitesses. Mais car il y a toujours un mais … la majorité de ventes mondiales de L200 à boîte auto se fait sur des doubles cabines. Mitsubishi devrait donc faire une série spécialement pour notre marché français, cela paraît compliqué et cher. En effet nous sommes les seuls au monde à imposer des taxes sur les doubles cabines, youpi ….

Revenons à nos moutons et aux nouveautés sur le L200. Le châssis a été renforcé pour lui apporter plus de rigidité, ça c’est un bon point pour nous autres quatquatreux, plus c’est solide mieux c’est.

Les suspensions ont aussi été revues. Je rappelle que le L200 est en roues avant indépendantes triangulées et en pont rigide avec des lames à l’arrière, du traditionnel somme toute.

Mitsubishi L200 2.2 l quatre cylindres de 150 ch (

Mitsubishi L200 2.2 l quatre cylindres de 150 ch

Un look, mais quel look ?

Le L200 nous avait plutôt habitués à une ligne assez légère et épurée pour un pick up. Et bien c’est fini ! le nouveau L200 affirme sa gueule de conquérant des pistes avec une large et haute calandre (que j’aime bien). Il vient se positionner face à son rival américain avec son allure dynamique et agressive et ses touches de chromes. Cela le change radicalement mais dans le bon sens, après tout c’est un utilitaire, un 4×4, un engin qui est capable de bouffer de la piste alors autant affirmer son style.

C’est un peu « monsieur plus » cette face avant, capot relevé, calandre massive, présence d’angles, c’est mieux sculpté qu’auparavant. Ca respire le costaud.

A l’intérieur, pas de révolution mais des améliorations, certains plastiques qui, avant, étaient durs deviennent moussés, par exemple pour le genou du conducteur, la console centrale est revue, le tableau de bord est plus lisible, bref de petites choses mais qui sont appréciables.

 

 

Le système multimédia par contre ne possède pas de navigation intégrée. Ca vous paraît bizarre ? Moi je trouve ça plutôt logique, pourquoi faire payer un GPS de navigation à une époque où tout le monde a diverses applications sur son smartphone qui font le job. Vous voulez le GPS alors hop branchez votre mobile via Apple Car Play ou Androîd auto et le tour est joué. Au passage économisez quelques centaines d’euros, mais oui regardez par exemple combien coûte l’option navigation sur certains modèles concurrents, vous allez halluciner.

La transmission 4×4 du L200

Mitsubishi possède un système de transmission appelé SUPER SELECT 4WD-II  disponible sur les finitions Intense et Instyle et du système  Easy Select sur l’entrée de gamme Invite. Ces deux transmissions ont une gamme de vitesse courte. Mais je vais être tout à fait clair avec vous, si vous voulez un Mitsubishi L200 passez d’emblée à la version INTENSE pour bénéficier de cette transmission.

SUPER SELECT 4WD-II quézaco ?

Derrière ce nom se cache le plus gros atout du L200 : pouvoir rouler sur route normale en 4 roues motrices. Alors là, je vois que j’en ai perdu quelques uns, genre « bah tous les pick up ont un mode 4×4 alors bien sûr on peut rouler sur route en 4×4« . La réponse est simple et sans appel : NON !

Pourquoi ? Tout simplement parce que les autres pick up (je parle en Club Cab) sont tous dotés d’un mode 4×4 oui mais avec un différentiel central bloqué. Ce qui signifie que sur route à chaque virage, vous allez tirer sur la transmission avec le risque de la détériorer, de la casser et au final de la broyer ! Alors que notre brave Mitsubishi, lui, a un différentiel central à glissement limité qui lui permet et c’est le seul pick up, je le répète (en version 4 places) à pouvoir rouler sur route en mode 4 roues motrices. Faites attention, certains vendeurs, je ne citerai pas de marques, peu scrupuleux ou tout simplement qui n’y connaissent rien vont vous affirmer le contraire.

Donc youpi, le L200 apporte un vrai plus par rapport à sa concurrence, car comme chacun le sait, la tenue de route d’un pick up en propulsion, surtout si il n’est pas chargé, n’est pas au top lorsque la route est un peu grasse, sous la pluie, dans les ronds points humides, etc. Ici plus de soucis, il suffit d’enclencher le mode 4H. on peut même le passer en roulant jusqu’à 100km/h, c’est pas beau ça ?

Les modes du SUPER SELECT 4WD-II

En utilisant la molette de sélection, vous pouvez passer du mode 2WD (2H) au mode 4WD (4H) d’un simple geste en roulant (enclenchable jusqu’à 100 km/h) et profiter de toute la sécurité d’une transmission intégrale permanente. Sur terrains accidentés, vous pouvez verrouiller le différentiel central en passant sur le mode 4HLc ou le mode de gamme courte 4LLc pour les terrains abrupts.

  • 2H (Conditions normales) Idéal pour la conduite en ville et sur autoroute, ce mode de propulsion aux roues arrière permet de bénéficier de performances régulières dans un confort et un silence extrême, tout en optimisant la consommation.
  • 4H (Routes accidentées et conditions dangereuses) Les 4 roues motrices procurent stabilité et sécurité. La répartition du couple arrière se fait à 40/60 tout en s’adaptant selon l’adhérence des roues.
  • 4HLc (Terrains accidentés et surfaces de faible adhérence) Grâce à une répartition égale de la puissance sur les roues avant et arrière, ce mode permet de franchir facilement des surfaces offrant peu d’adhérence.
  • 4LLc (Terrains escarpés, boue, sable, neige profonde…) La gamme courte permet de rehausser la puissance à faible régime pour gravir des pentes abruptes ou se tirer de situations difficiles telles que la boue ou la neige.

Mon essai et mon avis sur le Nouveau Mitsubishi L200 2.2 l Club Cab 2020

C’est dans la montagne au dessus d’Isola 2000 que j’ai pu essayer le nouveau L200. Le terrain de jeu était plutôt sympa avec de belles pistes d’abord roulantes puis ensuite des zones avec de grosses montées dans les cailloux.

La prise en main du L200 me paraît simple, on y est bien assis et les commandes tombent bien sous la main. On change facilement de mode de transmission avec la molette et j’aime bien aussi le blocage de différentiel sur le pont arrière rigide.

C’est parti pour la balade. Mon premier sentiment est que je ne suis pas trop chahuté au niveau du train arrière, il sait rester assez souple pour un pick up, car nous ne transportons rien à l’arrière, la benne est vide. Pas trop de coup de raquettes, c’est maîtrisé. Cependant ne vous attendez pas au confort d’un 4×4 standard, un pick up reste un pick up et sa vocation c’est d’être une bête de somme qui permet de transporter une tonne. C’est donc normal qu’à vide la suspension ne soit pas à son top mais ici ça n’est pas désagréable.

Partons ensuite affronter deux belles montées, on passe en gamme courte (à l arrêt évidemment), on le tient un peu dans les tours pour éviter un arrêt de progression et c’est parti. Comme prévu le L200 ne bronche pas malgré les cailloux et les pierres qui roulent sous ses pneus (d’origine) en 18″. Creux et bosses sont avalés sans soucis même si je suis secoué dedans, après tout c’est aussi ce qu’on aime en tout terrain, celui qui n’aime pas quand ça chahute n’a qu’à rester sur l’asphalte. En quelques minutes j’arrive à notre destination, tout en haut du télésiège.

La descente se fait au frein moteur là encore tout va bien.

Sur cet essai de quelques heures en tout terrain sur des pistes ouvertes, le L200 fait le job et se comporte tout à fait bien.

Seul petit bémol, le passage des vitesses qui, je trouve, raccroche un peu et est un peu dur.

Sur route, le lendemain on apprécie son confort (toujours en le comparant à ce qui se fait dans la gamme pick up). La route était sèche mais nul doute que tout le monde appréciera le mode 4H  sur route mouillée ou un peu grasse.

Par contre, petit moteur 2.2 l oblige c’est un peu court en puissance. C’est suffisant mais il faut jouer des rapports pour rester un peu dans les tours et bénéficier du couple. Là encore rien de rédhibitoire, c’est une question d’ habitude. Mais quelques chevaux de plus auraient été appréciables. Par contre on risque d’y gagner en conso.

 

 

 

 

 

 

CATEGORIES
TAGS
Share This

Commentaires

Wordpress (0)
Disqus (0 )
X
X
Journal du 4magazine 4x4 & SUV

GRATUIT
VOIR