Le Dakar de Nicolas Gibon 2014

Le Dakar de Nicolas Gibon 2014

Le Dakar de Nicolas Gibon

Nicolas Gibon participe au Dakar 2014 au sein du Team Autobody Japon qui concourt dans la catégorie T2 avec deux magnifiques Land Cruiser 200.

podium_depart.jpg

nicolas_gibon_dakar.jpg

Vérifications et départ à Rosario : Nicolas Gibon et son copilote Akira Miura ont franchi avec succès cette 1ère étape du Dakar, à savoir le passage des vérifications. La journée est idéale: le temps est magnifique, la température est de 30 degrés. Mais Nicolas est fiévreux. Il a dû passer le reste de la journée couché au fond de son lit d’hôtel pour se reposer. Une bonne nouvelle cependant le rassure: il a beaucoup plu les jours précédents, ce qui est de bonne augure pour les spéciales à venir. Ils auront donc beaucoup moins de poussière derrière les premiers concurrents.

Rosario – San Louis : Très bonne spéciale pour l’équipage n° 344: aucune crevaison, (alors qu’il y avait de quoi laisser des roues complètes sur la piste) et un franchissement de dunes quasi irréprochable. « Quasi » car il a fallu qu’ils s’y reprennent à 2 reprises à 2 ou 3 endroits différents pour monter des dunes assez hautes. Ils ont mis 9 minutes de moins à la régulière que Jun Mitsuhashi (pilote du second Land Cruiser 200 du Team, copiloté par le français Alain Guéhennec). Ils terminent cette 1ère étape plutôt satisfaits d’autant plus que celle du lendemain s’annonce compliquée : de nombreuses pistes à flanc de montagne où il sera difficile de dépasser.

etape_1-1.jpg

etape_10-1.jpg

San Louis – San Rafael : Il fait très chaud. La spéciale a donc été raccourcie d’une cinquantaine de kilomètres et l’équipage en était bien heureux. Tout s’est à peu près bien déroulé, hormis une petite crevaison au kilomètre 70 dans un passage d’épineux. Nicolas est quand même satisfait de cette journée car malgré ce petit incident ils n’ont perdu qu’une minute et 20 secondes sur Jun, qui, lui, n’a eu aucun problème. Nicolas et Akira ont bien roulé et le Toy n’a pas souffert. Ils espèrent que demain sera une spéciale sans aucun problème pour eux. Cette spéciale sera en effet très longue, environ 500 kilomètres de secteur chronométré, avec une coupure au milieu de 160 kilomètres. Elle est réputée difficile et piégeuse du fait de nombreux oueds encore en eau à traverser.

San Rafael – San Juan : Encore une journée qui a été très difficile. Ils ont fait la 1ère partie de la spéciale dans une poussière latente car il n’y avait pas de vent. Du coup, ils n’ont pas pris de risque et ont perdu 11 minutes sur Jun qui n’a eu personne pour le gêner. En plus, ils ont crevé une fois dans cette 1ère partie de la spéciale. Dans la 2nde partie, cela été beaucoup mieux. Ils ont redoublé quasiment tous les concurrents qui leur étaient passés devant et ils ont surtout repris 6 minutes sur Jun. L’écart diminue mais Nicolas attend surtout les spéciales de dunes qui creuseront les écarts entre tous les concurrents.

etape_2-1.jpg

etape_2-2.jpg

etape_2-3.jpg

San Juan – Chilecito : Une journée très chaude, plus de 60 degrés au milieu des dunes. Nicolas a rarement eu aussi chaud au cours d’une spéciale. Au début, il culpabilisait d’une préparation approximative mais quand il a vu l’état d’autres équipages de pointe, cela l’a rassuré. La 1ère spéciale, s’est bien déroulée même si ils ont dû s’arrêter plusieurs fois pour laisser refroidir le moteur du Toy qui montait dangereusement en température. En fin de spéciale, Nicolas a laissé Jun derrière et lui a pris 16 minutes. Par contre dans la 2nde spéciale du jour, ils ont souffert d’un problème de puissance qui les a obligé à s’arrêter tous les 10 kilomètres avant l’arrivée. Jun a ainsi pu combler son retard. Ils finissent tout de même 2 minutes devant lui et surtout ils ont préservé le véhicule, ce qui n’est pas forcément son cas. Demain sera plus roulant et plus facile avant une étape de repos bien méritée. Comme certains l’ont dit au départ, la victoire en catégorie T2 se jouera entre Jun et Nicolas qui ont des véhicules très bien préparés par le Team Autobody.

etape_10-2.jpg

Chilecito – San Miguel de Tucuman : Cette journée s’est déroulée sans aucun problème pour le n°344 qui est toujours en tête de la catégorie T2 quelques minutes devant son équipier Jun Mitsuhashi.

etape_3-1.jpg

etape_3-2.jpg

San Miguel de Tucuman – Salta : Une belle frayeur aujourd’hui pour l’équipage n°344. Au kilomètre 50, dans la poussière d’un concurrent, Nicolas n’a pas vu un virage et le Toy est parti dans le fossé. Un arbre les arrête. Les dégâts de carrosserie sont assez importants mais surtout cette sortie de piste a endommagé le radiateur du circuit de refroidissement et la direction assistée. Pour cette dernière, les 200 derniers kilomètres de la spéciale se feront sans. Donc autant vous dire que Nicolas n’avait plus de poignets, de bras et d’épaules à l’arrivée. Pour ce qui est du radiateur, il leur a fallu le réparer. Pour cela, ils se sont arrêtés dans un village de 20 habitants. Cette population leur est venue en aide avec un tracteur pour redresser la façade avant du Toy. Ensuite, grâce à l’application d’une soudure à froid, la réparation fut réalisée. Puis ils sont repartis et n’ont perdu que 2 heures dans cette déconvenue. Ils sont donc redescendus au classement général avec un peu plus de 1 heure 30 de retard sur Jun. Le Dakar n’est pas fini, il faut garder espoir. La journée de repos demain va permettre aux mécaniciens de l’assistance de réparer tout cela et à leur équipage de se reposer. Cela leur fera le plus grand bien.

etape_4-1.jpg

etape_4-2.jpg

Salta -Salta : Sur cette boucle autour de Salta, la spéciale s’est bien déroulée. Ils n’ont dû s’arrêter qu’une seule fois pour faire une « pause pipi », Nicolas n’en pouvait plus. Sinon, ils se sont pas trop mal défendus, étant donné que la spéciale s’est déroulée en moyenne à 3500 mètres d’altitude. Le Toy était un « vrai poumon », vu que qu’ils sont partis dans les derniers, ils ont doublé 33 4×4 et en prime ils ont repris environ 5 minutes sur Jun.
Pourvu que cela dure .

etape_5-1.jpg

Salta – Calama : Cette étape était annoncée comme une étape de transition en attendant le « gros » du Dakar à partir du lendemain. Cela s’est pas trop mal déroulé pour eux, à part une crevaison qui les pénalise de 3 minutes. Et oui, il leur faut si peu de temps pour cette opération. Ils gagnent 2 minutes sur Jun et surtout ils remontent de 2 places au général pour être 27ème. Nicolas pense que pour le top 20, c’est fini mais le top 25, il y croit encore.

etape_6-1.jpg

Calama – Iquique : La 9ème étape s’est bien passée pour notre équipage même si Nicolas a serré les fesses pendant les 30 derniers kilomètres. Le cardan avant gauche du Toy grognait méchamment à cause d’un soufflet qui s’était démanché. Il a cru que ça n’allait pas tenir mais en fait le véhicule les a emmenés à l’arrivée. Dans la grande descente d’Iquique, ils ont roulé seulement à 80 km/h à fond de troisième avec le pied sur le frein pour contrôler la vitesse. Imaginez, une descente de plus 30% sur 3 kilomètres en sable avec une vue sur l’océan Pacifique et en bas le bivouac du Dakar. C’était magnifique mais attention car si on part en tonneau dès le haut de la pente, on finit « en vrac » en bas. Ils ont repris 10 minutes sur Jun mais il doit contrôler sa course maintenant, à 3 jours de l’arrivée. Le tout pour Nicolas, est de gagner un maximum de spéciales en catégorie T2.

etape_7-1.jpg

etape_7-2.jpg

Iquique – Antofagasta : Une étape bien coriace surtout les 60 premiers kilomètres pour les concurrents de cette édition. Les dunes étaient très molles et il leur a fallu dégonfler beaucoup. Nicolas et Jun sont sortis en même temps des dunes par le plus grand des hasards. Ensuite, Nicolas s’est dit qu’il valait mieux laisser passer son co-équipier devant pour s’assurer une place l’année prochaine au sein de ce team très performant. C’est disons une stratégie à long terme pour lui. Elle ne payera pas cette année mais l’année prochaine, il reviendra encore plus fort. En attendant, il leur reste encore 2 grosses étapes. Pour en revenir à la spéciale du jour, après les dunes cela a été assez roulant et ils ont tout de même éclaté un pneu sur une pierre. Nicolas pense que cette journée risque de faire des dégâts et il s’estime heureux d’être encore en course.

etape_8-1.jpg

Antofagasta – El Salvador : Cela a été une journée particulièrement longue mais pas trop difficile. Nicolas et Akira ont du s’arrêter pour dégonfler et regonfler avant et après les gros passages de dunes. Ils ont eu aussi une crevaison lente qui les a obligés de changer une roue. Sinon, ils ont fait une bonne spéciale et ils ont joué « au chat et à la souris » avec Jun toute la journée. A 70 kilomètres de l’arrivée, Nicolas en a eu marre de « manger » la poussière de son co-équipier et il lui a montré qu’il savait aussi bien piloter que lui. Du coup, ils lui ont pris 4 minutes sur les derniers tronçons de la journée.

etape_9-1.jpg

etape_9-2.jpg

etape_9-3.jpg

El Salvador – La Serena : Cette avant dernière spéciale a été très copieuse en franchissements de dunes et de rios rocailleux mais Nicolas est enfin satisfait car ils ont réussi à réaliser une spéciale sans crevaison. Il leur reste encore demain qui est le genre de spéciale qu’il n’aime pas trop car elle est à flanc de montagne et donc hyper dangereuse car toute sortie de piste peut être définitive. Pour mémoire, c’est sur cette spéciale qu’ils ont abandonné en 2010 après être tombés dans un trou. La victoire du team est au bout de la piste. Malheureusement, ce ne sera pas celle du français, il faut bien un 1er et un 2nd. Cette année, Nicolas est second mais ce qui le réconforte c’est que le 1er soit son co-équipier Jun.

etape_10-1.jpg

etape_10-2.jpg

La Serena – Valparaiso : C’est la dernière étape de ce difficile Dakar, c’est une spéciale ou ils ont tout à perdre mais rien à gagner. L’équipage du Toy n° 344 a donc assuré avec une bonne conduite pour ne pas sortir de la piste. Son copilote Akira a fait un boulot remarquable tout au long de ce rallye. Ils sont assurés de finir 24ème au général et 2nd de la catégorie T2. C’est un très bon résultat pour le team, le meilleur jamais réalisé en Amérique du Sud pour le team Autobody.

etape_11-1.jpg

etape_11-2.jpg

Rendez-vous pour le prochain Dakar, toujours au volant d’un magnifique Toy…

  Félicitations à Nicolas et à tout le Team Autobody pour leur très belle course sur ce très difficile Dakar 2014.

Texte : Stef Loyer – Photos : Maindru

podium_arrivee.jpg

CATEGORIES
TAGS
Share This

COMMENTS

Wordpress (0)
Disqus ( )