Rallye des Gazelles, l’histoire de l’équipage 146 pour sa première participation

Rallye des Gazelles, l’histoire de l’équipage 146 pour sa première participation

Une belle étape, incroyable expérience  et une équipe formidable :

Rolle 16 mars 17

Voilà, il est 10h30 et le convoi des équipages 146, 153 et 213 se met en route pour le début de cette aventure tant attendue.

Nice 17 et 18 mars

Réveil à l’aurore pour le fameux contrôle technique, excitées et un peu nerveuses mais celui-ci se passe sans problème grâce à la magnifique préparation de ZZKustom et son équipe.

Réunion de toutes les gazelles pour un départ groupé sur la promenade des Anglais, incroyables toutes ces personnes venues voir ce départ pour le Maroc, une énergie folle réunie.

Caroline au volant de sa Jeep pick Up

Barcelone 19 mars

Avant leur arrivée au port de Barcelone, petite nuit à Perpignan. Les voici installées sur la terrasse de la cafétéria du port en attendant l’embarquement de plus de 150 véhicules. Les rires et l’humour vont bon train entre Gazelles, Orga et personnel du bateau.
Disco improvisée sur le toit des véhicules et Radio Concombre font le Buzz.

Dans le bateau, repérage des lieux et premier prémisse de l’orientation (Mais où on est, je trouve plus ma cabine… où est le bar ???)

Tanger 20 mars

Débarquement, douane et attente… Comme dirait quelqu’un que je connais : « Nous avons l’heure et les Marocains le temps !!! » de 19h30 à 21h20.
Il reste 4h de route pour rejoindre Meknès.

Meknès 21 mars

En route pour Erfoud, premier briefing d’une longue série prévu à 17h pour réunir la totalité des participantes et des organisateurs.

Prologue 22 mars

Midi, les voici arrivées sur le site où va démarrer le prologue, nerveuses et enthousiastes de pouvoir enfin découvrir ce qui va les attendre pour les 9 prochains jours.
Départ pour 3 CP et retour au Bivouac. Bonne mise en main du véhicule par Caroline qui montre bien ses capacités, CP 0-1 trouvé sans trop de difficultés avec soulagement pour Peggy, elle s’organise avec les règles, les compas de visées et les multiples stylos à gérer.
Contrôle de cap pour le CP 0-2, sortir du véhicule, un petit bruit, on dirait une fuite ???
Oh non ! un caillou tranchant comme une lame vient de se loger dans le pneu arrière gauche, pas le choix il faut changer la roue (55kg).
Comme des pros, Caroline et Peggy font le changement seules en moins de 17 minutes, trop fières

Bon maintenant il leur faut trouver le CP 0-2 , aller droit devant. Elles sont sur le bon cap, quelques kilomètres plus tard se dresse le fameux drapeau rouge.
Il est déjà 18h30 il reste le CP 0-3 à trouver, le terrain leur permet d’avancer sans trop de difficultés. Arrivée au CP 0-3 à 19h05 voilà que le pointeur leur annonce qu’il est trop tard car la balise se ferme à 19h, leçon qu’elles n’oublieront pas par la suite.
La nuit est tombée et il leur faut encore rentrer jusqu’au bivouac. Aucun moyen de se repérer elles décident de tirer un cap direct en prenant pour point trois étoiles dans le ciel.
Puis soudain apparaissent les lumières du Bivouac tant attendu.
Après cette expérience elles ont décidé d’essayer de rentrer toujours avant la nuit.

Etape 1 – 23 mars 17

Première nuit au bivouac, réveil à 4h, rangement, pliage des tentes, récupération de la JK et mise en place sur la ligne de départ pour la première journée de cette compétition.
5h briefing et pose des premiers CP sur les cartes, attention à la précision, pas facile aux petites heures du matin.

L’équipe est au complet pour prendre le départ. Caroline, Peggy et la JK ZZ attendent que le drapeau s’abaisse pour démarrer. Il y a 7 CP à trouver avant de pouvoir rentrer.
La journée se passe bien, les différents terrains leurs montrent une nature d’une diversité incroyable. Une grande euphorie les gagne quand elles pointent les premières le CP 1-7. « Ouahhhhhh trop contentes !! » Soudain arrive un équipage de gazelles complètement perdues qui cherche le CP1-4, alors, Peggy décide de faire les différents points de CP sur leur carte pour les aider à trouver leur chemin et Caroline leur donne à boire car elles ont l’air très fatiguées.

Ceci fait, elles reprennent la route, direction le bivouac. Pour faire le moins de kilomètres possible il leur faut traverser une montagne, le terrain est rempli d’énormes rochers, obligeant Caroline à faire des croisements de ponts avec la voiture, moment pas toujours évidents mais payants. Seulement un peu plus de 11km que le tracé parfait.

rallye-aicha-gazelles-maroc-2017-6899-2.jpg

Etape 2 – 24 mars 17

Départ dans les premières lignes pour 8 CP, la plupart des concurrentes décident de prendre la route, nous on y va au cap, petite traversée d’un village, attention aux plantations… Tout roule jusqu’au CP 2-4, facile toujours tout droit, soudain il y a un problème, le trou dessiné sur la carte devrait se trouver sur notre gauche mais il se présente là devant nous à droite. Zut on s’est décalées, il faut se resituer dans cet espace aride et lunaire. Après quelques zig-zag, un drapeau en vue, mais malheureusement il ne correspond pas à notre tracé. Tant pis Peggy fait le point sur la carte et retire un cap en direction de se fameux CP 2-4 qui aura fait tourner bien plus qu’une gazelle aujourd’hui.

Tout rentre dans l’ordre jusqu’au CP 2-7. Après discussion avec d’anciennes gazelles mieux vaut prendre une partie de la route avant de couper pour rejoindre le dernier CP.

Au moment de couper à travers le terrain, première divergence d’opinion entre Caroline et Peggy sur le tracé à suivre, quelques virages et soudain impossible de se repérer. Le soleil commence à descendre rapidement, la fatigue se fait sentir et le stress prend le dessus. Il leur faut faire un choix, retourner à la route pour pouvoir se repérer, puis zapper le CP 2-8 ou ressayer ?? Décision est prise d’essayer mais sans résultat. Trop compliqué, malheureusement il n’était pas loin à moins de 150m mais dans un trou avec des arbres, on ne l’a pas vu. Env. 127 km de pénalités.
Arrivée au bivouac petite visite à la méca pour contrôle d’un petit bruit à la roue avant gauche, coupelle dévissée rien de grave.

rallye-aicha-gazelles-maroc-2017-6924-2.jpg

Etape 3 – 25 mars 2017

Journée très attendue car elle se passe dans les dunes de Merzouga. Au choix trois types de parcours, nous choisissons le plus compliqué, le parcours X qui rapporte plus de points.
Départ difficile direct dans un champ d’herbes à chameaux, env. 1 kilomètre…
Petite anecdote : Que pensez-vous d’un camel back de deux litres qui se vide dans votre sac de nuit ? Obligé de s’arrêter pour régler l’attache de celui-ci !!! Ce qui a sauvé nos amies de l’équipe 169 qui était tankées sur une de ces herbes et qui ne pouvait plus s’en sortir sans un coup de pouce. Rien n’arrive par hasard !!

Nous voilà arrivées au pied des dunes de Merzouga, majestueuses habillées de leur robe couleur ocre, quelle beauté.

Impatientes d’aller danser avec les vagues de sable, elles dégonflent les pneus avec des douilles spéciales qui s’arrêtent lorsqu’il reste 1 bar dans les pneus, merci Stéphane Zosso pour ces petites merveilles. Il ne leur reste plus qu’à attendre l’équipe 153 avec qui elles ont décidé de faire équipe pour cette étape qui les autorise à être ensemble pour s’aider.

Les différents passages se font avec légèreté et quelques désensablages, Caroline maîtrise cette danse. Au CP 3-3 petite assistance au changement de roue arrière gauche de la voiture 153 qui avait une crevaison lente.

Soudain, embouteillage dans le désert, plusieurs véhicules sont coincés car il y en a plusieurs de tankés. Peggy sort de la voiture, monte sur une dune, analyse la situation et dit à Caroline : «  On passe par la droite et on surfe sur les dunes à côté, ça va le faire !! » Caroline se lance, suivie de plusieurs autres véhicules qui prennent nos traces, elle valse avec la douceur du sable comme dans un ballet, vraiment magique !!

Sortie au sud des dunes il leur reste le CP 3-7, beaucoup de cailloux et deux zones de sable, regonfler ou non là est la question. Elle décide de remettre 2.5 bars et de tracer.

Dernier CP passé il faut retourner au bivouac, 4 kilomètres, Peggy constate que dans 1 kilomètre il va y avoir environ 2 kilomètres d’herbes à chameaux à traverser car elles sont légèrement décalées sur l’est. Fatiguées mais contentes d’arriver, Caroline et Peggy décident de me rien lâcher. « Vas-y Choupette, ça passe, tu peux y arriver !! » Ballottées, elles voient au loin les lumières du bivouac comme le Saint Graal.
Résultat : numéro 2 de l’étape, ouaaaaaaah trop cool.

C'est parti pour une nouvelle journée de course

Etape 4 Marathon 26 -27 mars 2017

La fatigue se fait ressentir et Peggy a de la peine à gérer ses émotions. La pose des CP est compliquée. Départ pour ce marathon avec une petite bouteille de champagne offerte par l’organisation. Après la ligne de départ, arrêt pour poser le cap, devant elles, se dresse de nouveau cette énorme zone d’herbe à chameau. Environ 150m avant le CP 4-1 elles sont emportées sur une gigantesque bosse qui met la voiture à 45°, les roues avant dans le vide. Là, c’est le débordement d’émotion, les larmes l’emportent sur le moment difficile à gérer. Caroline part à la recherche d’aide pendant que Peggy finit par réussir à sortir la voiture de cette position fâcheuse, quelle joie, de courte durée car, par manque d’élan, elles se retrouvent coincées moins de 30 mètres plus loin entre sable et herbe à chameau.

rallye-aicha-gazelles-maroc-2017-7216-2.jpg

Caroline arrive avec du renfort Régine et Lydia équipe 213, Vero et Laurence équipe 169 et une autre équipe (malheureusement elles ne se souviennent pas du numéro)
Sans cette aide incroyable elles ne s’en seraient pas sorties, un grand merci les filles.

Un CP 4-1 pose des nouveaux points pour les deux jours du marathon. La suite de la journée se passe très bien malgré une visibilité difficile causée par le sable et le vent. Décision de bivouaquer au CP 4-6 car il commence à faire nuit et le CP 4-7 n’ouvrira qu’à 6h du matin.

Jolie soirée Champagne Cassis, merci Laurence. Rires et bonne humeur apportent douceur et sérénité. Petit comité et un ciel majestueux rempli d’étoiles.

Réveil à 5h, une heure de sommeil en plus juste ce qu’il faut pour se remettre en état.
Petite balade dans le fech fech et à travers la montagne pour atteindre le CP 4-7, analyse de la carte et des reliefs en vue, il se cache entre deux montagnes. Il reste au TerraTrip 4,2 km, soudain Peggy dit de s’arrêter il y a quelque chose qui ne joue pas on a fait 6,3 km : « C’est pas possible on a du le louper ?! » Après réflexion elles prennent la décision de revenir en arrière et là sur la gauche un drapeau rouge. Ce n’est pas le bon mais pas grave car cela permet de recalculer le cap exact, moins de 10 minutes plus tard et une montagne le voilà ce fameux point rouge tant attendu.

rallye-aicha-gazelles-maroc-2017-7353-2.jpg

Pour faire un cap le plus direct Peggy décide de recalculer une trajectoire en deux temps, il suffit de faire 3 km pour sortir de la montagne et tirer un nouveau cap en ligne droite pour rejoindre le CP 4-8. Caroline traverse une plaine de cailloux, d’oueds et de montagne sans changer de cap. Et le voilà qui apparaît devant elle flottant au vent. Surprises de constater qu’elles sont les premières au CP.

rallye-aicha-gazelles-maroc-2017-7397-2.jpg

Le reste se passe bien, elles traversent un cirque d’une splendeur au coucher du soleil, les CP 4-12 et 4-13 sont au bord de croisement de route et 4-14 et un CP automatique.

Reste le retour au bivouac, 1 kilomètre avant l’arrivée petite course avec l’équipage 185 juste pour le fun. Tellement contentes d’y être arrivées.

Etape 5 Marathon 28 -29 mars 17

Le CP 5-1 est une ligne droite facile à trouver, les trajets CP 5-2 et CP 5-3 sont d’une trentaines de kilomètres environ 2h30 par trajet, remplis de pièges, cailloux, oued, trous et dunes de sable.

Difficile pour Caroline, sa concentration est mise à rude épreuve et la fatigue psychique et physique se fait ressentir pour l’équipage. Arrivée au CP 5-4 retrouvaille avec plusieurs gazelles, décisions de partir en direction du CP 5-5x (parcours difficile dans le désert de Chegaga) pour se rapprocher et dormir dans le désert.

rallye-aicha-gazelles-maroc-2017-7207-2.jpg

Rejointes par l’équipage 169 juste avant la nuit qui s’effondre après une journée éprouvante. Magnifique soirée avec un feu de camp qui permet de reposer les esprits.

Le bivouac s'installe avant de pouvoir profiter des soirées magiques sous les étoiles dans le désert

Réveil à 5h, au lever du jour décision de se mettre en route pour le CP 5-5x. les équipes 146, 169 et 185 décident d’unir leur force pour traverser ce désert bien compliqué car le sable malgré le petit matin est peu porteur.

rallye-aicha-gazelles-maroc-2017-7017-2.jpg

L’équipage 207 peu sur de lui demande si il peut se joindre à elles. Solidarité étant le maître mot, elles acceptent. Celui-ci n’ose pas rester derrière, il demande à être placé au milieu du convoi. Après plusieurs erreurs de navigation de cap de l’équipage 207, il lui est demandé à plusieurs reprises de rester sur le côté et de suivre le convoi par la gauche. Il accepte. 7h20 Caroline et Peggy amorcent une dune d’une belle hauteur avec puissance quand subitement au passage des ¾ de la voiture apparaît derrière la dune l’équipage 207 arrêté pour ramasser une calandre de véhicule qui trainait sur le sable, l’accident est inévitable et le choc est violent, radiateur et treuil explosés et avant du véhicule enfoncé d’environ 7 cm.

Peggy sort du véhicule et là c’est la consternation. Les dégâts sont importants et impossible de réparer sans l’intervention des mécaniciens. Après une tentative de réparation de fortune infructueuse, elles décident de faire appel avec l’Irritrack à une assistance mécanique. Avant son arrivée, elles disent aux équipes qui veulent rester là par solidarité de continuer et de finir cette étape pour elles. Seules elles attendent l’arrivée de l’assistance, puis le constat est clair, les mécaniciens peuvent essayer, mais sans garantir le succès de la réparation car c’est la partie plastique qui est cassée sur tout la longueur.

Là, l’horloge du temps et de l’espoir s’arrête, les larmes apparaissent et le chagrin laisse sortir les émotions, le sentiment d’injustice, la colère…

Après analyse de la situation, la décision de faire appel au camion remorqueur est prise, impossible de charger le camion, le sable n’étant plus porteur, nous avons été tractées à la corde avec un unimog, sans direction assistée et sans freins durant 8 km… et voilà que le classement s’envole.

Malgré ces moments difficiles Caroline et Peggy ont été prises en charge par une équipe de mécaniciens qui leur à offert à boire et à manger, qui s’est occupée d’elles avec attention et elles ont passé une journée incroyable avec des gens fabuleux, un grand merci à toute cette équipe.

21h30 retour au bivouac notre JK est déchargé du plateau devant la mécanique, ceux-ci vont travailler tout la nuit pour la remettre en état pour rouler le lendemain matin.

Etape 6 – 30 mars 17

Dès le réveil c’est la course pour aller voir si leur voiture est réparée, elle n’est plus en mécanique, elle est au parc fermé, c’est bon signe, ça veut dire qu’elle roule.

Au briefing de 5h, elles ont une discussion pour savoir ce qu’elle décident de faire. Ok pose du premier CP 6 -1 juste essayer et après elles vont passer du temps au sein de Cœur de Gazelles qu’elles n’ont pas encore eu le temps de rencontrer. Peggy montre à Caroline que pour atteindre le premier CP il va falloir traverser une montagne, le cœur lourd, elles n’ont plus envie de souffrir et d’infliger ça à leur équipier (JK). Lorsque toutes les équipes partent, elles font demi-tour et choisissent de prendre la direction opposée pour partir voir le fameux village où la caravane médicale va faire ses consultations.
Fred, le responsable, va passer environ 3h à expliquer le merveilleux fonctionnement de cette association. Félicitations à tous c’est du beau boulot.

Puis, elles décident de partir déjeuner dans un petit restaurant de Foung Zim chez Brahim.

A 13h30 elles retournent au Bivouac, la voiture ne présente plus de problème pour le trajet de demain direction Essaouira.
Soirée musique et dernier dodo sous tente.

Essaouira 31 mars

Après 8h de route, les voilà arrivées dans la belle ville d’Essaouira où leur mari et famille sont tous là pour leur souhaiter la bienvenue.

Essaouira 1 avril

7h45 Rassemblement pour l’arrivée sur la plage, incroyable cortège de voitures où la plupart des Gazelles sont sur le toit de leur voiture conduite par les maris, amis ou orga.
Une grande émotion et la fin d’une belle aventure…
Une belle aventure se termine entre 2 gazelles Peggy et Caroline…..

Et qui sait, peut-être rendez-vous en 2018 !!!

rallye-aicha-gazelles-maroc-2017-6941-2.jpg

CATEGORIES
TAGS
Share This

Commentaires

Wordpress (0)
Disqus ( )
X
X